Fin de la MaJ le 13 juin 2017. en savoir +

Le n°2 du Weird Diary vient de sortir ! Direction → ici !

Pensez à favoriser les chamans et les humains : )

Partagez|

❝ HELLO AGAIN ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 450 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: ❝ HELLO AGAIN ❞ Ven 24 Avr - 11:02



Let me be inside your head ▬ ft. Théo Farraway

Devenir éternel, c'est le rêve d'un grand nombre de personnes. Oui mais, regardons-nous toujours toutes les implications ? Lorsque l'on est un immortel, on voit toutes les personnes que l'on aime disparaître, les unes après les autres. On finit par connaître la solitude. Et de cette solitude naît en nous la folie, celle de laquelle on ne peut plus s'échapper, qui nous ronge à petit feu et change complètement notre vie. Finalement, l'immortalité implique plus que tout le regret et la nostalgie. Et bien, sauf si l'on n'a pas appri à distinguer ses sentiments, que l'on n'a jamais aimé qui que ce soit, et surtout que l'on était déjà fou avant d'être immortel. Dans ces cas là uniquement, l'éternité prend rapidement une dimension bien plus cool.

Dix neuf heures venaient de sonner. Lentement, la clarté commençait à se dissiper, et un léger vent se levait. Des tons orangers enveloppaient les rues comme un aura, une protection. A cette idée, un sourire malsain s'était affiché sur mon visage détendu. En tout cas, si c'était un aura protecteur, cela n'empêchait pas les abominations d'entrer. Comme une ombre que personne ne remarquait, j'errais dans Gone Street en jean et blouson de cuir. Mais cette fois, je n'étais pas ce prédateur, assoiffé de sang, qui était à l'affût d'une victime. Ça, ce serait mon activité bien plus tard, lorsque la nuit aurait prit ses aises, et que le soleil, cet astre abominable, aurait entièrement disparu. Non, cette fois j'exerçais mon activité officielle, la seule pour laquelle on me connaissait. Bon, c'était peut-être exagéré, on ne me connaissait pas vraiment en fait... Et c'était volontaire. J'étais ce mec, dont on ne connaissait que le nom, mais dont on ignorait la provenance et le lieu de résidence. S'ils savaient, je riais intérieurement. J'étais ce gars, que l'on apercevait de temps en temps, mais au final dont on ne se méfiait pas assez. Effectivement, j'étais un sacré comédien, sans vouloir m'envoyer trop de fleurs. Après tout, cela faisait des siècles que je peaufinais mon art de manipuler les gens. C'était un jeu auquel j'avais énormément pris de goût, si bien que j'en étais arrivé à manipuler certaines personnes sans avoir de but, simplement parce que je pouvais le faire. Simuler des sentiments lorsque l'on n'en a aucun, c'est fascinant. Le plus drôle c'était quand même lorsque je parvenais à lâcher une petite larme en parlant de mon enfance misérable. Quel hypocrite je faisais ! Mais les gens aimaient mes photographies. Mes reproductions en noir et blanc, même si elles avaient bien souvent une tendance lugubre, avaient toujours le détail qui les différenciait des autres, et comme on me disait, on aurait dit que je pratiquais cela depuis des siècles. Et bien, s'ils savaient comme ils avaient raison ! Mais bien sûr, comme j'étais employé par un journal, c'était ma couverture, il fallait bien que je couvre des événements de la ville de temps à autres. Et c'était nettement plus chiant !

Quoi qu'il en soit, appareil photo et objectif en main, j'arpentais les ruelles en quête de murets défrichés, oubliés, abandonnés. Aujourd'hui, je photographiais des débris de construction, où les végétaux venaient reprendre ce qui était leur, et recolonisant petit à petit les ruines en friches. C'était vraiment fascinant, ça aussi. Mais nettement moins que mes activités disons officieuses, que seuls les êtres surnaturels me connaissaient, et encore tous n'avaient pas vu mon visage. C'est pourquoi, très vite je m'étais lassé de mon escapade. Soupirant d'exaspération, j'avais recherché une nouvelle activité pour calmer mes pulsions, le temps que la nuit tombe. Ça y est, je m'ennuyais, il fallait que je trouve un nouveau divertissement et au plus vite. Sinon je serais frustré. Et quand je suis frustré, et bien... Mieux vaut ne pas se trouver dans les parages pour en témoigner.

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Jeu 16 Juil - 1:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

light is always followed by darkness

avatar
Theo Farraway
light is always followed by darkness








Voir le profil de l'utilisateur http://weirdfalls.forumactif.org

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/03/2014 MESSAGES : 693 + LIEU DE RESIDENCE : Street Spinelli avec Thésée et Max.
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier au poste de la ville, s'est remit à entraîner à mi-temps l'équipe de basket du lycée.
+ SITUATION OFFICIEUSE : /
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : 2/7
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Mer 29 Avr - 22:08

Je jetais un coup d’œil inquiet à la maison qui se tenait en face de moi : ruine épouvantable, volets clos et planches cassées, toiture pleine de trous, fenêtres cassées, puis le jardin, n’en parlons pas ! Seulement, on pouvait distinguer de la lumière en son intérieur, et vue ce qu’il se passait dans cette ville, ce n’était pas vraiment rassurant : qui sais, un vampire pouvait se cacher ici, ou même des chasseurs ayant cette ruine en guise de planque. En tout cas, je failli de nombreuses fois en l’espace de trente secondes prendre mes jambes à mon coup et courir jusqu’à ce que mes jambes ne me portent plus. Enfin… Je dis ça, parce qu’au bout de 31 secondes précises –ouais je compte et alors ?- un grincement horrible se fit entendre et c’est là que je filai comme un lapin jusqu’à ne plus avoir de souffle ; une cinquantaine de mètre plus loin. Haletant et suffoquant devant une autre putain de maison qui faisait flipper. M’enfin, elle faisait toujours moins peur que la précédente. Je me demandais encore pourquoi j’étais venu dans cette putain de rue dans laquelle je n’avais jamais mis les pieds au bout de dix-huit années de vie à Weird Falls ? Ah oui, c’est vrai : l’autre idiot de Fames avait voulu faire une partie de Basket sur le terrain complètement niqué de la rue. Qu’est-ce que je ferais pas pour l’équipe ? Je repris peu à peu mon souffle avant de reprendre ma route pour rentrer enfin chez moi.
Et si Weird Falls n’était pas particulière ? Et si elle était ordinaire, comme toutes les autres villes de l’Oregon, ou même d’Amérique –j’allais pas dire du monde, parce que bon, la Transylvanie avec Dracula là, c’est pas non plus très ordinaire comme pays, et là, c’est le pays entier !- Et si cette sorcière n’était jamais venue pour lancer ces malédictions ? Et si elle-même n’avait jamais existée ? Ca nous aurait évité bien des problèmes. Mais et moi ? Et Annabelle ? Et Athéna ? Et mes parents ? Ces derniers ne se seraient jamais connus, ou en tout cas, les chances auraient été bien minces.  Athéna, je doute que les siens se soient connus, ou même qu’eux même auraient pu exister. Quant à Annabelle et moi, si nos parents ne se seraient jamais connus, on serait pas là non plus… Puis sérieusement… au final, je me plains de cette vie, de cette ville, de ces créatures, de cette existance, mais elle serait bien ennuyeuse s’il n’y avait pas toutes ces histoires de Vampire, de Garous, de Sorciers… Quand on vois toutes ces gamines qui bavent devant les loups-garous des films, ou qui rêveraient d’avoir un vampire comme petit ami, on se dit qu’on est chanceux finalement… Quoique pas vraiment. Elles savent pas ce que c’est, la vraie vie avec ces créatures. C’est que des films, que des séries, que des livres qui reflètent seulement ce qu’on veut voir ou lire, bien sur, y’a des mauvais moments dedans, mais y’a aussi beaucoup de rêves… Je soupire.
Je parcourais la rue principale du quartier. On l’appelle Rue, mais en fait, c’est un quartier, car en son sein il a quand même des rues, plus petites, des ruelles… M’enfin, c’est pas la question ! Je marchais seul, sans compagnie mis à part mon téléphone. Piètre compagnie me direz-vous, mais c’était assez sachant que grâce à son flash, il était devenu mon meilleur ami ! Bah oui, faut dire que la rue est pas tellement entretenue, un jour y’a des lampadaires, l’autre y’en a plus : ils ont étés détruits par ces trucs qui ont dû se battre durant la nuit… Fin bon. J’allais en plus finir par me perdre tellement ma capacité en orientation était… élevée.
Une dizaine de minutes étaient passées, et je n’avais toujours pas trouvé comment sortir de ce maudit quartier. En plus, il faisait nuit. Appeler mon père ? Sûrement pas. Il devait être trop occupé à entraîner ma sœur. Appeler John ? J’hésitais. Je le dérangerais, bien sur il ne dirait rien, il ne m’en voudrait pas, au contraire, il se marrerait bien, m’enfin, le déranger pour venir me chercher… C’était pas trop mon style. Appeler Athéna ? J’y pensais aussi, elle viendrait à coup sûr, elle connait plus le quartier que moi, et son flair nous aiderait –oui, j’ai enfin finis par digérer la nouvelle qu’elle était une Coyote… au final, c’était bien, pour certaines choses…-. Mais j’attendrais un peu, oui, j’attendrais… encore… cinq minutes ? Je tentais encore de trouver une issue, mais avec pour seul éclairage un flash de téléphone (presque déchargé en passant), c’était assez compliqué. Je regardais autours de moi : des ruines, des débris inutiles. Ils feraient bien de nettoyer ce quartier, un peu… Mon regard fut attiré par quelque chose qui bougeait. Je retins mon souffle : une silhouette, qui avançait, lentement… et vers moi ! Je fermais les yeux, inspira profondément… et m’enquis de lever mon flash vers la silhouette comme seule arme. Faudrait vraiment que je pense à prendre des cours de combat, moi… Devant, le visage éclairé, je pu enfin reconnaître mon… « compagnon » ? Mr Archer, ou plutôt Sam, comme il avait voulu que je l’appelle la fois où nous avions fais connaissance. « Tiens, Sam… Quelle surprise… Qu’est-ce que tu fais ici… dans la nuit… ? » J’avoue, j’avais les chocottes. Le gars était sympa, mais quand même un peu… bizarre ? Mystérieux ? Fin, il était assez angoissant, surtout dans la nuit…


