Partagez|

La maison de tous les délires Ft Arjun Singh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

nous chassons ceux qui nous chassent

avatar
Arjun Singh
nous chassons ceux qui nous chassent








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 21/06/2017 MESSAGES : 256 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier
+ SITUATION OFFICIEUSE : Chasseur
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Lun 18 Déc - 16:26

La maison de tous les délires



Mais de quelles caméras parlait-elle ? Perso, j’aurais préféré une trousse de secours ou S.O.S Lycan, ce qui serait plus logique selon moi, même si S.O.S Lycan n’existait pas. À, mais oui, elle ne devait rien connaître des créatures dites surnaturelle et donc, se croire dans « Juste pour rire » ou une scène tournait en secret par son boss. Ça va, ce n’était pas Ridley Scott, on avait rien à craindre de ce côté-là. En fait, j’aurais aimé justement que ce ne soit qu’une scène pour un film, cela devait être moins dangereux que se mesurait contre un homme chien psychopathe. Bon ben, puisque nous sommes, alors nous y sommes.

"Bon d'accord. Tu veux jouer ? Alors va chercher ça Lassy."

En position d’attaque, je tentais déjà donner une première série de coups. Rapides comme à la boxe, avec une respiration à chaque attaque, visant bien au niveau de la poitrine et des côtes. Mais c’était à croire que mes poings rebondissaient sur sa masse velue. Je lui faisais mal au moins ? On ne dirait pas. Le producteur voulu sans nul doute me découper en tranche avec ma grosse patoune griffue. Mais j’arrivais à esquiver juste à temps le coup, me baissant au bon moment, il n’a dû me couper que quelques cheveux. Sale monstre ! Mais pas le temps de souffler, à terre, je tentais de le frappais avec ma jambe une de ses grosses pattes, avant de la prendre en tenaille avec mes deux membres inférieurs et le faire tomber en tirant vers moi.

"Eh ! Vous avez vu ce que je suis arrivé à faire là ?! Trop balaise !" Exultais-je à Kimi en me relevant sans cremarquer qu'elle dormait au sol.

Mais les réjouissances ne furent que de courte durée, car le monstre se releva déjà et il semblait bien plus énerver qu’avant. Rien qu’avoir son rugissement à faire trembler la baraque, les yeux remplit de flamme et les postillons que je recevais en pleine poire, il était plus qu’énerver, et j’allais sans doute en baver.

"Oh zut."

La bestiole m’attrapa à son tour ma jambe et me jeta au loin, une fois de plus. Il faudrait qu’il se renouvelle dans ses attaques. Car là, faire du vol plané et m’écraser, ça va cinq minutes, mais on n’était pas dans un jeu vidéo tout de même. Au moins, je ne m’écrasais pas à terre comme un pigeon mort. Non, je roulais sur le sol pour atterrir sur mes quatre pattes. Le petit Arjun n’était pas un bleu et toc ! Mais au lieu de vouloir en finir avec moi, la grosse bête semblait plus intéresser maintenant par quelqu’un d’autres.

"KIMISORE YUI ! TU AURAIS DUS NE PAS TE MÊLER DE CEUX QUI NE TE REGARDAIENT PAS ! TU AS TUER MON ENFANT !"

Oh non, le loup-garou voulait tuer Kimi maintenant. Un peu comme la Belle au Bois dormant, il comptait bouffer la princesse endormis. L’adrénaline dans mon organisme avait atteint son paroxysme. Douleurs, peurs, tristesse, colère…. Tout cela me devenait presque étranger. Je n’avais plus qu’une idée en tête, massacré le gros clébard et sauver Yui. Alors, tel un fauve, je bondissais droit devant moi, parcourant la distance qui me séparer de la maison en quelques secondes. Au passage, je ramassais un couteau tombé du buffet que ma vue surdévelopper de chasseur avait remarquer. Me voyant arriver, le loup tenta à nouveau de me frapper, mais avec une agilité étonnante, je l’esquivais à nouveau, et avec l’ustensile, je le frappais une première fois dans la jambe, le faisant se mettre à genoux. Puis, me retournant sur moi-même, je le frappais en pleine gueule, manquant de lui crever un œil. Le lycan hurla et s’écarta de nous.

