Partagez|

(big girls cry when their heart are breaking) + Maxou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: (big girls cry when their heart are breaking) + Maxou Jeu 28 Mai - 19:59

Je gare la voiture. Je coupe le moteur. Je prends une grande inspiration. Les cris déçus des enfants résonnent de là, et ils ne suffisent même pas à me redonner le sourire. J'espère qu'il aura passé une bonne après-midi aux côtés de ses copains. Je respire calmement. Je contrôle ma respiration. Je la contrôle au maximum, pour ne pas céder à la crise de panique. Pas devant les Parents. Pas comme ça. Pas à cause de ça. Ce serait bien trop facile. J'ai assez de problèmes comme ça. J'envoie un faux sourire à Max. Je lui tends la main, en attendant qu'il aie finit de faire la bise à chacun de ses amis et à leurs parents. J'hoche doucement la tête quand on me salue. Je serais incapable de dire un mot de plus. J'ai le cœur en miettes, et les débris de sentiments m'ont tranché les cordes vocales lorsque mes idées ont explosé.
Je serre doucement la main du petit garçon dans la mienne. Je me passe une main sur le visage. Non. Pas encore. Pas devant Max. Je ne peux pas lui faire ça. Pas au gosse. Je l'aime bien trop pour le laisser s'inquiéter. De toute manière, je dis me concentrer sur mes mains qui bouclent la ceinture du petit homme. Je dois m'y reprendre à deux fois. Je laisse mon sourire s'évaporer. De toute manière, il a dû tout sentir, ça ne sert à rien de lui mentir. J'écrase rageusement une larme qui tente de se frayer un passage à travers mes cils noirs de mascara. Pas pleurer. J'avais dit que je pleurerai plus. Ça s'est un peu pété la gueule après la mort de Nate. Mais je peux pas pleurer devant lui. Je pose un bisou sur son front, sans rien ajouter. Son odeur a envahi la voiture. Il y a laissé son doudou toute l'après-midi. Mais l'odeur me dérange pas. J'ai une famille maintenant.
Je n'ai pas besoin d'un abruti qui y mette le bordel.
Pas même un abruti mignon.
Pas même un abruti que j'aime toujours malgré moi.

Feu rouge. Je freine et m'arrête, resserrant le volant entre mes doigts à m'en faire craquer les articulations. Putain, passe au vert avant que je craque. Bien. Gentil feu. J'ai l'estomac en vrac. C'est pire que la soirée à laquelle je me suis incrustée pour fêter mes dix-huit ans. Parce qu'en plus, moi, j'ai jamais eu l'alcool triste. Et là, je suis dans un état lamentable sans avoir bu une seule goutte. J'arrête la voiture sur le parking. Je sors. J'ouvre la porte à Max et je le laisse se détacher, sortir. Je referme la portière. Je verrouille la voiture. Je prends les escaliers, suivant mon petit bout de chou, ne le perdant pas du regard, ne perdant pas le contrôle.
Il m'attend, un brin essoufflé, devant la porte. Je sors les clés de la poche de ma veste en jean. Je rentre les clés dans la serrure. Je tourne. J'ouvre la porte.
« Panda, tu veux bien me laisser deux minutes s'il te plaît ? Va jouer dans ta chambre, je viens te voir après. Tu me ra... ra... raconteras ce que tu as fait. »

Merde. Revoilà ce stupide bégaiement. Les mots restent coincés, là, dans la gorge. Ils ne veulent plus sortir. Je laisse Max aller dans sa chambre, et je referme doucement la porte. Je veux éviter qu'il m'entende. Ça y est.
On est à la maison.
Je relâche tout. Mon coeur libère toute la tension. La tristesse, le désespoir et l'amertume remontent. Je ferme mon poing, le recule et je donne un coup dans le miroir qui se fissure avant de tomber. J'arrache le cadre du mur et je le fais tomber. Je balance la table par terre. Mes yeux restent difficilement secs mais je retiens mes larmes. D'abord la colère. Je plante mes griffes à même le mur en hurlant. Tout mon corps hurle. Il hurle le manque.
Je n'ai jamais souffert du manque, même quand je sortais, parce que mon corps se guérissait de cette merde qu'il y avait dans la came. Maintenant je sais. Parce que je me suis bel et bien rendue accro de quelque chose. Je me suis rendue accro à Theo. A Theo et ses mots rassurants. A sa main douce autour de la mienne. A ses yeux noisette-caramel qui semblent sonder votre âme pour en faire ressortir le bien. A ses lèvres chaudes et tendres au coin des miennes, ou sur mon front. Aux battements réguliers de son coeur, qui s'affolent parfois
A toutes ces choses qui font de lui le Theo que j'ai connu, que je sais amoureux de moi et dont je suis tombée amoureuse. A toutes ces choses qui traversent mon esprit et qui écrasent un peu plus les débris qu'est devenu mon coeur, pour en faire une poudre soluble dans l'eau de mes larmes. Je me dirige vers mon lit. J'en arrache les draps et je me défoule dessus comme un animal trop triste. Toute ma rage part soudainement. Et je colle mon dos contre le mur de ma chambre et je me laisse glisser. Mes mains ne cicatrisent pas encore. Elles ne peuvent pas cicatriser.

