Fin de la MaJ le 13 juin 2017. en savoir +

Le n°2 du Weird Diary vient de sortir ! Direction → ici !

Pensez à favoriser les chamans et les humains : )

Partagez|

Une petite soirée tranquille [Pv. Aeria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Une petite soirée tranquille [Pv. Aeria] Ven 24 Juil - 22:02


Une petite soirée tranquille...
Aeria & Accalia

J’entendais le bruit de mes pas sur la rue parfaitement goudronnée. C’était une belle rue avec des jolies maisons modernes, un peu chic mais ça passait. En bref ça n’avait aucun rapport avec Kovaleski Street et ses vieilles habitations comme moi et le reste de ma famille habitions. Il fallait dire que Weird Falls était une ville diversifiée qui offrait de nombreux cadres de vie différents, pour convenir à tous. Un peu comme Ogdensburg. En beaucoup plus petit, je devais l’avouer. Et en beaucoup plus étrange. Parce que, on devait se l’avouer, cette charmante ville était peuplée, en grande partie, d’êtres surnaturels, tout comme moi. Je ne pouvais plus compter les loups-garous, ou les garous en général, les sorciers, les vampires et même – ça me répugnait de l’avouer – les chasseurs qui s’y promenait et que j’avais croisé. Ils étaient différents rien qu’à leur odeur, facile à identifier. Je ne savais pas trop si cela me rassurait, ou, au contraire, m’inquiétait. Toute ma vie j’avais côtoyé en grande partie des humains; je m’y étais habituée. Mais il faut évoluer avec son environnement. Et c’est sur cette phrase type, en pleine soirée, que j’avais décidée de sortir et d’explorer les quartiers qu’à date, suite à mon installation ici, il y a de cela quelques mois, je n’avais jamais visité, probablement parce qu’ils n’offraient rien qui pouvait m’intéresser. Or, l’important, quand on est en meute, c’est de connaître son territoire afin de guider les siens. Connaître sa ville, ses rues, ses quartiers.

C’est qu’Acca, t’es plus en meute, a marmonné ma conscience. Je me suis aussitôt empressé d’ôter cette sombre penser de ma tête. Si, j’étais encore en meute; j’avais… ma famille. Du moins en partie. Et ça comptait que j’étais toujours bêta, non ? Bon, tant pis.

Je me suis arrêtée, quelques secondes, et j’ai tourné la tête pour observer les alentours, dont les jolies habitations agglutinées là, souvent agrémentées d’un magnifique jardin et d’une pelouse impeccable à l’avant. Il y avait ici toute sorte d’odeurs, dont quelques-unes que j’ai aussitôt identifié; l’asphalte de la rue à l’air neuve, les fleurs, la pelouse propre, et… et… l’humain. L’humain ? Bien sûr qu’il doit y en avoir dans le coin ! J’ai soupiré. Parfois, je pouvais vraiment être stupide. Par exemple, quelle idée de se promener ici, en pleine nuit, alors qu’on crève de chaud à l’extérieur, en plein été… Mais les loups aiment la nuit, ils s’y sentent abrités. J’ai reniflé, encore une fois. Cette fois, l’odeur d’humain était encore plus proche. Très proche. Et avant même que je puisse me retourner pour tenter d’identifier d’où elle venait, une main s’est posée sur mon épaule droite, et m’a fait retournée vivement sur moi-même, comme si l’inconnu – car oui, c’était bien un homme – me jugeait. « Pas mal… Maintenant, dis-moi, qu’est-ce qu’une jeune adolescente comme toi fait à se promener toute seule, dans le quartier, à cette heure-ci ? Il doit être pas loin de… » J’avais envie de croquer sa main, de montrer mes crocs et de gronder. Mais face à ces êtres si aveugles, je devais rester inoffensive et me laisser paraître en effet comme une adolescente innocente. Ce qui faisait que je ne pouvais pas utiliser mes défenses. Ouch. J’ai sentis un grondement venir, mais je l’ai réprimé à la dernière minute, plantant mes prunelles dans celles de l’homme. Il avait l’air mal intentionné, avec ce sourire pervers en coin, cet amusement. J’avais envie de le frapper. Mais tout mon être m’obligeait à rester immobile. Je n’avais pas peur de faire face au danger, mais quand il s’agissait de mec embêtant, je n’ai jamais su comment réagir. Et je me trouvais pathétique face à ça.

Je déglutis, ne sentant pas l’autre présence, trop occupée à rejeter doucement l’inconnu. « Hey, c’est pas comme ça que tu vas t’en sortir, mademoiselle. » Il commençait à être lourd. Plutôt lourd. Vraiment agaçant. J'avais envie de lui faire ravaler sa réplique. Où était Vulcain quand on avait besoin de lui ?!