_____________________________________________




and when you smiled, I smiled too.

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 450 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Sam 9 Mai - 1:15



Let me be inside your head ▬ ft. Théo Farraway

J'avais entendu ses pas hésitants bien avant qu'il ne me repère. Ses foulées pressées m'avaient alerté de sa présence, raisonnant dans la ruelle, bien qu'en étant humain je ne l'aurais jamais entendu arriver. C'était ici l'un des nombreux avantages à être un vampire. Peut-être qu'un repas venait à moi après tout. L'idée de m'abreuver de sang humain bien frais commençait déjà à me faire saliver et je pouvais même sentir mes canines commencer à percer mes lèvres. De toute façon, la nuit était presque complètement tombée, et les ruelles étaient mal éclairées à cette heure-ci. Remontant le col de mon fameux blouson de cuir, je m'étais avancé silencieusement vers ma nouvelle proie, m'apprêtant à couler mes dents dans sa gorge.

Finalement, un flash atteint directement mes yeux sensibles, me brûlant les rétines tout comme le soleil sur ma peau : c'était l'un des rares cas où l'accentuation des sens pouvait poser problème. Le changement soudain de luminosité m'avait obligé à mettre la main en face de mes yeux pour me protéger, et je lâchai un grognement d'agacement. Saleté de nouvelle technologie, je ne m'y ferais décidément jamais. Maintenant ces smartphones faisaient lampe de poche également, ce n'était pas vraiment naturel pour moi qui provenait tout droit des années 1600... Qu'est-ce qu'il ne fallait pas inventer, de nos jours !

« Tiens, Sam… Quelle surprise… Qu’est-ce que tu fais ici… dans la nuit… ? », sa voix timide vint briser le silence.

La prononciation de mon prénom m'interpella un instant. Hum, attendez... Il me connait lui ? C'est qui déjà ce gosse ? Je me concentrai plus précisément sur ses traits, cherchant dans ma mémoire où j'aurais pu le croiser avant. Ah, ça y est. C'était ce gamin, qui jouait au basket au lycée. J'avais eu l'honneur de faire sa connaissance en couvrant un match auquel il participait. Le mec bien sage d'apparence, assez populaire dans le bahut et qui a plein d'amis. Bref un garçon rangé en gros. C'était quoi son nom déjà ? Ted ? Tom ? Ah ça y est, Théo. A cette découverte, je rangeai immédiatement mes crocs, car ce n'était pas un repas qui se tenait devant moi. La distraction dont j'avais besoin ce soir venait de m'être servie sur un plateau d'argent. Et alors un large sourire se mit à déformer mon joli visage.

« Théo ! Tu parles d'une surprise, t'es bien la dernière personne que j'aurais soupçonné traîner dans un coin comme ça, t'sais flippant et tout, la nuit... Tu m'impressionnes mec ! »

Je lui adressai clin d'oeil complice tout en lui faisant une accolade amicale. Dans le genre manipulateur, j'étais plutôt bien classé. Mais bon c'était drôle de se faire passer pour un gars gentil, qui n'a rien à se reprocher, pour un ami. J'avais déjà une idée derrière la tête pour monsieur Farraway après tout. Mais le plus drôle, c'est que je pouvais entendre son coeur. Dire qu'il battait rapidement aurait été un euphémisme, je reconnaissais là tous les signes du stresse, de la peur. Non, le p'tit gars n'était pas rassuré, et il avait bien raison. Bien, j'aimais quand les gens avaient peur, surtout lorsque j'en étais la cause. Même si techniquement, l'humain ne craignait rien de moi pour le moment. Pourquoi briser un joujou tout neuf ?

« Je prenais quelques clichés pour une exposition », commençais-je en désignant mon appareil photo pour prouver mon point.  « Mais la vraie question est qu'est-ce que toi tu fais là ? C'est pas très bien fréquenté ce genre de quartiers. Ton père sait que t'es là ? »

Je parlais comme si j'étais amusé par l'idée qu'il puisse sortir en cachette de chez lui pour aller dans des endroits malfamés, mais qu'en même temps j'étais préoccupé par sa sécurité. En gros, l'ami qui se soucie de lui mais qui conçoit qu'il ait le droit de profiter de sa jeunesse et donc qui ne serait pas du genre à le dénoncer.

Mais en vrai, qu'est-ce que j'en avais à carrer ?

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Jeu 16 Juil - 1:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

light is always followed by darkness

avatar
Theo Farraway
light is always followed by darkness








Voir le profil de l'utilisateur http://weirdfalls.forumactif.org

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/03/2014 MESSAGES : 693 + LIEU DE RESIDENCE : Street Spinelli avec Thésée et Max.
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier au poste de la ville, s'est remit à entraîner à mi-temps l'équipe de basket du lycée.
+ SITUATION OFFICIEUSE : /
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : 2/7
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Jeu 14 Mai - 18:30