Mon ancre.

C'est ça que j'ai perdu.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: (big girls cry when their heart are breaking) + Maxou Sam 30 Mai - 17:01


Aujourd'hui c'est l'anniversaire de Léo, Léo c'est mon super-copain, on est dans la même classe à l'école et même si il est pas super fort quand la maîtresse explique des nouvelles choses, je l'aime bien. Thésée m'a laissé aller à son anniversaire, et j'étais tellement content que j'en ai parlé à tout le monde pendant plein de jours, surtout qu'on lui a trouvé un super cadeau, un playmobil guerrier avec une épée qui brille et ça c'est trop chouette. Elle est pas resté avec nous Thésée, elle aime pas trop quand les autres parents sont là. D'ailleurs Thésée elle doit être arrivée, parce qu'elle est toujours à l'heure quand c'est la fin de l'école, et elle m'oublie jamais, c'est pas comme Arthur, son papa est distrait et il l'oublie souvent mais la maîtresse a l'habitude, du coup je pense que pour l'anniversaire aussi elle est à l'heure. Comme elle est là, je dis au revoir à mes copains et à leurs parents parce qu'il faut toujours être bien élevé même si ils aiment pas toujours beaucoup ma Thésée. Je vais vers elle et elle me fait un sourire qui ne va pas jusqu'au yeux. C'est pas un vrai sourire. Elle me tend la main, et je trouve qu'elle sent bizarre. L'expression c'est « son odeur me frappe », mais je trouve ça bizarre, ça frappe pas une odeur, ça a pas de mains ou de pieds pour taper. Elle sent pareil que quand elle m'a mordu, elle sent quelque chose de fort et de, comment on dit, dé-sa-gré-able. Elle sent le triste. Elle me fait rentrer dans la voiture et elle aide à m'attacher avant de conduire. Je prends Cinq dans mes bras, le pauvre il est resté tout seul toute la journée, et le serre contre moi pour essayer de sentir autre chose que le triste de Thésée, parce qu'il me rend triste aussi. Je n'ose pas parler dans la voiture. Elle la gare au même endroit que d'habitude et me fait sortir. Je vais dans les escaliers, et j'arrive avant elle. D'habitude on fait la course et je sais qu'elle triche pour que je gagne, mais là elle a même pas essayé. Thésée va pas bien. Elle ouvre la porte, et me regarde avec l'odeur dans les yeux -tu sais, ça veut dire quand on peut comprendre ce que tu sens juste en te regardant, Thésée elle dit que les gens pas super-héros ils sont obligés de faire comme ça pour comprendre quelqu'un-.

"Panda, tu veux bien me laisser deux minutes s'il te plaît ? Va jouer dans ta chambre, je viens te voir après. Tu me ra... ra... raconteras ce que tu as fait."