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Une petite soirée tranquille [Pv. Aeria] Sam 25 Juil - 10:34



❝Une petite soirée tranquille❞
Aeria & Accalia
J’avais passé une journée de merde, genre vraiment, et j’étais d’une humeur massacrante. D’autant que j’avais eu l’occasion de croiser Bane en ville et je m’étais crêpé le chignon avec lui, comme d’habitude. Je n’avais plus qu’une envie, c’était de rentrer chez moi et de prendre un bain. Il faisait nuit depuis un bon moment mais je n’y avait pas vraiment prêté attention. Je m’appliquais à rentrer rapidement et sans détour mais en arrivant dans ma rue, je vis deux silhouettes debout, très proches l’une de l’autre. A l’odeur, un humain et un chien. Ou quelque chose dans le genre. Je n’était pas familière des nombreuses créatures surnaturelles qu’on pouvait croiser à Weird Falls, pour tout dire je n’avais jamais rencontré autre chose qu’un vampire avant d’arriver ici et encore, ce vampire avait été mon créateur. J’étais souvent curieuse à propos de ces fameuses créatures, de leurs pouvoirs, de ce qu’ils pouvaient faire, mais je n’avais pas vraiment eu l’occasion de demander à quelqu’un. Je soupirais vaguement en m’arrêtant au coin de la rue. De toutes façons, j’étais obligée d’aller vers eux, ma maison était de ce côté. Mais bon, inutile de me montrer, je n’avais pas envie qu’ils me demandent une clope ou je ne sais quoi d’autre. J’avançais donc dans l’ombre des maisons, même si clairement la lumière des lampadaires me faisait chier, je les aurais bien éteintes à coup de coups de pieds rageurs si je n’avais eu pour mission de passer inaperçue.

En m’approchant, je pus voir clairement leurs visages et entendre clairement leurs voix. Il y avait un homme, carrément moche, avec le crâne à moitié dégarnit et un sourire colgate, j’étais sûre qu’il se prenait pour un Dieu à cause de ça celui-là. Il ferait mieux de se refaire faire son gros nez de cochon avant de se polir les dents du matin au soir. La fille quand à elle était très jolie, avec de longs cheveux châtains et un visage qui me plaisait bien. Je n’avais aucune idée de ce que ces deux là foutais ensemble et un tas de reflexions mal placées me vinrent à l’esprit avant que l’homme ne commence à parler d’une voix insupportablement rauque.  Pas mal… Maintenant, dis-moi, qu’est-ce qu’une jeune adolescente comme toi fait à se promener toute seule, dans le quartier, à cette heure-ci ? Il doit être pas loin de…  Ne me demandez pas pourquoi il ne finit pas sa phrase, je pense juste que le type était bizarre. La fille quand à elle avait vraiment l’air d’une fille fragile, pourtant c’était elle qui avait la même odeur que Bane, je pouvais le sentir maintenant. C’était une louve, pourquoi est-ce qu’elle ne réduisait pas ce sale type en charpie ? Il ne se doutait même pas de qui il avait à faire et elle se contentait de le repousser presque gentiment. Tu veux te faire violer ma fille ? Hey, c’est pas comme ça que tu vas t’en sortir, mademoiselle.  Ok, celui-là commençait vraiment à me casser les couilles. Je m’étais carrément arrêtée sous le porche d’une maison, ne pensant plus du tout à rentrer, tout ce dont j’avais envie c’était de massacrer ce gros bouffon et sans boire son sang, ce n’était pas mon genre. Comme la fille n’avait pas l’air de réagir, je m’approchais silencieusement derrière elle. Du haut de mes un mètre soixante, j’étais persuadée que l’homme n’aurait pas peur de moi, il ne me verrait peut-être même pas derrière la fille, elle cacherait mon corps menu et je frapperais tel un serpent. Du moins dans ma tête je voyais la scène comme ça. En réalité, l’homme me vit et son sourire s’élargit. Je l’entendis vaguement marmonner quelque chose à propos de ma robe qui serait soi-disant trop courte avant de lui attraper la gorge de ma main - je n’aurais clairement pas pu mettre ma main plus haut, heureusement qu’il ne faisait pas deux mètres - et de commencer à serrer. Le gars lâcha instantanément la fille, il ne pouvait plus respirer et sa face prenait une teinte violacée. Ma poigne de fer attira son visage vers le mien. Ecoutes moi bien gros connard, ici c’est chez moi, je te reprends encore à toucher à une fille et je te réduis en miette. Je relâchais ma prise sur sa gorge et il tomba à quatre pattes, tentant tant bien que mal de reprendre sa respiration. Et à priori, ça se passait plutôt mal.

Je me tournais ensuite vers la louve. Tu veux entrer cinq minutes ? J’espère que je t’ai pas choquée, ce mec méritais une bonne leçon et t’avais pas l’air de vouloir la lui donner. Sous-entendu, je sais que tu en avais les moyens ma petite. Je lui fais en souriant et en désignant ma maison qui est à deux pas.