C’est après quelque seconde que Sam me répondit. C’était toujours aussi angoissant, et être là dehors à attendre avec ce gars que je ne connaissais pas vraiment… Oui, ok, j’étais une grosse flippette. Du genre le gars pas très courageux mais qui à coté fait le mec. Je me faisais honte des fois. Nan, pas des fois en fait, souvent. Quel genre de mec j’étais au final ? Ouais. Un simple humain. C’était bien ça. Sam sourit. A pleine dent. Le genre de sourire d’un mec heureux et tout sympa. Mais ça faisait plus flipper qu’autre chose. M’enfin. Il finis par répondre « Théo ! Tu parles d'une surprise, t'es bien la dernière personne que j'aurais soupçonné traîner dans un coin comme ça, t'sais flippant et tout, la nuit... Tu m'impressionnes mec ! » je ne pu m’empêcher de ricaner. Moi ? Impressionnant ? C’était bien une grosse blague ouais. Je fis une moue désolée tandis qu’il me saluait amicalement. Lui aussi était amusé. Mais pourquoi ? Parce qu’il avait été ironique, et qu’il avait caché son ironie derrière des paroles tout à fait sincères ou bien c’était simplement ma gueule décomposée ? Je ne savais pas vraiment comment réagir. Mais je souriais. Un peu. Du genre sourire en coin. C’était suffisant, je pense. Et puis, on était la nuit, ce foutue lampadaire éclairait pratiquement pas, alors il me voyait pas beaucoup, et ça changeais pas grand-chose que je sourisse ou non. Fin bon, c’était tout autant pour me persuader moi que j’avais pas à avoir peur que pour l’humeur. Il montra son appareil photo avant d’ajouter « Je prenais quelques clichés pour une exposition. Mais la vraie question est qu'est-ce que toi tu fais là ? C'est pas très bien fréquenté ce genre de quartiers. Ton père sait que t'es là ? » Il avait touché un point faible. Mon père. Ouais, il savait que j’étais là. Mais il s’en foutais, tout ce qui l’importait c’était ma sœur. C’était vrai que j’avais parlé à Sam de la relation complexe que j’avais avec mon père. Moi, fallait vraiment que j’me calme à parler de ma vie comme ça avec les gens que je venais de rencontrer. Limite, si je continuais dans cette voie là, tout le monde sera au courant de mon souci familial sans savoir vraiment le pourquoi du comment –entre autre la famille de sorcier- à la fin de l’année. J’haussai les épaules en guise de réponse visuelle avant de répondre « Ah ouais, c’est sur que ça doit être pas mal à prendre en photo ces trucs là la nuit, ça doit bien rendre une fois développé. » je souris légèrement histoire de rendre mes paroles un peu plus sincères. Faut dire, vue comment mon cœur battait dans ma poitrine, c’était dur d’être sincère comme en tant normal. Ma voix tremblait, mais j’essayais de la contrôler un minimum pour pas avoir l’air d’un gosse de onze ans qu’à besoin de… sa mère. « J’étais venu jouer au Basket avec quelques potes. Ils ont trouvés un "putain de terrain" » je levais mes mains pour mimer les guillemets avant d’ajouter « Et ouais, mon père est au courant, mais bon, maintenant je rentre quand je veux, il me considère plus comme un gosse… » en fait, mon père m’avait jamais considéré comme un gosse. Jamais comme son gosse. En tout cas, c’était l’idée que j’avais toujours eu de ce qu’il pensait de moi.

_____________________________________________




and when you smiled, I smiled too.

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 450 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Jeu 14 Mai - 20:16



Let me be inside your head ▬ ft. Théo Farraway

Les battements de son coeur ne faisaient que s'accélérer, et mon plaisir suivait le mouvement. Ah, quoi de plus beau dans la vie -façon de parler vu que je suis techniquement un cadavre de 300 ans- qu'effrayer les gens ? Peut-être une partie de jambes en l'air avec une belle fille -ou un beau mec- ? Non, encore mieux. La comédie. La manipulation. La trahison. Oui, je jouissais effectivement du malheur des autres et m'amusais constamment de leur naïveté. Certains avaient même beau être intelligents, je l'étais encore plus, et ils finissaient toujours par s'empêtrer dans mes filets. Il était dans ma nature de tromper mon monde et torturer les esprits. J'avais été totalement pervertit par le temps, et le désir de destruction coulait dans mes veines noyé par le sang de mes victimes.

Et finalement, lorsque j'avais parlé de son père son coeur s'était à nouveau mis à battre et j'avais pu observer un changement dans son comportement. Il s'était crispé, avait contracté sa mâchoire et ses poings. Une réaction inconsciente qu'un humain ordinaire n'aurait probablement pas remarquée, mais je n'étais pas un humain ordinaire. J'étais un vampire avec les sens décuplés, qui avait passé de nombreuses années à étudier et lire les comportements. Tout cela n'avait plus aucun secret pour moi. Et puis, lorsqu'il m'avait répondu, j'avais pu déceler du venin dans ses mots toujours lorsqu'il avait évoqué son cher papa. Avec une faible marge d'erreur, je pouvais donc conclure avec aisance qu'il y avait un problème avec ce dernier, qu'il existait des tensions entre les deux. Ça y est, je me rappelais. Il m'en avait parlé la dernière fois. Si j'avais bien compris -bon ok j'avais pas écouté toutes ses plaintes, je m'étais contenté d'hocher la tête en disant "oui oui" de temps en temps parce que je m'en foutais-, son père ne voyait que sa soeur, il se sentait rejeté et blablabla. Quelle triste histoire. Mais j'avais eu le sentiment qu'il me cachait quelque chose en me racontant sa vie. J'aurais bien pu l'hypnotiser pour qu'il me raconte tout, mais c'était plus drôle de le faire "à l'ancienne". J'allais donc jouer là dessus pour arriver à mes fins, c'était une occasion en or qu'il venait de me donner là.

« Je remarque un ton amer dans tes mots... Je vois que ça ne s'est pas arrangé avec ton père. »

Ouais, cela m'avait donné une idée. Une idée qui m'aiderait à me "rapprocher" du garçon, afin d'endormir sa méfiance à mon égard et ainsi de pouvoir mieux jouer avec lui. Le fait de parler de son père m'avait rappelé que j'en avais eu un une fois. Il y a très longtemps. Enfin, c'était peut-être exagérer que de dire que j'avais eu un père, puisqu'il ne m'avait jamais reconnu, et qu'il avait été le premier à me rejeter la seule fois où j'avais été le voir de mon plein gré. Oui, j'avais eu un père alcoolique, qui n'avait jamais su mon nom, et qui passait toutes ses soirées à me taper dessus. Mais bon, c'était mon papa à moi, et je l'en remerciais. Parce que grâce à lui, et à ma chère mère -qui m'enfermait dans l'armoire pour recevoir ses clients-, je ne ressentais aucun de ces sentiments à la noix. Et ça, c'était le meilleur cadeau qu'ils avaient pu me faire, parce que les sentiments étaient vraiment du poison, quelque chose qui rend con et faible, quelque chose qui pourrit la vie et empêche de s'amuser. Lorsque l'on ressent les choses, on a des limites : la peur, les remords, la générosité. Lorsque l'on n'a rien de cela, alors enfin on peut vivre pleinement sa vie. Mais à chaque fois que quelqu'un apprenait sur cette partie de ma vie, bizarrement il me plaignait, et se sentait triste pour moi. Les gens sont vraiment bêtes et aveuglés par les émotions, je confirme. Mais heureusement, parce que grâce à cela, j'avais des cartes en main pour exercer ce pour quoi j'excellais : la manipulation.

« Tu sais, je ne m'entendais pas non plus avec mon... père. Enfin, si on peut qualifier cette relation de "père-fils". Mais les choses finissent toujours par rentrer dans l'ordre, tu verras. »

Mon sourire s'était éteint et en évoquant cette partie de ma vie, mes yeux étaient tombés au sol, avec une petite pointe d'humidité que j'avais, dans une feinte, vite cherché à sécher. Mes épaules s'étaient momentanément affaissées. C'est comme ça, j'avais vu, que les humains agissaient lorsqu'ils révélaient quelque chose qui les hantait, comme s'ils étaient honteux de leur passé. C'était comme ça qu'ils agissaient lorsqu'ils étaient tristes et nostalgiques, qu'ils parlaient de quelque chose sans vraiment le vouloir, mais qu'ils cherchaient désespérément quelqu'un à qui se confier, quelqu'un comme eux. Et c'est comme ça que je stimulais toutes ces émotions à la fois. Mais en réalité, je ne ressentais rien de ça, dans mon coeur c'était juste... Le néant. C'est ça. Le vide, l'obscurité. C'était un grand froid qui enveloppait mon coeur qui me servait simplement à vivre. M'enfin, c'est un peu le cas pour tout le monde, parce que contrairement à la pensée populaire, le coeur c'est juste un organe qui pompe le sang avec des contractions rythmiques, et qui le distribue ensuite vers les artères et autres vaisseaux sanguins -pour que nous, les vampires, puissions le boire avec satisfaction-. Tout ce qui est "sentiments" se passe dans la tête. Mais pour en revenir au sujet principal, ma victime actuelle, si je racontais tout ça -assez vaguement pour la crédibilité, parce qu'ils ont toujours peur de se confier au début-, c'était pour créer une sorte de lien entre nous. C'était comme un point commun. Et il était prouvé scientifiquement -ou par moi même, ce qui revenait au même- que le fait d'avoir un tel point commun permettait d'augmenter les probabilités que le sujet accorde une partie de sa confiance, et que ses soupçons s'adoucissent. Quelque part, cela permettait au sujet de s'identifier en la personne qui partageait ses peines. Et puis, qui se méfierait d'un pauvre gars, démoli par le manque d'amour de ses parents ?