Je hoche la tête. Sa tristesse est bizarre, c'est pas comme d'habitude, in-hab-i-tuel. J'aime pas ça. Je vais dans la chambre parce qu'elle a demandé que je le fasse et que peut être si je fais ce qu'elle dit ça lui fera plaisir et elle ira mieux. Je m'assois sur le sol. Je prends pas de jouet, j'ose pas, ça sent trop. Et ça sent encore plus fort après. Thésée fait jamais ça, montrer les sentiments, parce qu'il faut se contrôler. Elle sent jamais les émotions quand elles sont pas bonnes. Mais là ça sent, je le sens, et ça fait pareil dans moi. Je sens la colère, comme quand je me fâche avec un copain, mais plus fort, je sens quelque chose de pire que la tristesse. Et même si elle a fermé la porte j'entends les coups. Je sais qu'elle frappe et qu'elle se fait mal. Ses odeurs multiples me touchent et m'influencent. Je sens que mes yeux changent de couleur et que des toutes petites griffes et dents poussent. Je ne sais pas contrôler des émotions, même quand c'est pas les miennes. Je ne bouge pas. Pas tout de suite. J'attends qu'il n'y ai plus de bruit. J'essaye de me concentrer, et les dents et les griffes disparaissent. Elles ont du mal mais elles s'en vont. Thésée a dit qu'elle voulait être toute seule, mais je peux pas la laisser toute seule si elle est triste et si elle se fait mal. Je sais où elle est, alors je pose Cinq dans mon lit et je vais dans sa chambre. Je vois le cadre, le miroir qu'elle a brisé, la table qui est sur le sol, quand j'avance. On dirait qu'un méchant de dessin animé a tout cassé parce qu'il était pas content. Mais c'est pas un méchant, c'est Thésée. Elle a le dos contre son mur, et les mains rouges, comme quand je fais de la peinture avec elle. Mais ça a l'odeur du vieux fer, l'odeur de quelque chose de blessé. C'est du sang. Elle a de l'eau des larmes qui coulent de ses yeux. Je sens quelque chose qui se froisse dans moi. Thésée ne pleure pas, jamais. Thésée est forte, plus forte que Batman et Astérix réunis. Elle ne pleure pas. Mais là c'est pas de la pluie, alors je sais que c'est des larmes. Je m'assois sur ses genoux, sans hésiter. Je lève une main vers elle, et là j'hésite un peu. C'est bizarre de voir de la tristesse qui coule d'elle. J'enlève quand même l'eau salée de son visage pour qu'elle arrête de pleurer, je pose ma tête contre elle pour entendre son cœur. Elle ne va pas bien. Thésée est malade dans son cœur et c'est pour ça qu'elle sent le triste, mais il bat normalement, parce qu'elle est un peu calmée. Je chuchote tout doucement, pour ne pas trop la déranger. :

"Pourquoi tu pleures ?"

Je passe mes bras autour d'elle et je ne bouge plus. J'essaye de lui donner ma joie pour que ça enlève sa tristesse. Je sais pas si ça peut marcher, mais j'espère que si.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: (big girls cry when their heart are breaking) + Maxou Lun 1 Juin - 17:56