Et oui mon gros, on ne se débarrassait pas de moi, aussi facilement. J’avais encore de l’énergie, bien assez pour lui botter ses petites fesses poilues. Jouant avec mon arme provisoire, je me remis en position d’attaque entre lui et mes amis, l'une endormie et l'autre enfermer dans un placard, défiant du regard le monstre en colère. Au début, il m’avait surpris, mais à présent j’avais à cent pour cent l’esprit du chasseur en moi, le guerrier s’était réveillé.

"Ca va aller Kimi, je m'occupe de tout."

Disais-je à l'intention de la comateuse. Incroyable qu'elle ne se soit pas réveiller avant avec tous ce bazar.


Codage par Libella sur Graphiorum



_____________________________________________

The Nachos hunting is open
Les amis / La petite vie / Le Journal


Dernière édition par Arjun Singh le Mer 17 Jan - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

vulnérables... ou non.

avatar
Kimisore Yui
vulnérables... ou non.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 22/06/2017 MESSAGES : 356
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Jeu 28 Déc - 17:05

Arjun - Ca va aller Kimi, je m'occupe de tout.

A mon réveil, je n'entendis que ces paroles prononcées par cet homme rencontré après ce terrible événement. Étions nous destinés à nous rencontrer, surement. Je doute que le fait de se tomber dessus deux fois à des moments étranges soit un hasard. On était peut être liés afin de s'aider à résoudre des mystères.

Je mis du temps à me remettre de mon choc et à me réveiller complètement. Même lorsque j'eu les yeux grands ouvert, j'eu du mal à savoir si ce que je voyais était un rêve ou la réalité. Voir un combat entre un humain et une bête bizarre n'était pas chose courante. Mais peut importe, dès que je pu me relever, tenir stablement debout, j'entrepris de l'aider. Le seul problème était que je ne comprenais toujours rien à ce qu'il se passait. Cela dit tant que je peux bouger, autant aider la personne qui essai de me protéger depuis tout à l'heure. Après tout c'est un peu par ma faute qu'il se trouve dans cette situation.

Je me mis donc en route d'abord en marchant puis, vu que je n’éprouvais pas de douleur, en courant. La situation devenait de plus en plus critique depuis tout à l'heure. Et même s'il semblait avoir un regain de force, son corps devait toujours le faire un peu souffrir. Et sans aide ce combat risquerait de durer encore des heures. Je me jetais donc sur la bête. A vu d’œil on pourrait croire que je lui faisais juste un gros câlin mais la vérité était tout autre.

Je n'avais pas averti Singh de ce que j'allais faire. Je n'avais pas de plan avant de me lancer. Je suis maintenant sur la bête. Je la serre très fort, le plus que je peux. J'essais de trouver un endroit ou la mordre (je ne suis pas un vampire) et la mord pour essayer de la blessée. Sauf qu'a part lui arracher la peau (chose que je ne peux point faire à cause de sa peau dur), je pense que je l'eu juste pincé légèrement, avec mes dents. On fait du mieux que l'on peut avec la préparation que l'on a. Qu'aurais-je pu faire d'autre après tout?
Revenir en haut Aller en bas

nous chassons ceux qui nous chassent

avatar
Arjun Singh
nous chassons ceux qui nous chassent








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 21/06/2017 MESSAGES : 256 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier
+ SITUATION OFFICIEUSE : Chasseur
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Ven 29 Déc - 19:25

La maison de tous les délires


Sans rien n’y comprendre, je voyais une Kimisore se jetait au coup du loup-garou et l’enlacer fort comme si elle était en transe. Inutile de préciser comment j’avais poussé un cri de peur en la voyant agir comme ça. Cette fille était la plus étrange que j’avais rencontrée, je me demandais même ce qui lui passait par la tête. On pouvait se demander s’il s’agissait de courage ou de folie. Depuis le début, elle éprouvait un certain intérêt pour l’enquête jouant les détectives à la Miss Marple, oui je connaissais quelques classiques. Mais là, au lieu de prendre la fuite comme un être humain sensé, elle se jetait sur la bestiole alors qu’elle sortait tout juste du coma. Était-il possible que Yui puisse me cacher des choses, comme par exemple être elle-même une créature surnaturelle ou bien une chasseuse ? Cela pourrait expliquer pas mal de chose, je pense.

