Fin de la MaJ le 13 juin 2017. en savoir + ♥️

Le n°2 du Weird Diary vient de sortir ! Direction → ici !

Pensez à favoriser les chamans et les humains : )

Partagez|

Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Jeu 21 Mai - 18:53


Just do it.
I really want to meet you again, but why now ?


Pourquoi ça tombe sur moi ?

Ta gueule ! Putain mais fou moi la paix avec ta musique !  Je retira immédiatement la couette de sur ma tête avant d'être éblouie par ce maudit soleil qui semblait levé depuis bien longtemps. M'approchant de la fenêtre après quelques minutes, apercevant la vielle sorcière qui me sert de voisine dans son jardin. Mme Betty Woods. Elle devait être sourde vu le volume de la musique qui sortait de la vielle chaîne qui semblait être dans sa propre maison. Ça faisait longtemps qu'on ne m'avait pas réveillée de si bon matin avec du Mozart, enfin, bon d'accord il est 16h45. Et alors, y'a un nouveau garou en ville j'ai du veillé tard pour en apprendre plus sur lui, ou elle. Je dois découvrir qui il est, et pourquoi il est ici.

En attendant, j'enfilais rapidement mes sous vêtements et un jogging. Un maquillage léger avec un coiffage de cheveux rapide mais en règle. Avant de m'afficher avec un sourire des plus faux près de ma voisine.

-"Madame Woods !?" *hurlais-je contre la vielle à moitié sourdre* -"Lilou !" *me répondit-elle* -"Vous pouvez débrancher votre musique ?!"  *hurlais-je de nouveau* -"P..pardon ? Je n'entend pas."

Mon visage se décomposa dans l'instant. Non mais je rêve ? Je fis quand même le nécessaire pour paraître calme pourtant bien énervée. Apportant mon doigt à mon oreille pour lui faire comprendre de régler son bidule pour sourd. Suite à quoi elle se rendit compte du boucan fait par l'objet et m'autorisa à rentrer pour m'en occuper. Je fis en sorte de ne pas éclater la machine mais de me contenter simplement de la débrancher. Retournant ensuite chez moi avec un polie et faux : "Bonne fin de journée."

De retour dans le manoir qui me servait de maison. Je ressentis le besoin de me mettre à l'aise chez moi. Ainsi je retirais le jogging enfilé un peu plus tôt pour rajouter un simple collier long et extravagant où pendait une chauve sourie plus que réaliste. Un de mes préférés après l'autre que j'ai en forme de coyote d'ailleurs. Et un petit chemisier noir, un basique que je gardais ouvert évidement. De quoi finir ma journée tranquillement.

Mais la faim eu vite raison de moi et je partie dans ma cuisine, dans mon frigo pour prendre mon petit dèj tardif. Réfléchissant à ce que j'allais avaler pour me nourrir.

-"Hum, p'tit dèj d'humain ou p'tit dèj de coyote....?"*je réfléchis un autre instant.* -"Non, Œuf et bacon avec un vers de jus de fruit, ou lièvre crue chassé la veilles et sang de chevreuil ?"

Je souris en m'emparant du lièvre et de la poche sang que j'avais soigneusement rempli avec du sang de chevreuil, celui que j'ai mangé hier si mes souvenirs sont bon. J'avais plusieurs poches de ce type, lapin, cerf, chevreuil, biche... et un peu de 0- mais ça je ne m'en servait pas souvent, presque jamais. Enfin bref. Oh, et avec une tartine de Nutella évidement. Histoire de sembler un peu normal et surtout parce que c'est bon.

Une fois le lapin fini, mangé, dévoré jusqu'au os je pris la poche de sang que je n'avais évidement pas fini, il devait encore en rester les trois quarts. Donc, je me dirigeais dans mon salon en souriant. Décidant de jouer aux fléchettes avec un fond de musique, de quoi mettre l'ambiance. Buvant la poche de moitié avant de la jeter contre la cible. Riant alors qu'elle venait d'exploser contre mon mur éclaboussant mon ventre par la même occasion, ce qui me fit rire d'avantage.  Restant ainsi deux bonnes heures à faire divers activités fun et sans intérêt. Nettoyant la tâche faite plus tôt même si maintenant ma maison puait le sang animal. Arrangeant le bouquet de veine de venus qui scouatait mon salon depuis 2-3 jours.

-"Merde mais pourquoi j'ai fait ça."