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Jeu 16 Juil - 1:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

light is always followed by darkness

avatar
Theo Farraway
light is always followed by darkness








Voir le profil de l'utilisateur http://weirdfalls.forumactif.org

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/03/2014 MESSAGES : 693 + LIEU DE RESIDENCE : Street Spinelli avec Thésée et Max.
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier au poste de la ville, s'est remit à entraîner à mi-temps l'équipe de basket du lycée.
+ SITUATION OFFICIEUSE : /
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : 2/7
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Sam 23 Mai - 23:19

Il attend, semble observer, se rappeler… J’y fais pas vraiment gaffe à vrai dire, je suis plus à regarder autours de moi, furtif, cherchant une ombre d’un truc qui serait prêt à nous sauter à la gorge, du genre loup garou, renard… ou même carrément un vampire. J’m’imaginais mal rentrer à la maison avec le cou tâché de sang à vrai dire, même si ça ne me dérangerait certainement pas de devenir un bouffeur de sang ou un esclave de la pleine lune. Ca me ferait me sentir un peu moins… seul, dans ma famille. « Je remarque un ton amer dans tes mots... Je vois que ça ne s'est pas arrangé avec ton père. » S’enquit alors Sam. C’est vrai que je lui en avais parlé le jour du match, il m’avait écouté, un peu passif, mais m’avait écouté. Puis, pas besoin de quelqu’un qui donne des conseils, non, non. Juste de quelqu’un qui m’écoute. C’est vrai, j’aurais pu aller voir un psy, ou même John, surtout que je n’ai pas osé évoquer l’histoire de la famille de sorcier, qui sait, il était peut-être l’un des rares humains restants à Weird Falls, ou alors non, mais ça, je n’préférais pas vraiment le savoir pour l’instant, pas dans ce contexte flippant en tout cas. « Tu sais, je ne m'entendais pas non plus avec mon... père. Enfin, si on peut qualifier cette relation de "père-fils". Mais les choses finissent toujours par rentrer dans l'ordre, tu verras. » ça peut paraître chelou, mais j’avais du mal à imaginer Sam avec un père. Ou carrément même avec des parents tout court. C’était bizarre oui, comment aurait-il pu venir au monde s’il n’avait pas de parents ? Mais je ne pouvais pas imaginer une madame Archer ni un monsieur Archer, mise à part Sam. C’est pareil, je n’arrivais pas à l’imaginer marié, ou père de gosses. D’ailleurs, je ne pense pas qu’il en ait, qu’il soit marié je veux dire. Voir des min-Sam courir autours d’un papa Sam… Nan, nan, chasser cette image bizarre de ma tête, vite. M’enfin, il avait eu du mal lui aussi avec son père. Si ça se trouve, ça arrive avec tous les fils et les pères, cette période de froid, ce moment où le père est trop occupé, s’intéresse plus à dernier enfant qu’à son ainé, qui partage plus de chose parce que le dernier reste plus souvent à la maison que le premier… C’est peut-être ça aussi, peut-être que c’est moi qui le fais être comme ça avec moi ? Peut-être que c’est moi, en étant si proche de Maman, qui le laissait, et lui s’est occupé d’Anna’ ? Peut-être. J’avais du mal à y croire, peut-être à un penser, depuis tout jeune c’était l’idée que j’avais, depuis tout jeune je ne croyais qu’à ça, peut-être que je me berçai d’illusion, qu’il m’aimait, qu’il voulait passer du temps avec moi, mais que c’était moi qui l’en empêchait, alors il a lâché l’affaire, et maintenant que Maman n’est plus là et que j’ai besoin de lui… Mais non. C’était trop dur à croire. Penser à cette idée pendant tant d’année, la changer, en seulement quelques secondes, c’était trop dur à penser. Je fis une moue désolée sur mon visage, tandis que Sam semblait nostalgique de cette partie de sa jeunesse. Je me sentais coupable. Coupable de lui faire se remémorer ces instants, si ça se trouvait, Sam avait perdu son père depuis peu, et le fait d’avoir passé une partie de son enfance à ne pas avoir de bonnes relations avec lui, lui faisait mal maintenant qu’il y pensait. « Je suis désolé. Tant mieux alors si ça s’est arrangé avec ton père, j’espère qu’il s’en passera autant pour moi. » je me rapprochai un peu de lui –a vrai dire, j’étais à bien trois voir quatre mètres de lui avant d’avancer d’un mètre ou deux-. « J’avoue que ça va toujours pas super, mais bon, je suis plus trop chez moi en ce moment, toujours chez des amis, alors ça ne gène un peu moins. » je souris légèrement. Faut dire, j’étais pratiquement toujours chez Thésée maintenant, Thésée, ou Athéna, ou encore Alice –alias chez son père, John, mon parrain-. Des fois même j’étais chez des membres de l’équipe, mais je n’y dormais jamais. Je rentrais juste à la maison, histoire de voir Annabelle, de dire bonjour, de faire mes devoirs, puis j’me barrais, voir les filles. Et mais en fait, chez qui j’allais dormir ce soir ? Si je me souviens bien, j’avais complètement zappé mes clefs chez moi, ou alors elles étaient dans mes poches, quelque part. Mon téléphone pour appeler Athéna ou Alice ? Il était pratiquement déchargé, bien qu’il puisse tenir encore un peu… autant envoyer un message au plus vite, histoire de prévenir que je viendrais chez l’unes des deux cette nuit, sachant que si j’allais chez Thésée, j’avais de fortes chances de réveiller Max, vue l’heure qu’il était –bien que c’était de chez elle que j’étais le plus près-. « En fait, t’habite vers où toi ? J’t’ai jamais vue à Spinelli, puis si t’habitais à Gone, t’aurais pu prendre des photos tous les autres jours… » Bon, d’accord, ma question était pas vraiment des plus discrètes, mais faut dire, je n’aimais pas trop les blancs, surtout quand y’avais aucune luminosité et que la rue était, on va le dire, peu fréquentable.

_____________________________________________




and when you smiled, I smiled too.

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 450 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Dim 24 Mai - 2:00

[HRP : Bon, je n'aime pas ma réponse. Mais tant pis. Dis-moi si je change ou pas ^^]



Let me be inside your head ▬ ft. Théo Farraway

Théo semblait toujours nerveux, mais un peu moins qu'avant. Il s'était même rapproché de moi. Mais enfin, après toutes ses bonnes paroles prononcées dont je me moquais intérieurement, il avait posé la question à ne pas me poser, à savoir mon lieu de résidence. Qu'est-ce que ça lui faisait ? En tout cas, il fallait que j'évite habilement la question.

« Et bien, ce qui est certain c'est que je n'habite pas par ici. En fait, je n'habite pas vraiment dans la ville. »

Comment expliquer à un gosse qui nous pense normal que l'on vit à droite à gauche ? Et que notre "maison" est tout proche de la maison abandonnée ? C'est pas trop une réaction humaine normale que d'habiter dans ce coin, d'autant plus que je passais pas mal de temps DANS la maison abandonnée. Puis bon, si après il se pointait, adieu la tranquillité, et je devrais trouver une explication pour les planches sur les fenêtres ainsi que les poches de sang dans le frigo. Il me trouverait vraiment louche, et à juste titre.

Puis j'avais maladroitement repris la conversation passée, pour passer la question de la maison et pour me rediriger vers mon objectif principal.

« Je n'ai jamais dit que ça s'était arrangé entre nous. », avais-je dit un peu trop sèchement.

Non, j'avais juste dit que ça s'était arrangé avec le temps avec mon père. Après tout, il était mort depuis bien longtemps après m'avoir ainsi rejeté. Puis justement, comme il était mort, il n'y avait plus de problème, n'est-ce pas ? Bien qu'il n'y en ait jamais eu puisque je m'en foutais royalement. Enfin bref, comme je disais, le temps finit toujours par arranger les choses. Et si ce n'est pas du vivant des personnes, alors c'est avec leur mort que tout rentre dans l'ordre. Et puis bon, ça lui ferait quoi au pépère maintenant ? 360 ? 370 balais ? Non non, je n'étais même pas sûr de me rappeler de ses traits.

« Et je pense que je comprends ce que tu ressens. »

Après tout, c'était pas difficile à piger, quand on connaissait le fonctionnement d'un ados du XXIeme siècle. Puis en étudiant son comportement, aussi. Enfin bon, j'avais juste tâché de faire paraître dans mes yeux de la sincérité.