© Pando


Dernière édition par Aeria Ivanova le Sam 25 Juil - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Une petite soirée tranquille [Pv. Aeria] Sam 25 Juil - 20:52

Une petite soirée "tranquille"

Aeria & Accalia


« Thank you for your help. »
L’homme ne voulait pas lâcher l’affaire, et cela commençait vraiment à me taper sur les nerfs. J’avais fortement envie d’arracher sa gorge avec mes crocs de loup, mais quelque chose m’obligeait à rester coincée, comme une idiote triplement innocente, à le fixer avec des grands yeux, oh certes peu craintif, mais qui ne m’était d’aucune aide, j’en avais bien peur. Je savais tout de suite ce que ce mec désirait, ce n’était qu’un pervers de la pire espèce qui guettait les pauvres filles comme moi qui revenait à la maison. Non, Calia, tu n’es pas l’une de ces « petites fille innocentes ». Tu es une louve, bordel, et quand vas-tu te décider à te défendre ? Cette pensée me traversait sans cesse l’esprit, jusqu’à temps que je remarque que le sourire de l’inconnu s’élargit – le rendant encore plus laid, pour être franche – et qu’il sembla remarquer un point derrière moi. Je me sentis retenir mon souffle, en même temps que je retrouvai l’odorat. Génial, ce type avait tellement occupé ma vigilance que j’avais oublié de rester sur mes gardes et de remarquer les autres présences. Un instant, j’ai eu peur qu’il s’agissait d’un de ces potes, venus pour l’aider. Ta mère t’a dit de ne pas te battre… N’utilise pas ta forme de louve… reste discrète… Et si ma sécurité était en jeu ? Et si je devais le faire, par obligation ? Je l’entendis murmurer quelque chose, que je ne tins pas compte, immobilisée, trop nerveuse pour faire quoi que ce soit.

De toute manière, avant même que je puisse esquisser un geste de défense et me tourner pour attaquer le nouvel arrivant, ce fut ce dernier qui s’empara de la gorge du monsieur, sans aucune gêne. Et à ma grande surprise, elle s’avança, et je vis qu’il s’agissait d’une demoiselle, d’une belle demoiselle à l’air vraiment fâché – moi je ne lui chercherais pas les noises – et, de toute évidence, à l’odeur, d’un vampire. C’était fascinant, je n’avais que peu croiser des vampires ces temps-ci, et celle-là semblait venir d’un autre milieu, car sans aucune hésitation, elle fit reculer l’inconnu, le sale pervers, l’égorgeant presque, et le laissant tomber, presque violet, contre l’asphalte froide en soirée. Alors je me laissai respirer, et je me rendis compte que pendant le geste, j’avais suspendu ma respiration. Non pas par peur. Je ne la craignais pas. Tout simplement parce que j’étais une louve, je pouvais de toute évidence me débrouiller, mais aussi parce que bon, elle venait de prouver son côté en m’aidant, en attaquant ce monsieur. Ça avait toutefois été fait avec une brutalité qui n’aurait pas pu être humaine, sa force ne pouvait qu’être vampire. J’étais vraiment intriguée, et, comme par magie, elle me proposa de rentrer, quelques instants, comme pour me remettre de mes émotions. Elle était plus petite que moi – d’une dizaine de centimètres – mais elle semblait légèrement plus âgée que moi. Peut-être la vingtaine. Mais quel âge avait-elle réellement ? De toute évidence, elle était plutôt jolie. Et sans m’en apercevoir sur le coup, je me suis mise à l’apprécier tout de suite; peut-être parce qu’elle venait un peu de me sauver la mise, alors que j’aurais pu le faire moi-même.  « Merci, vraiment. Je ne sais pas ce qui m’a prise, d’habitude je… je ne me laisse pas faire, mais voilà, ma mère m’interdit de démontrer ma vraie nature, et… »  J’hésitai, et mes yeux s’écarquillèrent, alors que je la suivis vers sa maison.  « Attendez, vous savez que je suis une… louve ? »  Je soufflai. Probablement. Les vampires ont sûrement un sixième sens, ils sont beaucoup plus doués que les humains, et ils ont aussi un bon odorat, non ? Ou peut-être que ça se voit, ce que je suis, je suis peut-être pas assez discrète.  « J’aime beaucoup votre quartier, c’est… c’est beau. »

Mais peut-être un peu malfamé ? Bien sûr que non, je n’avais qu’à regarder autour de moi pour me convaincre que d’habitude, c’était un quartier résidentiel très acceptable, et même assez… assez riche. Le mec devait venir d’un autre lieu. À coup sûr. Je souris à la vampire.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Une petite soirée tranquille [Pv. Aeria]

Revenir en haut Aller en bas

Une petite soirée tranquille [Pv. Aeria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Petite vidéo» Petite séduction» Voulez-vous croquer une petite brioche ? =) ♥» Une petite étoile haut dans le ciel...» petite renseignement svp



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Falls :: RP archivés-