Je n'ai même pas fait attention. Je n'ai même pas écouté. Je n'ai fait que me recroqueviller sur moi même comme une enfant, en versant des larmes silencieuses Parce qu'il me manque déjà, parce que j'ai le cœur brisé, aussi, très certainement. Je ne veux plus jamais aimer qui que ce soit de cette manière. C'est du suicide. Ça ne peut pas se finir bien. Ou alors c'est parce que j'aime toujours trop fort, plus fort que la personne en face et que je me fais avoir à chaque fois . Ou bien parce que je tombe toujours amoureuse de la mauvaise personne.
Je n'ai donc pas entendu la porte de la chambre d'à côté grincer légèrement -chaque fois je me dis qu'il faut que je mette un peu d'huile, mais à chaque fois j'oublie. Je n'ai pas non plus entendu les petits pas discrets sur le carrelage froid de la cuisine. Comme je n'ai pas entendu le deuxième petit cœur tout affolé entrer dans la pièce. Non. J'ai seulement senti un poids prendre place sur mes genoux, sans hésiter un seul instant. Un souffle léger se perdre sur mon visage. Et une toute petite main se poser sous mes yeux pour en chasser les larmes. Et je sens une petite tête se nicher contre mon cœur et me serrer dans ses minuscules bras. Je vois toujours flou à cause des larmes. D'une main je les écrase, avant de serrer le petit dans mes bras, et tant pis pour le sang qu'il aura dans les cheveux. Je l'embrasse doucement dans ses mèches blondes.
« Pourquoi tu pleures ? »
Il demande tout doucement, comme s'il avait peur que je m'énerve contre lui. Mais je ne vais pas m'énerver contre mon bout de chou. Je suis incapable de lui crier dessus, je l'aime beaucoup trop pour cela. Et certainement pas pour ça, alors qu'il s'inquiète pour moi. Il est adorable. Je ne connais pas beaucoup de gosses qui feraient ça pour leurs parents. Je caresse le dos du petit bout. Lui expliquer. Je dois lui expliquer. L'honnêteté et la confiance sont les bases primordiales d'une relation saine, de quelque nature que ce soit. Il ne faut pas croire, j'écoute l'assistante sociale, même quand elle baratine. Je veux absolument garder le petit alors j'écoute le moindre conseil. Surtout ceux qui ne me semblent pas absurdes. Et je sais à quel point la confiance est quelque chose de primordial.
Ça ne rend pas les choses plus faciles. Parce que Max sait que j'aime Theo. Il sait aussi, très certainement, que Theo m'aime également. Et il ne comprendra pas. Et je devrais le lui expliquer. Et je n'ai pas non plus envie que Max déteste Theo. Il est trop jeune pour détester quelqu'un. Trop jeune, trop innocent, trop naïf, trop Max. Je n'ai pas envie qu'il le déteste. Je n'ai pas envie de briser ses idéaux.
« On s'est disputés avec Theo. Fort fort fort. Il m'a dit des choses méchantes. »
Je prends une grande inspiration. Je ne peux pas dire exactement ce qu'il m'a dit, mais je sens déjà une demande d'explication. Certainement par habitude. Les larmes refont surface, tandis que les mots durs de Theo résonnent dans mon esprit. Je n'ose toujours pas croire ce qu'il m'a dit. Des termes horribles. Des choses qu'il n'aurait jamais prononcées en temps normal. J le connais trop bien. Il y a quelque chose d'anormal. Quelque chose que je refuse de comprendre. Qu'il aie changé sans que je m'en rende compte. Que mes super-pouvoirs comme dirait si bien mon môme, m'aient servi à rien pour comprendre qu'il n'allait pas bien. Et maintenant c'est trop tard. Beaucoup trop tard. J'arrive quand tout a déjà été décidé, tracé, gravé dans le marbre.
« Il m'a dit beaucoup de gros mots et tu sais que je n'aime pas ça, même si j'en dis plein. Ça fait pleurer les petits anges. »
J'avais entendu ça chez Cass une fois. Et c'est pour ça qu'elle n'aimait pas que je dise des gros mots non plus. Mais moi, les petits anges, ils en ont rien à foutre de moi, pas vrai ? Après tout, je suis qu'un démon, et je sais pas faire les choses bien. J'ai dû naître de travers et ça me suit maintenant. Je respire profondément l'odeur de mon gosse. Je sens les larmes remonter, mais elles sont refoulées à l'entrée. Elles avaient pas l'âge de toute manière, pas vrai ?
« Tu sais, mon petit Panda, je t'abandonnerai jamais. Tu le sais, pas vrai ? Et je te ferais jamais de mal. Je te le p..p..p..promets. »
Non. Jamais. Jamais je ne le laisserai tout seul. Jamais je ne lui dirais des horreurs. Je le prends un peu plus contre moi et me laisse glisser doucement jusqu'à finir en position allongée. Je le fais bouger légèrement et je tente de calquer mon rythme cardiaque sur le sien, même si je sais que ce n'est pas gagné d'avance.
« Ça t'embête si je fume un peu ? Je sais que tu n'aimes pas ça, mais... J'en ai vraiment envie. Tu peux rester là, dans mes bras. C'est pas grave. »
J'essuie de nouveau mes yeux du revers de la main en poussant un profond soupir. Non. Je n'ai pas le droit de pleurer. Pas comme ça. Pas pour ça. J'avais dit que je ne pleurerais plus. Plus jamais. Je suis vraiment faible.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: (big girls cry when their heart are breaking) + Maxou Dim 7 Juin - 1:23


Elle me serre dans ses bras et je me dis qu'elle va un peu mieux, mais c'est pas sûr, c'est peut-être aussi pour aller mieux, comme quand moi j'ai peur et que je prends Cinq dans mes bras.

"On s'est disputés avec Theo. Fort fort fort. Il m'a dit des choses méchantes."