« Je croyais au début que c'était quelque chose de normal, et que cette douleur que je ressentais était injustifiée. Je pensais que tous les pères étaient ainsi violents avec leurs fils... Comme il l'était. J'imaginais même que le problème venait de moi, que je devenais paranoïaque ! Ce qui, de toute évidence était faux. »

Non, ce qui était faux en fait, c'était l'histoire que je venais de raconter. Certes au début je croyais réellement que ma situation était des plus normales, et j'avais eu un vague sentiment d'injustice en découvrant la vérité, ce qui m'avait poussé à me rebeller en quelque sorte. Mais en fait, je n'avais jamais pensé que c'était de ma faute, et cela ne m'avait jamais touché à ce point. En fait, c'était vraiment pratique d'être incapable de ressentir quoi que ce soit. Peut-être que ça ne venait pas que du manque d'éducation sentimentale que j'avais eu, peut-être que je déconnais aussi génétiquement quelque part. Comment les médecins appelaient ça déjà ? Ah oui, la psychopathie. Et la psychose aussi me conviendrait. J'en étais peut-être atteint en plus d'être un con de nature. C'est peut-être pour ça que mon paternel avait réussi à me convaincre que j'étais une abomination. Quoi qu'il en soit, j'avais simplement ri après ma tirade longue et chiante, en secouant la tête incrédule.

« Je ne sais même pas pourquoi je te raconte ça. Quoi qu'il en soit, c'est clair que ta situation est loin d'être juste. Il ne faut pas que tu te laisses faire, il faut que tu leur montres que tu peux être fort et leur mener la vie dure toi aussi. Sinon c'est toi qui te fera manger. »

Voilà où les choses intéressantes commençaient. Voilà ma première tentative pour l'amener à faire des choses un peu folles, pour se diriger lentement vers des choses encore plus folles. Je pense que je venais de trouver la corde sensible, le talon d'Achille. De toute façon, quel ado se sentant rejeté ou délaissé n'avait jamais pensé à tout faire pour faire chier ses parents ?

« Et pour ça, je peux t'aider. Si tu me le permets. », terminais-je avec un sourire caustique.

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Jeu 16 Juil - 1:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

light is always followed by darkness

avatar
Theo Farraway
light is always followed by darkness








Voir le profil de l'utilisateur http://weirdfalls.forumactif.org

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/03/2014 MESSAGES : 693 + LIEU DE RESIDENCE : Street Spinelli avec Thésée et Max.
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier au poste de la ville, s'est remit à entraîner à mi-temps l'équipe de basket du lycée.
+ SITUATION OFFICIEUSE : /
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : 2/7
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Lun 25 Mai - 19:31

Il répondit par une réponse brève, voir même pas très complète. M’enfin, il n’avait pas vraiment envie de me dire où il habitait, et je pouvais largement le comprendre. Et puis, de toute manière, je comprenais maintenant pourquoi je ne le voyais nul par, que ce soit à Kovalevski, Spinelli, Gone ou à Clayton, étant donné qu’il n’habitait pas à Weird Falls même. J’avais entendu dire qu’il y avait de petites maisons de campagnes au alentours, du genre dans la forêt ou un peu plus loin entre Weird Falls et une autre ville : les gens qui y habitaient cherchaient la tranquillité, et ça ne m’étonnais pas que Sam en soit. Il enchaina sèchement « Je n'ai jamais dit que ça s'était arrangé entre nous. » Aïe. Oui bon bah, je m’étais gouré. Faut dire, j’étais en stress depuis une dizaine de minutes, et ça ne s’arrangeait pas. D’ailleurs, fallait que je pense à envoyer un message à Alice, histoire de la prévenir que je passerais sans doute dormir chez elle pour la fin de cette nuit… Je regardais Sam qui semblait un peu perdu dans ses pensées. Peut-être qu’il pensait à son père, qui sait ? M’enfin, si ça ne s’était pas arrangé entre eux deux, j’avais de quoi m’inquiéter pour l’avenir de ma relation avec mon père ! M’enfin, faut dire, j’étais pas comme Sam –Naaaan, pas du tout !- et mon père n’était pas comme sien –du moins, je l’espère quoique, je sais pas comment son père était, si ça se trouve il était tout le contraire des défauts de mon père, dans ce cas, quel dommage !-, alors si ça se trouve, nous ça s’arrangera… M’enfin, c’était ce que j’espérais ! « Et je pense que je comprends ce que tu ressens. » Hm ah euh oui ? Il savait ce que je ressentais ? Bon bah… Oké. Ouais fin d’accord, mais c’ets un peu facile de dire ça… nan ? Fin je sais pas, après tout, mais comme je ne lui avait pas expliqué TOUT ce que j’aurais dû lui expliquer pour qu’il comprenne TOUT ce que je ressentais… C’était peut-être, ouais, c’est ça, trop facile de dire des choses comme ça. M’enfin, il disait ça pour me faire me sentir mieux, sans doute, alors bon, j’allais pas lui en vouloir pour ça. Sur  tout que c’était en partie de ma faute, peut-être, nope ? M’enfin. Il continua « Je croyais au début que c'était quelque chose de normal, et que cette douleur que je ressentais était injustifiée. Je pensais que tous les pères étaient ainsi violents avec leurs fils... Comme il l'était. J'imaginais même que le problème venait de moi, que je devenais paranoïaque ! Ce qui, de toute évidence était faux. » Je le regardais sans trop savoir quoi dire, bouche-bée. Son père était violent… ? Après tout, voilà pourquoi il avait l’air si distant, peut-être si secret, et n’était pas très loquasse ! Je m’enquis de baisser la tête, regardant mes pieds avant de me redresser, recroisant une nouvelle fois le regard inquiétant de Sam. Il s’était forgé sur cette souffrance, et cette faiblesse de son enfance. Peut-être devrais-je faire la même chose ? Prendre exemple sur lui… ?  « Je ne sais même pas pourquoi je te raconte ça. Quoi qu'il en soit, c'est clair que ta situation est loin d'être juste. Il ne faut pas que tu te laisses faire, il faut que tu leur montres que tu peux être fort et leur mener la vie dure toi aussi. Sinon c'est toi qui te fera manger. » Je réfléchis quelques instants. Hein, quoi ? Me faire bouffer ? Mais… C’était vrai que j’étais effacé dans la famille, mais pas à ce point, en tout cas, ce n’était pas comme ça que je le voyais… Mais peut-être que Sam avait raison, et dans ce cas, j’allais vraiment finir par me faire bouffer par tous ces évènements. Et bientôt, il n’y aura surement plus de place pour moi ? Du temps où ma mère était encore là, nous étions deux à ne pas pratiquer la magie –ou régulièrement, pour ma mère- alors mon père ne pouvait rien faire, et ma sœur non plus… Mais maintenant que je suis seul, il allait sûrement se passer de nouvelles choses… Il enchaina avant que j’ai le temps de penser plus loin « Et pour ça, je peux t'aider. Si tu me le permets. » J’ouvris grand les yeux puis fronça les sourcils. M’aider ? M’aider à pas me faire bouffer ? Et pourquoi voulait-il m’aider ? Qu’est-ce que j’avais qui lui donnait envie de m’aider ? Peut-être que ma malchance habituelle lui avait fait de la peine. Ouais, c’est ça, je devais lui faire de la peine, et il voulait me faire croire qu’il pourrait m’aider. M’enfin, peut-être que ça pourrait m’aider vraiment, même si je n’avais pas vraiment d’idée de comment il s’y prendrait… « Euh… Bah écoute… Si tu veux, enfin, je pense. » Je ne savais pas vraiment quoi répondre à ça à vrai dire. Comme si j’avais perdu mes moyens. Il devait-être l’une des premières, si ce n’est la première, personne à vouloir m’aider dans ma situation. Ce n’était pas déplaisant… juste… surprenant.

_____________________________________________




and when you smiled, I smiled too.

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 450 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Sam 6 Juin - 2:21



Let me be inside your head ▬ ft. Théo Farraway

Plus mes mots faisaient leur chemin dans le cerveau du garçon, et plus je pouvais voir les étapes de son analyse. C'était assez... Drôle. Mais je m'efforçai de ne pas montrer mon amusement quant à ses hésitations et son innocence. Théo n'était qu'un adolescent qui se cherchait. Un adolescent qui se sentait rejeté par les siens, et qui ne savait plus vraiment qui il était. Et c'était la faiblesse que j'allais exploiter.