Grognais-je en nettoyant le bazar. Peut importe, j'allais ensuite me servir un petit vers de bourbon, si tout petit histoire de. Continuant de danser comme une folle à moitié dénudée dans mon salon. Allant chercher une nouvelle poche de sang mais cette fois ci de la biche, parce que j'en avais envie. Autant il m'arrivait de ne pas en prendre pendant des semaines autant je pouvais descendre 3 poches en une soirée. C'est mon côté un peu foufou quoi ou coyote sanguinaire comme vous voulez.

Maintenant il était presque 19h. Je m’étais légèrement calmée en buvant ma poche tranquillement, qui commençait à peine à arriver à la moitié. Soudain ma sonnet retentis. Je jetais un coup d’œil curieux près de la fenêtre avant de voir, Sam, tranquillement en train de marcher en direction de ma porte. Bon bah, pas besoin de s'habiller d'avantage ou même de nettoyer les tâches plus ou moins grosses sur mon ventre, ma poitrine et ma bouche. Enfin si, je pris un mouchoir humidifié pour nettoyer ma petite bouille. Inspectant ma dégaine dans une glace.

-"Mon Dieu...mais c'est quoi ce truc..."

Haussant les épaules avant d'aller lui ouvrir quand il toqua à ma porte. L'embout de la poche de sang en bouche et le sourire aux lèvres. Faux sourire plus que vrai étant donné que j'avais envie de finir la soirée seule, m'enfin bon. Et puis ça fait que deux semaines qu’on ne s’est pas vu. Il craque déjà ?

-"Me juge pas, t'a pas le droit de me juger."

Je m'écartais de la porte pour le laisser entrer, et voyant qu'il ne bougeait pas je rit.

-"Ah oui, c'est vrai. Tu  peux pas entrer. Oh mais va y entre je t'en pris maintenant. Si je me fais bouffer en pleine nuit par un vampire-j'avais prononcé ce mot assez bas-je saurais que c'était toi."

Puis je fixais à la poche de sang en la retirant de ma bouche pour avaler la gorgée que je venais de prendre. Non vraiment, faut que j'arrête. C'est une mauvaise habitude et c'est pas ultra nourrissant. Alors...est-ce que tu vas rejoindre ta copine sur le mur de mon salon ou pas...    


code (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 478 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Sam 23 Mai - 17:46



I wanted to see you again ▬ ft. Lilou Littlesnow

« Oh, et au cas où... certaines closes du contrat te seraient floues ou que tu veuilles que je ravive tes souvenirs je suis sûr Clayton residence. »

A cela, je n'avais rien répondu. Je m'étais contenté de sourire, vous savez avec ce petit sourire à la fois charmeur et défiant, celui que j'ai la plupart du temps lorsque je suis avec des personnes qui ne veulent pas me tuer. Ou... Même avec celles qui veulent me tuer. De toute façon c'est le cas de la majorité des gens. Quoi qu'il en soit, j'avais tout à fait compris l'invitation implicite dans les mots de la coyote, le message était reçu. Et je savais que nous serions amenés à nous revoir. Le seul paramètre que j'ignorais, c'était quand.

Deux semaines étaient passées, et beaucoup de jugulaires avaient été tranchées. Ah, pas que des jugulaires d'ailleurs, mais s'il fallait faire une liste de toutes les parties du corps que j'avais mordues ces derniers 14 jours, ce serait un peu long. Mais ce jour là, j'étais particulièrement nerveux. Ou plutôt frustré, ce serait un bien meilleur mot. Vous savez, cette impression que vous avez au fond de vous, vraiment gênante, qui vous empêche de tenir en place. Lorsque vous ne restez pas dans la même pièce plus d'une minute, que vous avez les membres engourdis, et que vous voulez désespérément faire quelque chose, mais vous ne savez pas quoi. Lorsque vous avez l'envie irrésistible de balancer tous les objets que vous trouvez au meilleur des cas dans un mur, dans mon cas dans la tête de quelqu'un. Le premier qui passerait. Bah voilà, c'était exactement comment je me sentais. Cette journée avait été éprouvante. Je n'avais eu personne à manipuler, que ce soit avec des mots ou ce truc-magique-de-vampire. Personne à effrayer non plus, parce que la seule fille à qui j'avais tenté de faire peur avait fait un malaise direct. Aucun loup à embêter. Même ceux que j'aimais embêter habituellement étaient introuvables. Pour clôturer le tout, au bar, par je ne sais quelle opération du saint esprit, ils étaient tombés à court de stock niveau bourbon. La seule qui m'avait été fidèle avait été ma Les Paul. Ah non, franchement ça avait été une sale journée, ennuyeuse à mourir. Du coup, j'étais frustré, énervé, et dépressif.