Je comprends pas tout de suite. Elle a dit Theo, mais pourtant Theo il est pas méchant alors je comprends pas. Et puis il l'aime non ? Il sent la gentillesse quand il la regarde quand il est là, il sent pas le fâché. Il a dit qu'il l'aimait beaucoup quand je lui ai demandé. Et elle elle dit pareil, elle sent pareil plutôt, mais elle me le dit pas beaucoup. Je suis sûr qu'ils sont amoureux pourtant, alors pourquoi ils se sont fâchés ? Moi quand je me fâche avec un copain -sauf Léo je me fâche jamais avec lui-, ça dure pas très longtemps et ça me rend pas vraiment triste. Alors Théo a dû être vraiment pas gentil, mais ça va pas avec comment je le connais.

"Il m'a dit beaucoup de gros mots et tu sais que je n'aime pas ça, même si j'en dis plein. Ça fait pleurer les petits anges."

C'est vrai, elle aime pas ça ma Thésée, elle est comme la maîtresse, de toute façon moi j'en dis pas j'aime pas non plus. Je dis rien à Thésée parce que je sais pas quoi lui dire et parce que je comprends pas pourquoi Theo a changé et qu'il dit des gros mots méchants. Peut-être qu'il a été piqué par une araignée ? Comme Spider-man mais au lieu d'avoir des supers-pouvoirs il est devenu bizarre. J'entends Thésée respirer fort.

"Tu sais, mon petit Panda, je t'abandonnerai jamais. Tu le sais, pas vrai ? Et je te ferais jamais de mal. Je te le p..p..p..promets."

Pourquoi elle dit ça ? Je sais bien qu'elle le fera pas, je sais que ma Thésée c'est comme maman sauf que je l'appelle par son prénom. Alors je sais bien qu'elle me fera pas mal, quand elle a mordu elle a pas fait exprès et elle s'est calmée après, et qu'elle me laissera pas non plus, alors je sais que je peux avoir con-fi-ance en elle. Elle bouge pour qu'on soit allongés et moi je reste contre son cou à entendre son cœur, je crois qu'elle essaye de calmer le sien en écoutant le mien. C'est ce qu'elle me dit de faire des fois quand j'ai du mal à contrôler, elle dit de se caler sur quelque chose d'autre, le cœur de quelqu'un.

"Ça t'embête si je fume un peu ? Je sais que tu n'aimes pas ça, mais... J'en ai vraiment envie. Tu peux rester là, dans mes bras. C'est pas grave."

Elle bouge sa main pour essuyer la pluie des yeux et je plisse un peu mon regard. J'aime pas quand elle fume. C'est pas bien de fumer, c'est la maîtresse qui l'a dit. Il y a plein de choses pas bonnes dedans, en plus ça sent pas bon du tout. Pourquoi elle aime bien avoir ça dans ses poumons ? Moi j'aime pas. Mais elle a dit qu'elle avait envie, et ça veut dire qu'elle a besoin -parce qu'en fait c'est pas la même chose envie et besoin. Par exemple des fois j'ai envie d'un cookie mais j'ai pas vraiment besoin-, parce que Thésée, elle fait pas souvent des choses pour se faire plaisir à elle. Et même si j'aime pas, peut-être que ça l'aide à aller mieux et à oublier que Theo est devenu méchant alors qu'il l'était pas avant. Je hoche un peu la tête en essayant de pas avoir l'air trop pas content, parce qu'elle sait que j'aime pas.

"D'accord."

Je frotte mon bout du nez dans son cou. Ça chatouille un peu mais c'est gentil je crois. Elle sent bon Thésée. Pas l'odeur qu'elle dégage, l'odeur de tristesse, mais l'odeur normale. Elle sent bon. Beaucoup meilleur que les cigarettes.

"… Pourquoi il est devenu méchant Theo ?"