« Il faut que tu t'affirmes, Théo. Tu ne dois pas t'effacer, au contraire tu dois t'imposer. »

C'est vrai, j'avais toujours eu pitié des gens dans son genre. Ou plutôt, j'avais toujours été dégoûté par eux. Constamment à vouloir bien se tenir, toujours en ayant peur de faire du mal, ou de franchir les lignes. Les rabats-joie quoi, les gentils petits toutous qui obéissent à tout sans se poser de question. De bons petits soldats, tiens ! C'est pourquoi j'étais curieux de voir la transition de l'un d'eux en quelqu'un de plus solide, plus amusant. Bon, je savais que la transformation ne serait qu'éphémère, parce qu'on ne change pas les gens comme ça. Mais justement, ce serait encore plus drôle, parce que d'après mes calculs, lorsqu'il se rendrait compte de ses conneries, il en serait encore plus dévasté. Et j'en serais d'autant plus fier.

Je m'avançai à nouveau à la lumière d'un lampadaire dont la faible vacillation faisait briller mon sourire narquois. Mon regard cuivré se posa intensément dans le sien, comme si j'avais tenté de l'hypnotiser. Mais ce n'était pas le cas.

« Et comment mieux s'imposer qu'en enfreignant des règles de conduites ? Après tout c'est quoi ? Ce ne sont que des petites règles établies par les beaux parleurs pour maintenir les faibles sous leur contrôle, et avoir la paix. Les seules lois auxquelles tu dois obéir, ce sont les tiennes. C'est ça, qui est juste. » ajoutais-je d'une voix faussement complice.

Je parlais bien  sûr d'enfreindre la loi quelque part, tout le monde avait compris. Mais pour une fois, je pensais chacun des mots que je prononçais. A quoi bon être éternel s'il faut constamment se plier aux règles de la société ? Non, moi j'étais comme un électron libre, je suivais ma propre direction tandis que les gens censés prenaient tous le même chemin. Mes seules règles étaient celles que m'imposaient ma morale, c'est à dire aucune. Parce que simplement je n'avais pas de morale. J'étais né comme ça, et mon éducation n'avait rien fait pour y remédier. Je faisais ce que je voulais, je prenais ce qui me faisait envie, sans demander la permission et surtout sans le moindre "merci". J'étais pourrit jusqu'à la moelle, c'était ma marque de fabrique, et j'aimais ça. J'aimais faire ce qui me chantait, j'aimais être différent, et... J'aimais faire du mal aux autres.

On m'avait dit il y a fort longtemps que j'étais un monstre, et depuis je m'efforçais de correspondre à cette image. Si je ne le faisais pas, et bien je serais tout simplement perdu... Existentiellement perdu.

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Jeu 16 Juil - 1:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

light is always followed by darkness

avatar
Theo Farraway
light is always followed by darkness








Voir le profil de l'utilisateur http://weirdfalls.forumactif.org

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/03/2014 MESSAGES : 693 + LIEU DE RESIDENCE : Street Spinelli avec Thésée et Max.
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier au poste de la ville, s'est remit à entraîner à mi-temps l'équipe de basket du lycée.
+ SITUATION OFFICIEUSE : /
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : 2/7
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Dim 21 Juin - 0:15

Son visage changeait d’expression. Mais l’obscurité dans laquelle nous étions ne me permettait pas de voir exactement à quoi ressemblait son expression changeante. Ouais, ces putains d’yeux, justes humains. Justes normaux. Et puis, j’aurais pu le sentir arriver, ou même, l’entendre… si je n’avais pas eu cette saloperie d’ouïe humaine, ou cette vue humaine. Si j’avais eu les capacités de le sentir, de l’entendre venir. Je me serais senti mieux. Je me sentirais mieux. Merde, j’devais être l’un des dix habitants sur cent de la ville qui était humain, et qui ne servait strictement à rien dans la hiérarchie de la ville ! Ca sert à quoi ? Pourquoi y’a pas une putain de règle qui interdit les humains simples et inutiles dans mon genre ? Pourquoi cette règle n’existerait pas ? Obligeant les créatures à les transformer ? Ou les chamans à en former d’autre ? D’accord. J’aurais pu être chaman. Et alors ? Je veux pas, moi, être un chaman ! Je servirais, certes, enfin, à qui veut bien de mes services. Mais moi, je veux pouvoir me protéger. Je veux pouvoir répliquer comme il le faut face à d’autre créatures, sans flipper ma race de me faire réduire en bouillie. « Il faut que tu t'affirmes, Théo. Tu ne dois pas t'effacer, au contraire tu dois t'imposer. » Merci mon pote. Ouais, sérieusement. Comme si je l’savais pas… Comme si on ne me l’avait pas assez dit, pas assez reproché. Comme si les potes de l’équipe n’me le disaient pas assez quand on rencontrait une équipe adverse et qu’on s’accrochait avec quelques gars d’un autre lycée. Comme si ma sœur me l’avait pas assez dit quand on était plus jeunes, et que je m’embrouillais avec Papa. Comme si des enculés de terminale qui m’avaient pris en grippe me l’avaient pas assez reproché. Comme si je ne le pensais pas assez, moi aussi. Comme si. Ouais. Je souris ironiquement avant de grimacer. Lui, s’enquit de s’avancer un peu plus vers moi. J’avais cessé de reculer. A quoi ça servait ? Si c’était le psychopathe qu’il donnait l’impression d’être, il m’aurait "attaqué" depuis longtemps. Enfin, je présume. Il souriait. Son sourire ? Il était bizarre, c’était pas un sourire de pote. C’était un sourire espiègle. Railleur. Et éclairé par la lumière clignotante du lampadaire. Je plissai les yeux. Qu’avait-il en tête ? Pourquoi ce sourire ? Il me scruta de ses yeux sombres. Je clignai des yeux. Son regard. « Et comment mieux s'imposer qu'en enfreignant des règles de conduites ? Après tout c'est quoi ? Ce ne sont que des petites règles établies par les beaux parleurs pour maintenir les faibles sous leur contrôle, et avoir la paix. Les seules lois auxquelles tu dois obéir, ce sont les tiennes. C'est ça, qui est juste. » Je plissai des yeux. Les règles ? Les faibles ? Le contrôle ? Obéir ? Ces mots m’étaient familiers, bien trop familiers. La plupart étaient répétés par mon père, mais non à mon attention « Contrôle ce pouvoir, tu pourrais blesser quelqu'un la prochaine fois. », « N’oublie pas les règles : ne révèle jamais ton pouvoir. », « Ce sortilège est pour les faibles, Annabelle. ». Je serrai les points. Tout me rappelait ce que je n’avais pas : le pouvoir, la force. Je baissai les yeux. Il venait de me dire que je devrais enfreindre les règles ? Pas que ça me fasse peur, mais je n’en avais pas l’habitude. Pas que je sois toujours en l’attente d’un ordre comme un bon chien de berger, nuances. Mais je n’avais jamais été dans ce trippe du "j’t’écoute pas, j’te vois pas, j’fais c’que j’veux et vas te faire foutre." Je relevai la tête, le regard ferme, les sourcils froncés, les poings serrés, la mâchoire crispée. Décidé. « Je t’écoute. » finis-je par dire, le regard sombre et la voix ferme.

_____________________________________________




and when you smiled, I smiled too.

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 450 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Mer 1 Juil - 1:16



Let me be inside your head ▬ ft. Théo Farraway

« Je t’écoute. »

Nous y voilà, enfin nous entrions dans le vive du sujet. Enfin on allait pouvoir s'amuser un peu. Ou moi en tout cas, parce que au final toute cette expérience ne serait pas vraiment favorable à Théo sur le long terme. Et lorsqu'il se rendrait compte de la supercherie, bah il ne serait pas le plus ravi des pauvres petits humains mortels et faibles. Mais bon, moi j'aimais ça. Faire du mal gratuitement. Manipuler les gens, entrer dans leurs esprits et les retourner complètement. C'était inexplicable, mais bel et bien présent. J'avais lu un article une fois, où des psychologues expliquaient que les psychopathes étaient des personnes avides de compassion, incapables de remords, ressentant néanmoins les besoins et désirs tels que l'affection. Bon, pour le côté désirs et besoins, j'en savais fichtrement rien, vu que j'avais du mal à y identifier. Enfin, cela restait crédible. Mais ce même article racontait que les psychopathes adoraient faire du mal aux gens, c'était comme une révolte contre la société parce qu'ils se sentaient exclus. Qu'en faisant du mal, ils assouvissaient une éternelle vengeance. Parfois même contre leurs propres parents. Ma fois, pourquoi pas. Je n'avais jamais réfléchi sur ma personne à ce point. Il est vrai que je n'avais jamais considéré mes parents comme des parents, et que j'avais toujours été exclu de la société, même mon père m'avait qualifié d'abomination. Mais ce n'est pas pour autant que je ressentais le besoin de me venger, c'était juste cool, voilà... D'ailleurs j'étais déjà comme ça avant. Enfin je crois. Oh, et puis qui s'en fout à la fin ? On va pas se poser 36 questions sur le pourquoi du comment, maintenant les faits sont là et j'ai pas besoin de me faire un claquage cérébral pour quelque chose de si futile. Les questions existentielles peuvent attendre.