"Mais... Qu'est-ce que tu fais ?!" Criais-je à son intention.

Pour tout vous dire, j’ignorais ce qui me faisait le plus peur, ou qui me motiver à donner des coups. Cela pouvait très bien être le monstre psychopathe qui m’énervait, ou bien savoir mes amis proches de la mort à cause de lui, ma propre vie menaçait, ou voir Kimi risquait inutilement la sienne. Mais rester inerte et laisser faire n’était pas dans mes habitudes. J’étais un actif, il fallait que je bouge, que j’intervienne et c’était ce que je faisais. Le garou se débattait contre Yui, et il était clair que l’actrice ne tiendrait pas longtemps et qu’elle finirait en petits morceaux entre les griffes du monstre. Sans plus attendre, je sautais dans la bagarre. Une technique que j’avais apprise et pratique contre ces monstres, c’était de toujours attaquer par le bas. Avec leurs longs bras, ils étaient plus tentés de frapper devant eux ou au niveau du visage, surtout quand ils étaient dressés sur leurs pattes arrière. Mais pour toutes attaques venant par en dessous, ils paraient plus lentement.

Armé de mon petit couteau, je lui fis de petites coupures au niveau de l’abdomen. Cela devait plus ressembler à des piqûres de moustique qu’à des blessures graves. Mais le réalisateur semblait à présent plus importuné par moi que par la comédienne. Il tenta de m’arracher la tête avec une de ses grosse patounes, mais il n’effleura que mes cheveux, esquivant son attaque. Cela commençait sérieusement à l’énerver de louper à chaque fois ses attaques contre moi, mais comme il semblait plus apte au bourrinage qu’à adopter une vraie stratégie, c’était facile pour moi. Je frappais en me retournant dans les côtes, ce qui le fit hurler à la mort en se ruant comme un taureau mécanique, faisant tomber Kimisore.

Ce fut alors, que je me souvenais de quelque chose, concernant mon arrivé à la soirée et qui pourrait nous sauver la vie. Si nous agissions assez rapidement et avec beaucoup d’adresse, nous pourrions avoir une chance d’en finir avec la grosse boule de poile pour de bon. Attrapant mes clefs dans ma poche, je les lançais à Kimisore, profitant du moment où le loup humain se plaignait de ses douleurs. Nous n’avions que peu de temps, car il allait sans doute s’en remettre et revenir à la charge.

"Vite ! Vas à ma bagnole et ramène moi ceux qu’il y a dans le coffre ! Je vais le retenir le temps qu’il faut !"

Codage par Libella sur Graphiorum


_____________________________________________

The Nachos hunting is open
Les amis / La petite vie / Le Journal


Dernière édition par Arjun Singh le Mer 17 Jan - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

vulnérables... ou non.

avatar
Kimisore Yui
vulnérables... ou non.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 22/06/2017 MESSAGES : 356
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Mar 2 Jan - 23:28

Evidemment qu'il n'allait rien comprendre à mon action. Cela ressemblait plus à marque d'affection envers un gros nounours qu'une tentative de stopper notre ennemie.

Arjun - Mais... Qu'est-ce que tu fais?!

Kimisore - Si seulement je le savais. Je ne suis pas dans mon état normal là, je ne sais même pas ce qu'il se passe! Mais je crois savoir ce qu'il va se passer. Je vais bientôt tomb...

Alors que mon compagnon d'infortune était au prise avec notre agresseur, il se passa ce que je pressentais. Celui-ci sur lequel j'étais pour aider mon ami, se transforma en cheval terrorisé, il se cambra et me fis tomber.

Kimisore - Je! Suis tombée. Je rectifie.

Arjun - Vite! Vas à ma bagnole et ramène moi ce qu'il y a dans le coffre! Je vais le retenir le temps qu'il faut!

Qu'est ce qu'il pouvait y avoir dans son coffre pour nous aider? Pourquoi aurait-il des objets supposés mettre un terme un ce combat? Avait-il prévu qu'il devrait se battre en arrivant à cette fête? Serait-il finalement venu ici en tant que policier?