Peut-être qu'elle a pas envie de répondre à la question mais j'ai parlé avant de réfléchir. C'est pas très grave, elle me dira si elle a pas envie de répondre, je pense. Je laisse mon nez contre elle, comme ça je sentirais pas quand elle va fumer. Je sentirais que son odeur normale.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: (big girls cry when their heart are breaking) + Maxou Ven 19 Juin - 16:22


Le petit accepte que je fume. Je sais qu'il n'aime pas ça. Je sais qu'il ne comprend toujours pas tout à fait pourquoi je fume. Moi même je ne comprends pas. C'est une sale habitude que j'ai gardé. Je sors le paquet de ma poche, avec le briquet, et je fais attention de ne pas brûler le petit avec. Il a posé sa tête dans mon cou, là, sans rien dire, comme si ça avait toujours été sa place. Le petit bout de son petit nez se frotte contre ma peau en un geste tendre et affectueux. Je souris doucement, un peu tristement. Ce gamin est adorable. Il respire mon parfum, je le sais. Il ne comprend pas pourquoi Theo est devenu méchant. Moi, je sais. Moi, j'ai compris. Parce que ce serait idiot de ne pas comprendre, vu mon passé.
"… Pourquoi il est devenu méchant Theo ?"
Je serre un peu plus le petit contre moi. J'aspire un peu plus la fumée. Je la garde un peu plus longtemps dans mes poumons. Pourquoi... Pourquoi... Comment t'expliquer ça, mon chéri ? Comment expliquer à un gosse de quatre ans que son idéal masculin s'est laissé emporter par la tristesse et par le besoin de reconnaissance et qu'il avait commencé à accumuler les conneries. Comment expliquer à son propre fils que la personne que l'on aime a plongé dans la drogue et dans toute la merde qui entoure cela sans qu'on puisse rien faire ?
« Tu te souviens de Black Spider, le méchant dans Batman, qui prenait des médicaments qui le rendaient tout bizarre ? Bah il fait comme lui. Mais lui il s'énerve pas contre les gens qui les lui donnent. Lui il... Je sais pas vraiment... Mais comme moi, je sais que ces médicaments sont vraiment pas bons et qu'ils rendent les gens méchants, j'ai demandé à Theo de ne plus venir nous voir. Et il a répondu quelque chose de méchant. Mais t'inquiètes pas. Ça va aller. Il va bientôt redevenir le gentil Theo que tu aimes. Et que j'aime aussi. »
Enfin, je l'espère. C'est la première fois que je dis à Maxou que j'aime Theo. Certes pas avec l'intensité que le gamin aimerait certainement entendre, mais c'est la première fois que je mets ces mots à côté en parlant de l'humain. La cendre tombe sur le carrelage. Je nettoierai après, tant pis. Et c'est là que je me rends compte. Que je me rends compte qu'il va me manquer cet abruti d'humain trop entêté, trop gentil. Qui cache tout derrière un sourire de façade que je n'ai même pas su discerner. Quel piètre être surnaturel je fais. Je ne sais même pas profiter des quelques avantages qu'il y a à ma monstruosité.
Je frotte doucement ma joue contre le crâne du gosse, un peu comme un chat. C'est quelque chose que j'aime beaucoup faire. Ça me redonne un peu confiance en moi. De toute manière, je ne peux plus rien faire pour Theo. Je n'oserais pas l'approcher de nouveau. Je ne veux pas céder. Je l'aime certainement trop pour mon propre bien. Une fois de plus. J'ai trop joué avec nos sentiments naissants et maintenant, je m'en mords les doigts.

Je n'ai pas dû être faite pour les relations amoureuses. Elles se finissent toujours de manière catastrophique. Je ne sais pas quoi faire pour aider Theo, de toute manière. Je ne peux même pas demander à Bane d'arrêter de lui filer ce qu'il demande, car je ne sais même pas chez qui il se sert. Et puis, de toute manière, je ne dois pas m'en mêler. Je dois m'occuper de mes problèmes, plutôt que ceux des autres, hein ? Un goût amer me remonte dans la bouche. La colère est toujours là, toujours présente. Je ne sais pas si un jour je pourrais lui pardonner ce qu'il m'a dit. Je lui ai trop fait confiance. il est la première personne à qui je raconte tout ainsi. La première à aussi bien me connaître. J'ai toujours du mal à réaliser qu'il aie pu avoir trahi ma confiance comme cela. Et le pire c'est que jusqu'à il n'y a pas très longtemps, j'aurais pu jurer qu'il avait des sentiments pour moi. Peut-être même encore lorsque l'on s'est vus. Il n'y a qu'à comprendre la manière dont il était perturbé quand je l'ai embrassé. Ou même quand nos lèvres se sont effleurées sans même se réunir.