Je glissai ma main à la poche arrière de mon jean et en sortit un paquet (écrasé et pratiquement vide) de cigarettes. Je n'avais pas vraiment l'habitude de fumer, ou alors pas des choses aussi douces que ça. Mais bon, par je ne sais quel moyen il se trouve que j'avais encore un paquet sur moi, une chance. Je sortis une cigarette de la boite et la lançai à Théo.

« Tiens déjà, ça te requinquera. »

Du même coup, je pris moi même l'un de ces poisons pour humains que je mis immédiatement à la bouche, avant de balancer le paquet dans un égout à proximité. Il en restait plus qu'une à l'intérieur, de cigarette. Alors comme je n'avais pas l'intention de l'utiliser, autant ne pas s'embarrasser. Je n'aimais pas particulièrement fumer à vrai dire. Mon truc, c'était plutôt l'adrénaline. Mais bon, il fallait bien que je le fasse, pour mettre Théo un peu plus en confiance j'imagine. Et puis, allumant les deux barrettes de tabac, j'avais narquoisement posé une question au garçon, les yeux pétillants.

« Dis-moi, Théo. T'as déjà volé une voiture ? »

Et alors, j'avais rangé mon briquet métallique avant de fixer l'adolescent dans l'attente d'une réponse.


© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Jeu 16 Juil - 1:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

light is always followed by darkness

avatar
Theo Farraway
light is always followed by darkness








Voir le profil de l'utilisateur http://weirdfalls.forumactif.org

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/03/2014 MESSAGES : 693 + LIEU DE RESIDENCE : Street Spinelli avec Thésée et Max.
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier au poste de la ville, s'est remit à entraîner à mi-temps l'équipe de basket du lycée.
+ SITUATION OFFICIEUSE : /
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : 2/7
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Mar 7 Juil - 16:19

Tout devenait très étrange. Je ne savais pas vraiment quelle heure il était, mais pour sûr qu’il était assez tard. M’enfin, à vrai, j’étais déjà rentré à la maison plus tard que ça, mais là, ça commençait sincèrement à me faire flipper, tous ces trucs là… Rien que le regard narquois de Sam me foutait les boules. Et pourtant, il était…normal. Comme mec. Enfin, je pense. J’espère, à vrai dire. Faut dire, je m’étais retrouvé face a Athé-Coyote, puis un jour j’étais rentré à la maison et y’avais une saloperie de vampire qui attendait dans le salon, limite la goutte de sang au coin de la bouche. Si j’avais bien compris, c’était encore pour Annabelle, mon père avait réussi à dénicher un vampire de je ne sais combien d’année, qui n’avait jamais trouvé de sorcier pour lui ensorceler un de ses bijoux –d’ailleurs ça se voyait pas mal, il était pire que blanc ce gars, limite on pouvait voir ses muscles à travers sa peau… Dégueulasse. Et Glauque aussi. Et flippant, je dirais.-. Puis aussi, faut dire que l’autre jour en allant voir les Matthews, John s’occupait d’une sorte de Loup-garou flippant qu’arrivait pas à redevenir complètement humain, donc griffes ensanglantés sorties, crocs acérés et yeux bleus glacés… Ouais, on va dire que j’avais vu largement plus flippant que le regard de Sam pour l’instant, même si il était vraiment inquiétant. Un mouvement de la part de Sam me tira de mes pensées : Il venait de sortir quelque chose de sa poche, avant de l’ouvrir. Je plissai les yeux pour mieux voir –oui bon, j’ai des lunettes et j’devrais logiquement les mettre quand il fait sombre ou que j’suis fatiguée parce que je vois flou, mais j’les ai paumés dans ma chambre !- : C’était un simple paquet de clope. Je grimaçai. J’avais suffisamment vu Thésée avec un de ces trucs dans la bouche lorsqu’elle n’était pas bien. A chaque fois j’allais l’aider, je lui enlevai, mais des fois ça ne marchait pas. Faudrait que j’aille la voir, d’ailleurs… On s’est pas revus depuis quelques jours, en fait, depuis que j’ai gardé Max l’autre nuit. Demain j’irais la voir, enfin, tout à l’heure… Sam sorti une clope de la boîte en carton –qu’étais pas mal écrabouillée- avant de me la lancer. Par reflexe, je la rattrapai vivement avant de la regarder, perdu « Tiens déjà, ça te requinquera. » je relève la tête vers Sam. Il voulait que j’en prenne une ? Je le vis lancer le paquet quelque part pour le jeter après qu’il en ai lui-même pris une, puis il alluma la sienne. Et si je voulais pas en fumer ? Certes, ça pourrait me requinquer mais… Nan ! Nan, j’avais d’autre moyens de me requinquer, et c’était pas ça qui allait m’aider. J’étais pas comme d’autre, je pouvais m’en passer. Je n’avais pas briser toutes les clopes que Thésée avait eu dans la bouche avant de les allumer –ou même après- et mis à la poubelle tous ces paquets de clopes pour qu’elle arrête de fumer pour moi-même commencer à fumer… ! Mais Sam ne me laissa pas le temps de refuser qu’il m’allumait déjà celle que je tenais à la main. Bon. Et… Pourquoi pas finalement ? Puis, il allait m’aider… nan ? Je ne savais pas vraiment si je devais lui faire confiance, mais, surement, nan ? En même temps d’allumer la cigarette, il avait sorti une phrase, que j’avais vivement écouté… mais assez pour pouvoir y réfléchir. Voler une voiture ? A quoi ça me servait ? J’avais la jeep de ma mère, alors pourquoi voler une bagnole ? Bon, bien sur, avant, j’y avais déjà songé… et Faut dire, ce jour là, j’étais complètement bourré, avec quelques potes on s’était dit pour se marrer qu’on pourrait en voler une. Au final, les keufs ont débarqués à la fête et on est tous allés dans la caisse de celui qui devait nous ramener, entre autre, le moins bourré de nous tous. Je porte, à ma grande surprise, machinalement la cigarette à ma bouche avant d’inspirer, attendre quelques secondes, et expirer. Je regarde Sam, une lueur déterminé dans le regard avant de répondre « Non ».


_____________________________________________




and when you smiled, I smiled too.

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 450 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Jeu 16 Juil - 3:54



Let me be inside your head ▬ ft. Théo Farraway

« Non »

Encore une réponse simple, courte, qui marquait le malaise du garçon, et son manque de confiance en lui. Mais encore un vide à combler. C'était plus difficile d'avancer dans la manipulation avec ce genre de réponses, mais heureusement je n'étais pas un petit joueur, je n'étais pas un perdant. Je ne m'arrêterais pas pour si peu, surtout lorsque la proie était aussi vulnérable que ne l'était Théo. Je restai quelques minutes en face de lui, simplement à le jauger en silence. A évaluer ses actions, son comportement afin de pouvoir mieux agir. Et puis par curiosité, aussi. Les expériences avec les humains étaient toujours enrichissantes à vrai dire. Et alors que le tabac se consumait, j'étais aussi détendu physiquement que mentalement. C'était comme si je n'avais aucun problème à l'heure actuelle. Hum. Je n'avais effectivement aucun problème actuellement, en fait. Qu'est-ce que c'était simple de se foutre de tout ! Je ne comprenais toujours pas pourquoi tout le monde n'adoptait pas ce comportement. Ah, heureusement pour moi, sinon le monde serait bien moins amusant s'il n'y avait rien ni personne à détruire...