Cela faisait la troisième fois que l'on se voyait et il me faisait déjà assez confiance pour me donner ses clefs de voitures. Il a du finalement comprendre que je ne pouvais me résigner à l'abandonner. Dès que j'eu attraper ses clefs je couru à toute vitesse à la voiture. Une fois sur place je constatais que Singh arrivais effectivement bien à le retenir car il n'étais pas à la voiture.

J'ouvris donc le coffre et me sentie encore plus comme dans un film, une série. J'avais encore plus l'impression que ce que l'on vivait actuellement Singh et moi allait être regarder par des millions de personnes. Et si ce n'était pas le cas c'était surement un rêve. Il y avait tant de choses à l’intérieur... une sorte... d’arbalète, de carreaux d’arbalète, des couteaux et... des fioles remplis de choses étranges. Mais pourquoi avait-il toutes ses choses dans son coffre?

Je comprenais de moins en moins ce qu'il se passait. Ce qui me choquait de plus en plus. Mais je savais une chose, j'en étais sûr. Singh comptait sur moi pour l'aider. Il savait maintenant qu'il n'était pas seul à se battre, qu'il avait quelqu'un à ses côtés. Je devais donc l'aider. Ne pensant à rien d'autre qu'à lui, je pris l’arbalète et ces choses qui permettent de s'en servir. Je pris quelques unes des fioles aussi, je ne savais pas à quoi cela pourrait servir, mais mon instinct me disait de les prendre. Je verrais bien si elle deviennent utiles plus tard.

Je couru vers la maison avec tout mon attirail, en faisant attention à ne pas tomber. La route fut facile à la maison, ce qui me faisait penser à un rêve. En tout cas je l'espérais. J'entrais à l'intérieur de la maison et me précipitais vers Singh afin de lui rendre ses clefs et ce pourquoi il me les avait prêtées. Mais la bête n'était pas loin.
Revenir en haut Aller en bas

nous chassons ceux qui nous chassent

avatar
Arjun Singh
nous chassons ceux qui nous chassent








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 21/06/2017 MESSAGES : 256 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier
+ SITUATION OFFICIEUSE : Chasseur
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Dim 7 Jan - 10:38

La maison de tous les délires


Le loup-garou n’était pas un warrior. Un bourrin oui, mais il n’avait aucune technique de combat. Sans doute, avait-il l’habitude des proies faciles, celles ne sachant que fuir et à peine se défendre. Plongé dans le monde du cinéma, il devait avoir une certaine protection autour de lui, ne devant craindre ni chasseur ni shaman. Enfin, je ne pouvais que spéculer, car je ne savais qu’il n’était garou que depuis ce soir. En tout cas, j’arrivais à garder de l’ascendance sur lui, évitant de me blesser et le tailladant après plusieurs acrobaties. La grosse bête était comme un mode berserk, il tentait de frapper toujours plus fort et plus vite, mais ses attaques étaient des ordonner. Pire qu’un ivrogne qui chercherait la bagarre. Sans doute qu’avant, un simple coup de griffe suffisait, mais à présent, il devra se monter plus agile.

Kimisore arriva enfin avec tout mon matériel. J’imaginais bien qu’elle devait avoir des tas de question du comment et du pourquoi, mais j’étais un peu trop occupé pour lui répondre. Sans doute, aurais-je droit à un interrogatoire une fois cette histoire terminée, et si nous étions encore en vie. Évitant une autre attaque du garou, je fis une roulade sur le côté pour récupérer ma fidèle mini-arbalète et un carreau recouvert d’argent. Ce qui était bien avec ces trucs-là, c’était qu’on les armait. C’était facile et rapide, pas besoin de grands efforts. Le projectile une fois installé, restait dans l’arme malgré qu’on soit obligé de se bouger. Armé et prêt, je visais vers le gros monstre qui bondissait vers moi, les griffes menaçantes et la gueule bien ouverte, désirant en finir. Tant mieux, moi aussi je voulais mettre fin à la fête.

"Bouffe moi ça mon gros !"

Une simple pression, suffisait à finir tout cela. Le carreau décolla et fusa en direction de la bête, lui entrant en pleine gueule. Le monstre hurla de douleur sous l’impact, de désarticulant dans les airs avant de s’écrouler lourdement au sol et glisser sur quelques mètres. Le loup semblait se débattre contre un ennemi invisible par terre, ayant du mal à lâcher un son, tellement l’argent et le carreau lui faisaient mal, ayant transpercer la gorge, sortant par-derrière. La bête souffrait le martyre, sentant ses forces le quittaient peu à peu, avant de finalement laissaient ses membres mourir au sol, devenant inerte.