Je passe une main dans mes propres cheveux et observe le plafond, observants les quelques rayures, les défauts dans la peinture, mes oreilles aux aguets du moindre bruit. J'entends les voisins râler car Monsieur a encore mal fermé le bouchon du dentifrice. J'entends la petite du quatrième chantonner en jouant à la poupée. J'entends un « Je t'aime » murmuré par mon voisin de gauche. Et je me dis que les baisers au coin des lèvres, sur la tempe, les mots rassurants prononcés dans un murmure vont me manquer également. J'avais oublié à quel point une ancre était quelque chose de fort. Il n'y a rien de plus fort. C'est ce qui vous maintient dans la réalité, dans l'humanité. Qui vous empêche de devenir fou, qui vous empêche de perdre le contrôle, et de laisser la part d'animal instinctif agir. C'est votre tout, votre vie. Je n'ai jamais pu devenir ma propre ancre, car je suis loin de me faire assez confiance pour cela. Je me relève doucement et prends le petit dans mes bras, le calant sur ma hanche, avant d'aller écraser mon mégot dans le cendrier sur le rebord de la fenêtre. Je le dépose sur une chaise de la cuisine, et lui adresse un sourire un peu triste.
« Tu veux des crêpes ? »
Parce que ce n'est pas parce qu'il est parti que nous devons arrêter de vivre. Je ne peux pas me laisser sombrer. J'ai un fils, que je dois assumer, dont je dois m'occuper. Je refuse de le perdre parce que je ne m'en occupe pas assez bien. Je dois faire comme si de rien était. Je ne dois pas lui laisser voir que je suis complètement perdue dans ma tête, que je ne sais plus comment faire, comment me débrouiller, et que je redoute plus que tout la prochaine pleine lune. Je sors les ingrédients du placard sans un mot, perdue dans mes pensées, cherchant un moyen concret de me maîtriser lors de la prochaine lune.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: (big girls cry when their heart are breaking) + Maxou Dim 20 Sep - 19:23


"Tu te souviens de Black Spider, le méchant dans Batman, qui prenait des médicaments qui le rendaient tout bizarre ? Bah il fait comme lui. Mais lui il s'énerve pas contre les gens qui les lui donnent. Lui il... Je sais pas vraiment..."

Je hoche la tête doucement. J'aime bien Batman, alors je connais le méchant. Ça va pas avec l'idée de Theo dans ma tête, parce que Black Spider, ben c'est un méchant, et normalement lui, enfin Theo, il l'est pas méchant vous voyez ? Mais je sais que Thésée dit la vérité, même si c'est triste. Si elle mentait je le sentirais avec les super-pouvoirs, même si des fois j'ai un peu du mal à comprendre tous les sentiments parce qu'en fait c'est pas facile, des fois c'est trop compliqué pour moi.

"Mais comme moi, je sais que ces médicaments sont vraiment pas bons et qu'ils rendent les gens méchants, j'ai demandé à Theo de ne plus venir nous voir. Et il a répondu quelque chose de méchant. Mais t'inquiètes pas. Ça va aller. Il va bientôt redevenir le gentil Theo que tu aimes. Et que j'aime aussi."

Elle a un peu menti quand elle a dit que ça allait aller. Elle a pas l'air de croire que ça va aller, sur son visage, elle est pas con-vain-cue.. Et en plus c'est la première fois qu'elle dit qu'elle aime Theo. Normalement, là j'aurais été content, parce qu'elle veut pas le dire d'habitude, quand je dis que si, et que elle dit que non, et que je dis que si encore. Et là elle l'a pas dit vraiment mais elle l'a dit quand même, et c'est triste parce qu'elle est fâchée avec lui. Je sens la joue de ma Thésée frotter ma tête. J'aime bien quand elle fait ça. Et mon renard magique à l'intérieur il aime bien aussi, si c'était un chat je suis sûr qu'il ronronnerait, et moi j'aime bien les chats, donc c'est bien. Thésée fait silence. Je pense qu'elle réfléchit à Theo. Tu sais un peu comme dans les films où il y a … comment ça s'appelle, euh … flash-back ? oui voilà, des flash-back, et que quand c'est triste, ben le personnage du film il revoit ça, les souvenirs avec les gens avant. J'aime pas parce que souvent c'est triste et ça veut dire que ma Thésée est triste. Elle se lève, elle me tient dans ses bras. Elle me tient bien, j'aime quand je suis dans ses bras. Je me cale contre elle, un peu comme un petit renard tu vois, enfin je suis un renard, mais comme le vrai animal ferait, pas comme un renard-garou comme moi et Thésée.