« Tu sais, sans limite le monde est tellement plus cool...  Tu devrais essayer. Rien que pour me montrer que t'es pas un incapable. Je serais déçu de m'être trompé à ton sujet... »

Je marquai une légère pause tout en conservant un comportement détaché. Je sentais qu'il commençait à mordre à l'hameçon. Il entrait enfin dans mes filets, encore un peu et il ne pourrait plus s'échapper. Il fallait simplement que je parviennes à le convaincre que ma voie était la meilleure. A le convaincre de me suivre. A le convaincre d'abandonner ce qu'il était...

« Y'a une Camaro un peu plus bas dans la rue. C'est une voiture plutôt chouette... Et assez simple à voler. »


Bon, à ce stade l'implicite était assez explicite tout de même. La seule chose qu'il ne savait pas c'était que la Camaro était la mienne. Parce qu'en vrai, il n'y avait aucune autre voiture dans ce taudis, et puis bon l'offre n'en devenait que plus alléchante. Après tout c'est pas comme si j'avais hypnotisé le vendeur pour qu'il me la donne, donc qu'elle ne m'avait même pas coûté un centime. Dans le pire des cas je pourrais la récupérer plus tard ou bien aller m'en "acheter" une autre. Hummm une petite ford mustang me tenterait bien, aussi....

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

light is always followed by darkness

avatar
Theo Farraway
light is always followed by darkness








Voir le profil de l'utilisateur http://weirdfalls.forumactif.org

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/03/2014 MESSAGES : 693 + LIEU DE RESIDENCE : Street Spinelli avec Thésée et Max.
+ SITUATION OFFICIELLE : Policier au poste de la ville, s'est remit à entraîner à mi-temps l'équipe de basket du lycée.
+ SITUATION OFFICIEUSE : /
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : 2/7
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Dim 19 Juil - 23:42

J’observais les réactions de Sam. Il semblait tout autant déstabilisé que satisfait, et c’était lui, qui était déstabilisant. Je ne savais pas ce qu’il voudrait me faire faire pour me permettre de "m’affirmer" dans ma famille, mais j’avais une petite idée. Commencer à fumer, voler une voiture… C’était comme des bases. Comme s’il avait l’habitude de faire ça. Comme s’il planifiait les choses, qu’il avait tout prévu, que tout était écrit. Mais le truc, c’est que je ne pouvais me résoudre à ne pas lui faire confiance. Malgré ma réticence, tout au fond de mon être, j’allais accepter, tout ce qu’il faisait, et pour la simple et bonne –ou mauvaise- raison que je l’avais décidé. Si vraiment, en l’écoutant, je réussirais à m’affirmer, alors peut-être que je devais l’écouter, suivre ses conseils, me laisser guider. D’un coté, je me méfiais de Sam. De l’autre, je lui faisais confiance. C’était quelque chose d’assez indescriptible, quelque chose que j’avais du mal, moi-même, à accepter. Méfiant comme je suis… « Tu sais, sans limite le monde est tellement plus cool...  Tu devrais essayer. Rien que pour me montrer que t'es pas un incapable. Je serais déçu de m'être trompé à ton sujet... » Déçue ? Se tromper à mon sujet ? Je clignai des yeux, fronçant les sourcils. Un… incapable. Il avait touché là où ne fallait pas toucher. Il avait touché, là où ça me rendait furieux. Il avait touché là où j’accepterais tout ce qu’il me dirais, pour montrer que je ne suis pas ce foutue incapable qu’on m’a tant reproché d’être, indirectement mais pourtant très clairement, toute mon enfance, et toute mon adolescence. Surtout depuis sa mort. Je serre la mâchoire, vexé, déterminé à lui prouver le contraire. Sans limite. Je ne devais plus avoir de limite. Je devais m’éclater ? Me lâcher ? Sans doute tout pleins de choses comme ça à la fois… Mais tout ça, c’était contre ma nature, non ? Je n’étais pas comme ça, à braver les "lois", les règles. Je n’étais pas non plus un fils à papa. J’étais moi. J’avais toujours été élevé dans ce respect des règles basiques. J’avais déjà fumé quelques cigarette, pris quelques produits illégaux, en soirée, uniquement. J’étais comme tous ces jeunes… J’avais toujours eu des limites, toujours été celui qui devait ramener les autres en général, sauf en cas de pépin, mais c’était moi. Avec ma Jeep, on pouvait facilement être la bande, en plus de quelques uns dans le coffre. Mais là. Là il me demandait de ne pas avoir ces limites, de les abandonner, comme je devais abandonner mon éducation. Ça n’avait pas l’air si dur, si Sam l’avait fait. Car il devait l’avoir fait, sans aucun doute, sinon, pourquoi me le demanderait-il ? « Y'a une Camaro un peu plus bas dans la rue. C'est une voiture plutôt chouette... Et assez simple à voler. » Une Camaro. Ces voitures de sport pour gros riches, ici ? Impossible. C’était le quartier qu’on pourrait qualifier de plus pauvre, par ici, même si certaines maisons, bien que rares, devaient être très chères. Qu’est-ce que foutais une putain de Camaro par ici ? A l’abri des vols, surtout si, comme le dit Sam, elles sont simples à voler. Je regardais en bas de l’allée, au loin, on voyait la fameuse Camaro, toute propre, toute belle, sans doute. Je me retournais vers Sam. « Qu’est-ce que j’en fout, après ? » C’était la question. J’avais déjà une voiture. Une dont je ne pourrais jamais me séparer, quoi qu’il advienne. Et puis, si je me ramenais avec une Camaro chez moi, mon père me demanderait tout de suite d’où elle vient. Mon seul job, c’est d’être baby sitter à mes heures perdues, et que je sache, le salaire d’un baby sitter, ça ne permettait pas d’acheter une Camaro. Même avec des années d’économie –quoique au bout de vingt ans peut-être…-  Je m’avançais dans l’allée, la descendant, entendant en même temps Sam, qui me répondais.

_____________________________________________




and when you smiled, I smiled too.

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 450 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞ Lun 20 Juil - 19:51



Let me be inside your head ▬ ft. Théo Farraway

« Qu’est-ce que j’en fout, après ? »

Je levai les yeux au ciel devant tant d'ignorance, tant de naïveté. J'aurais beaucoup de travail avant d'en faire un petit caïd, mais je prendrais le défi. Pour l'instant, c'était un fils à papa, ou du moins un fils à maman d'après ce que j'avait compris, qui avait été trop éduqué. Son cerveau avait été conditionné aux règles de vie strictes, à la bienveillance. J'aurais alors à tout faire repartir à 0, à supprimer tous ses programmes et à introduire les miens. Je devais être comme un virus qui s'infiltrerait dans sa tête, la petite voix qui lui dirait bientôt tout ce qu'il doit faire pour foutre la vie des autres en l'air, la sienne avec.

Le garçon avait commencé à approcher de la camaro, ce qui était plutôt bon. Je pouvais même voir dans ses yeux une faible lueur de détermination, même si cachée derrière son inquiétude. J'étais proche de la victoire, je le sentais. Alors je marchai à ses côtés, passant un bras sur ses épaules, créant un contacte physique se rapprochant d'un contacte amical, avant de répondre à sa question.

« J'en sais rien, t'en fais ce que tu veux. », commençais-je. Et puis ironiquement je poursuivis sur ma lancée.

« Si t'as besoin d'une voiture pour rentrer, si tu dois aller en boîte, si tu veux prendre des vacances sans prévenir ton très cher papa ou... Je sais pas moi, impressionner une fille. Ou un garçon, j'sais pas c'que t'aimes. », terminais-je avec un sourire taquin.

Nous arrivions enfin devant ma camaro, la future cible d'un vol honteux, ou du moins je l'espérais. Nous nous arrêtâmes devant la voiture sombre, et je décrochai mon bras de Théo, me plaçant face à lui. Je plongeai mon regard déterminé dans le sien.

« Très bien, en scelle cow-boy. Montre-moi comment tu t'y prends ! »

Je souris largement avant de m'écarter de la voiture pour lui donner le champ libre. Je sentais que ça allait être amusant. J'imaginais même déjà l'adrénaline qui pourrait traverser son corps à l'instant même, avec la peur d'échouer, ou de se faire chopper, j'en savais trop rien. Mais même s'il savait déjà voler les voitures, le fait qu'il ignore le propriétaire allait tout de même être amusant. Je croisai alors les bras en attendant le reste du spectacle.

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: ❝ HELLO AGAIN ❞

Revenir en haut Aller en bas

❝ HELLO AGAIN ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant




Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Falls :: RP terminés-