Je me mis à souffler de soulagement, pouvant enfin respirer après ce combat. Tout mon corps criait de joie pour pouvoir se reposer enfin. Fin du travail, on pouvait rentrer chez nous et dormir un peu. J’étais fière de moi, ce n’était pas ma plus grosse bataille, mais ce n’était pas pour autant que la tâche était simple. Voulant me la péter un peu, je posais mon arme sur mon épaule style badass et m’exclamais-je :

"La fête est fini baby."

Alors que des morceaux de planche tombaient du plafond et qu’il commençait à avoir un début d’incendie dans la maison. Puis, je me tournais vers Yui.

"Ca va aller ?"

Codage par Libella sur Graphiorum


_____________________________________________

The Nachos hunting is open
Les amis / La petite vie / Le Journal


Dernière édition par Arjun Singh le Mer 17 Jan - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

vulnérables... ou non.

avatar
Kimisore Yui
vulnérables... ou non.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 22/06/2017 MESSAGES : 356
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Sam 13 Jan - 19:20

Quel carnage.
Tout avait pourtant si bien commencé. La maison contenait tout les divertissements possible, les gens s'amusaient, dansaient, riaient. Qu'en est-il maintenant? Le vent soufflant dans la maison délabrée, anéantie. Détruite et incendiée. Est-ce vraiment comme cela qu'un policier devait mener à bien ses affaires? Était-est-ce vraiment une enquête ordinaire pour lui? Ai-je réellement vu ce que j'ai vu?

Kimisore - Sommes-nous en sécurité dans cette maison?

J'entrepris de chercher "Ben", la personne devant surement accompagner notre sauveur. Après tout la décoration et l'odeur de cette maison ne donnaient plus très envie d'y rester à l'intérieur. Il ne devait rien comprendre non plus, plus que moi-même vu qu'il n'a pu qu'entendre la scène. Et encore, s'il était réveillé. Mais quand j'ouvris la porte la porte je le vis en train de dormir contre un mur. Je savait qu'il avait un peu bu à cause de son air déconnecté quand il s'est présenté à nous durant la bagarre, cela dit de le voir à ce point... Il avait du bien profiter de la fête, au moment où elle était au plus haut. En le regardant je me dis que pour le sortir d'ici, j'allais avoir besoin d'aide.

Kimisore - S'il vous plais Singh! Pouvez-vous m'aider?!

Avec ce dernier nous menâmes Ben en dehors du danger. Une fois sortis toute la maison s'écroula. C'était moins une. En y repensant je me dis que c'était le bon moment pour remercier notre héro de nous avoir sauvé.

Kimisore - Merci de nous avoir protégés et sauvés. Je suis désolé pour vous, vous étiez venu pour vous amuser et oublier un peu l'affaire sur laquelle vous travailliez, vous reposer. Vous n'avez pas eu le temps de beaucoup en profiter.

Pour accompagner mes remerciements, je l'embrassais sur la joue.

Kimisore - Voulez-vous que je vous accompagne à l'hôpital? Vous devez souffrir le martyr avec toutes ces cascades. D'ailleurs... vous faites ça souvent?
Revenir en haut Aller en bas

nous chassons ceux qui nous chassent

avatar
Arjun Singh
nous chassons ceux qui nous chassent








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 21/06/2017 MESSAGES : 256 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier
+ SITUATION OFFICIEUSE : Chasseur
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Mar 16 Jan - 14:13

La maison de tous les délires


Il était difficile de se venter, alors que toute la baraque s’effondrait à ce moment-là. Au moins, Ben fut mis en sécurité grâce à Kimisore. Nous ne laissions plus qu’un tas de décombres derrière nous, un beau bazar avec le cadavre d’un gros loup qui reprenait peu à peu une apparence humaine, signe qu’il était bien mort. Et moi qui pensais que ce serait une soirée sympa, comme quoi j’avais bien fait de toujours garder du matos sur moi, on ne savait jamais. En nous éloignant du bâtiment en flamme, bon il n’était pas en flamme, juste un peu cassé, mais l’image est plus belle comme ça, je pus entendre le cri des sirènes. Celle de la police et des ambulances, pas des poissons sexy. Ils en avaient mis du temps, mais il était bon qu’ils arrivent après que le gros toutou se soit fait piquer. Je n’ai rien contre les animaux, je les adore, mais quand ils veulent vous bouffer, on était plus copain.