"Tu veux des crêpes ?"

J'aime bien les crêpes, même si je sais pas les faire tout seul, et même si je connaissais je pourrais pas parce qu'il faut faire cuire avec les plaques et du coup c'est dangereux et 'c'est pas pour les petits garçons'. Je pense pas qu'elle veut vraiment faire des crêpes pour de vrai en fait, enfin si, mais je pense que c'est pour penser -ça fait beaucoup de pense dans la même pensée... phrase, non ?- à autre chose qu'à la dispute avec Theo. Du coup je lui dis oui. Et puis en plus comme ça ça fera des crêpes, et les crêpes ça met de bonne humeur, alors que peut-être comme ça Thésée elle sera plus contente que maintenant, peut-être au moins un peu ce serait bien. Elle sort tout ce qu'il faut pour la recette du placard, je la regarde faire. Je crois que j'ai la plus jolie des mamans, même si c'est pas la vraie. Mes copains leurs mamans elles sont plus vieilles. Et moins belles. C'est pas très important, mais je le pense quand même, parce que même quand elle est triste, elle est super-jolie Thésée. Alors je lui dis, parce que c'est important de dire ce qu'on pense il paraît. Sauf si c'est méchant mais là c'est pas pareil.

"T'es belle Thésée."

Et je lui souris un peu. C'est facile de lui sourire je trouve. Enfin je sais pas si il y a des gens avec qui c'est difficile, mais si ça existe c'est pas Thésée.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: (big girls cry when their heart are breaking) + Maxou Ven 22 Jan - 23:04

L'espoir. L'espoir est quelque chose d'important. L'espoir fait parfois mal quand on devrait juste arrêter d'espérer. Il fait pleurer lorsqu'on en retrouve alors qu'on l'avait perdu depuis bien longtemps. Mais l'espoir fait verser des torrents de larmes sur un sourire quand il prend la forme d'un gamin de quatre ans aux boucles blondes et aux grands yeux bleus. Un gamin de quatre ans qui vous regarde et qui vous dit que vous êtes belle.
Quand vous avez été traitée de fille du démon, quand vous avez tout entendu, quand vous vous êtes vous même vue comme un mauvais cliché, quand vous avez voulu vous blesser si fort que vous ne cicatriseriez pas, quand vous avez voulu juste arrêter d'être, purement et simplement, ces quelques mots, dit d'un air purement innocent, prononcés par un petit agneau, ces mots là vous feront pleurer. Parce qu'ils sont ceux que vous avez toujours attendus, ceux auxquels vous avez renoncés. Alors ne vous étonnez pas si au lieu de continuer ma pâte à crêpes, je prends ce bout de chou dans mes bras et je le serre contre moi en pleurant. Parce qu'il est tout ce qu'il me reste de beau et de pur, parce qu'il est la seule chose qui aie encore de l'importance à mes yeux. Il est tout ceux pour quoi je me battrai encore et toujours. Maxou et ses questions incessantes, Maxou le moulin à paroles, mon fils, mon gamin à moi, me donne plus d'espoir que personne ne l'a jamais fait. Je passe ma main dans ses cheveux blonds. Cet enfant est naturellement bon et généreux. Il n'y a rien de mauvais en lui. Il pourrait être difficile, faire des colères comme les autres, mais non. Il me dit que je suis belle. Sans savoir tout ce que j'ai fait avant, sans savoir que mon âme est salie par le sang de Nate. À ses yeux je suis belle. Il est mon petit ange à moi. Il est à la fois mon fils et mon frère. Il est la seule famille que j'aie, avec Luce, et finalement, je n'ai pas besoin de quiconque d'autres. Juste eux deux. Juste mes deux anges à moi

fini
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: (big girls cry when their heart are breaking) + Maxou

Revenir en haut Aller en bas

(big girls cry when their heart are breaking) + Maxou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» hungry heart [Accepté]» Hello Boys and Girls !!» The Twilight Saga: Breaking Dawn Part 2» WARRIORS CATS' HEART» we heart it ?



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Falls :: RP archivés-