"Maintenant oui, on l'est." Donnais-je comme réponse à Yui.

Dans quelques secondes, l’endroit sera envahi de flics, d’ambulanciers, et de journalistes. L’endroit fourmillera autant que lors des festivités, et bien que me ventait auprès de mes collègues et fanfaronnait devant les caméras me tentaient, je ne me sentais pas le cœur de trop jouer la star. Allant à mon véhicule, je rangeais mes armes. Il ne fallait pas que mes collègues les découvrent, sinon ils trouveront cela suspect et j’en avais trop besoin, pour ne pas les laisser être scellé comme pièce à conviction. Je laissais au moins le carreau empoisonné dans la gueule du directeur, je pourrais prétexter que je l’avais trouvé là, et m’en suis servi pour me défendre. Inventé une belle petite histoire, j’étais doué. Kimisore me fit remarquer mes blessures et me proposa d’aller à l’hôpital. Je me mis à les examiner.

"Non, ca va aller. Suis plus solide que ça, et j’ai connu pire vous savez. De toute, je serais bichonner une fois que la cavalerie sera arriver."

C’est alors que je me rendais compte que, pour moi, tout cela était parfaitement normal, tabasser du loup-garou, être roué de coups et m’en sortir vivant, telle une journée normale. Alors que Kimi, elle, cela devait être la première fois qu’elle devait voir tout ça. Et pourtant, elle semblait normale, pas plus terrifier ou traumatiser que ça. Bon, elle s’était un peu évanouie au début, mais elle semblait déjà remise. Il fallait que j’en aie le cœur net, avant que les autres n’arrivent. J’avais promis à mon mentor, le vieux râleur, que j‘éviterais que le monde surnaturel ne soit connu, du moins balancer comme ça à la face du monde. Peut-être que si Kimisore parlait de loup-garou, il y avait une chance qu’on la prenne pour une folle, mon plus grand espoir. L’attrapant par les épaules, je plongeais mon regard dans le sien.

"Kimisore, comment te sens-tu ? Cela a dû être très éprouvant. Et sans doute, tu ne dois pas trop savoir ce qu’il s’est passer."

Codage par Libella sur Graphiorum



_____________________________________________

The Nachos hunting is open
Les amis / La petite vie / Le Journal
Revenir en haut Aller en bas

vulnérables... ou non.

avatar
Kimisore Yui
vulnérables... ou non.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 22/06/2017 MESSAGES : 356
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Jeu 25 Jan - 23:51

C'est alors qu'il me fixa, me tenant fermement par les épaules. Son regard intense me réchauffa, m'apaisa. Dans ses mains je me sentais protégée, rassurée. Il me faisait oublier tout autour de moi. Je me détendais de plus en plus.
Malgré le fait qu'il me fasse me sentir bien, j'éloignais ses mains.

Kimisore - Je vais bien. Je vais beaucoup mieux maintenant.

Pour une raison inconnue mon regard se posa sur ce qu'il y avait derrière lui. Le corps inerte du réalisateur, dévêtu, ensanglanté avec un carreaux au niveau de la bouche. A cette vision je pu retenir un cris d'horreur et enfouis mon visage dans les bras d'Arjun.

Kimisore - Qu'est-ce qu'il s'est passé? C'était vraiment lui que l'on combattait? Il est vraiment... mort?

Je le serrais fort dans mes bras. Pour me consoler, fuir la réalité. Empêcher mes jambes de se dérober. Je pouvais pas croire que l'on avait tué une personne. Je ne pourrais plus jamais le voir. Nous avons mis tout le staff de la série au chômage. La série sera arrêté le temps de trouver un nouveau réalisateur, comme lors de la mort de Noah et les autres. Un instant je m'accrochais à son torse et levait la tête cherchant son regard.

Kimisore - Pouvez-vous rester avec moi?

J'avais l'impression que nous allions de tragédie en tragédie. Nous n'avions même pas eu le temps de nous remettre d'un drame qu'un autre apparaissait.

Kimisore - Finalement je ne me sens pas très bien... je n'ose pas penser à quel point vous ne devez pas être bien vous non plus. Après tout... vous avez ... rencontré... plusieurs fois le, le sol...

J'étais un peu gênée de dire ça mais je ne me sentais vraiment pas rester seule. Je voulais m'écrouler de nouveau. J'étais aussi inquiète de son était, ce n'est pas tous les jours que l'on attrape autant de coups dans une même soirée.

Je fus coupée dans ma réflexion par un ambulancier.

Ambulancier - Vous allez bien? Vous voulez qu'on vous emmènes?

Mon regard se fit alors plus insistant envers Singh. Pour moi il fallait vraiment qu'on les suivent. Nous n'étions pas en bon état. Il nous fallait du soin et du repos. Si seulement nous pouvions nous reposer. Ce dont je doutais à ce jour.
Revenir en haut Aller en bas

nous chassons ceux qui nous chassent

avatar
Arjun Singh
nous chassons ceux qui nous chassent








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 21/06/2017 MESSAGES : 256 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier
+ SITUATION OFFICIEUSE : Chasseur
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Dim 28 Jan - 14:26

La maison de tous les délires


Kimisore semblait bien encaisser la chose, ce qui me rassurait d’une part. Pourtant, ce ne devait être son lot quotidien, affronter des loups-garous et voir tout un bâtiment réduit en miette dans une grosse bagarre. Mais ce moment ne dura pas, car l’actrice se jeta dans mes bras en pleure après avoir vu le corps de son patron par terre, flottant dans une mer de sang. Je ne savais pas si c’était par habitude, mais voir ce cadavre ne me fit ni chaud ni froid, même si en cette saison, on se gelait pas mal. Perdais-je donc mon humanité à force de côtoyer le surnaturelle ? Mon expérience m’avait certes n’endurcit rien qu’avec les entraînements, et quand quelqu’un tentait de me tuer, j’éprouvais aucun remord à lui rendre la monnaie de sa pièce. Mais j’en avais pour cette pauvre jeune femme en larme.

"Je suis désolé."

Juste ces quelques petits mots réconfortants qui pouvaient faire une différence. Loin de moi l’envie de mettre tous ces gens au chômage. Encore moins de tuer. Même si je pouvais ôter la vie facilement, je préférais toujours éviter. Genre un simple échange de coups pour moi suffisait, mais quand on ne vous laisse pas trop le choix… Kimisore semblait inconsolable, elle plongea son regard mouillé dans le mien, me suppliant de rester avec elle, de ne pas la laisser seule. Mon cœur était rempli de tendresse, comme quand j’étais avec ma sœur qui allait mal. Je la serrais fort à mon tour, lui disant :

"Non ! Non, je reste ne vous en fait pas."

Moi qui vivait ce genre de chose souvent, qu’est-ce que cela pouvait être pour la jeune actrice ? Je me souvenais à peine quand je vis mes premières créatures surnaturelles. Avais-je autant pleuré ? Je ne savais pas, peur sans doute. Me rappeler du premier loup-garou ne me faisait plus rien, juste revoir ce visage poilu ne me faisait plus la moindre émotion. Mais me connaissant, j’ai sans doute dû faire plusieurs fois sur moi. Quand on voyait un lycan, vampire, sorcier, élémentaliste et j’en passe, ce n’était jamais facile. Car notre monde se brisait, notre cerveau ne comprenait plus rien, il cherchait une réponse à nous rendre fous. Et si on n’était pas aidé… On le devenait. Les ambulanciers et la police arrivèrent sur place. Un homme des soins nous proposa de venir avec lui pour être soigné. Je déposais un regard à Kimi avant de me défaire de son étreinte.

"Ca va allait Kimi. Vas-y, je te rejoins, je dois aller parler avec quelqu’un avant."

Laissant Kimisore entre de bonnes mains, je vins à la rencontre de mes collègues du poste. Autant dire qu’ils n’étaient pas très contents de me voir ici. C’était du genre « Mais qu’est ce que tu fiches ici ? C’est toi qui as fait tout ça ?... » Mais ils retrouvèrent très vite leur calme. Apparemment, Ben allait bien aussi et il recevait ses soins de manière euphorique. De mon côté, je faisais ma déposition. Bien entendu, je ne pouvais pas parler de loup-garou et tout ça, fallait inventer une belle petite histoire. Alors je racontais que le producteur avait perdu la tête. Il s’en était pris à Kimisore Yui, et que je voulais la défendre. Seulement le gars s’était emporté et comme prit de démence, à tenter de me tuer en cassant tout sur son passage. J’étais à sa merci, mais j’avais attrapé le premier truc qui me tombait sous la main pour me défendre. Cela semblait tenir, j’en profitais pour gratter quelques informations. Une fois chose faite, je revenais vers Kimisore.

Elle était installée dans une des ambulances, recevant bandages et autres soins. Bras croisé, je me reposais contre la porte ouverte, avec un grand sourire compatissant. On l’avait échappé belle il fallait dire. Un peu plus et on serait entrain de nous faire digérer dans le ventre de ce monstre. Mais nous voir là, était rassurant. Comme la fin d’un film d’horreur, on était à présent en sécurité, entouré de tous ces gens.

"Comment ut te sens ?"

Codage par Libella sur Graphiorum


_____________________________________________

The Nachos hunting is open
Les amis / La petite vie / Le Journal
Revenir en haut Aller en bas

vulnérables... ou non.

avatar
Kimisore Yui
vulnérables... ou non.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 22/06/2017 MESSAGES : 356
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh Dim 11 Fév - 23:26

L'ambulancier m'emmène et m'examine pendant ce temps là je regarde Singh s'éloigner avec ses collègues. Ses cheveux bruns en pagaille. Son visage toujours aussi beau malgré une légère griffure au visage. Le reste de son corps lui, n'avait pas eu de traitement de faveur. Ses vêtements déchirés laissait apercevoir des bleus et quelques griffures minimaliste.

Kimisore - Apparemment personne ne touche à Arjun Singh. (me suis-je surprise à marmonner)

Un collègue de Singh me remmena dans le monde réel. La où les heures passent vite que tu te concentre sur quelque chose (ou quelqu'un) ou non. Je lui dit que c'était le réalisateur qui avait fait une fête où tout le monde était invité. Mais qu'il ne supportait pas que l'on lui dise non, au quel cas il devenait fou de rage. Et que Singh à du me protéger.

Heureusement, il ne demandait pas plus de détails que ça. Je ne vois pas ce que j'aurais pu dire de plus. Je ne sais toujours pas vraiment ce qu'il c'est réellement passé. J'ai tout vu, mais je ne sais toujours pas quel stratagème le réalisateur à mis en place pour fabriquer tous ces effets spéciaux. Un moment c'est lui, un autre, une bête.

Quand Singh revint vers moi. Et que son collègue en avait fini avec moi. Je me replongeais dans ma contemplation. Il avait le don d'attirer mon regard et mes pensées vers lui.

Singh - Comment tu te sens?

Kimisore - Toujours en état de choc...

Il m'intriguait. On aurait dit que l'animal ne l'avait que très peu griffé. On penserait plus qu'il l'avait juste boxé. Lorsqu'il se battait, c'était plus qu'une bagarre. Sa résistance, le fait qu'ils su toujours se relever relativement rapidement, qu'il eu toujours autant de force et... et toutes ses armes dans son coffre.

Je pris Singh à part et chuchotais.

Kimisore - ... Comment cela se fait-il qu'un policier ait autant de choses dans son coffre? Que contenaient les fioles? Qui es-tu?

Un téléphone. Un téléphone, sonnait. Les policiers cherchent d'où vient la sonnerie. Vraisemblablement à terre. Se trouvant être le portable de la victime, le réalisateur. Qui est l’émetteur? Si l'on entend les policiers ce serait un certain...

... John.

Serais-ce celui que nous connaissons?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: La maison de tous les délires Ft Arjun Singh

Revenir en haut Aller en bas

La maison de tous les délires Ft Arjun Singh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» bonjour a toutes et tous» Décocher tous les radiobutton ?» bonjour à tous» [Résolu]Projets softwarezator, .Net framework pour tous?» Bien le bonjour à tous.



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Falls :: RP terminés-