C'est comme ça que, comme une sorte de zombi mutant, j'errais dans les rues de Weird Falls, sans but précis. Le soleil se fanait, et moi je me sentais revivre. J'avais beau avoir ce bracelet qui faisait office de crème solaire, je restais une créature de la nuit. Et je n'aimais pas le soleil.

Je marchai inconsciemment jusqu'à Clayton Residence, où je trouvai un jeune officier de police, peut-être en patrouille. Ou en fin de service. A moins qu'il était en début de service ? Je n'en savais rien, à vrai dire je n'avais pas pris le temps de lui poser la question avant d'enfoncer délicatement mes crocs dans la jugulaire, aspirant profondément son sang. Il avait plutôt bon goût. Une fois que j'en eus fini avec son hémoglobine, je le laissai tomber sur le sol, inconscient contre sa voiture à cause de la perte de sang. Oh, il s'en remettra bien, m'étais-je dit. Au pire, si il claque c'est pas grave, y'a plein d'autres flics. Et je n'avais même pas pris le temps d'effacer ses souvenirs.

Et puis, je m'étais souvenu d'une certaine petite coyote, qui habitait justement dans le coin. Une certaine petite coyote qui, elle, était amusante. Pour le moment en tout cas. Et alors un tout nouveau sourire s'était dessiné sur mon visage, celui du Sam qui a une idée tordue qui germe dans sa tête. Finalement, cette journée n'allait peut-être pas être aussi mauvaise que ça.

Arrivé à destination, je m'interrogeai sur une éventuelle entrée en scène digne de moi. Mais je finis par sonner, tout simplement, parce que de toute façon je ne pouvais pas entrer sans y être invité. Et puis bon, en y réfléchissant, sonner et frapper à une porte c'était plutôt inhabituel pour moi, donc c'était original quelque part. Et arrivé devant la porte, la première chose que je remarquai fut l'odeur prononcée du sang.

La porte s'ouvrit, et immédiatement je me félicitai de ne pas avoir opté pour l'originalité, parce qu'au final je n'aurais pas pu faire plus surprenant que Lilou. « Me juge pas, t'a pas le droit de me juger. », qu'elle s'empressa de me dire, couverte de pourpre, et une poche de sang dans les bras. Et puis elle m'invita à entrer. Son sourire paraissait hypocrite. Oh oui, effectivement cette journée n'était vraiment pas condamnée au final. De la surprise, quelqu'un à embêter, et une fille amusante... Le vent tournait.

« Je ne comptais pas te juger. », commençais-je immobile, les bras croisés toujours sur le pas de la porte.

« Même si je trouve les femmes... » Je la regardai de haut en bas, marquant une légère pause. « ...Barbouillées de sang très sexy. » Je lui lançai un clin d’œil muni d'un sourire fourbe avant d'enfin me déplacer, la contournant assez proche en m'aventurant au milieu de la pièce. J'observai alors les environs. L'air empestait encore plus le sang, mais le sang animal et pas frais. Beurk. Et à juste titre. La pièce était complètement dérangée, et les murs recouverts de sang, avec des poches vides qui gisaient sur le sol. Mon dieu, je me sentais comme chez moi, à la différence que ce n'était pas exactement du sang d'animal sur lequel on risquait de tomber de mon côté.

« Et bien, quelqu'un a passé une mauvaise journée ? », avais-je fini par commenter sarcastiquement, tout en fixant involontairement le bouquet de veine de venus, autre élément qu'on ne trouverait pas chez moi. Brr, en fait, après réflexion c'était peut-être pas si accueillant que ça pour un vampire.



© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Dim 2 Aoû - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Sam 23 Mai - 19:06


Just do it.
I really want to meet you again, but why now ?


Pourquoi ça tombe sur moi ?

Je ne comptais pas te juger.

Cool, une bonne chose à savoir, je n’avais pas envie d’être jugée et je ne sais pas comment j’aurais pu réagir si il l’avait fait. Je le fixais intensément alors qu’il restait devant moi, les bras croisés. Sans entrer plus que ça dans la maison. Mais s’il avait décidé d’être chiant il pouvait partir ce n’est vraiment pas un bon jour pour me faire chier. Regardant ensuite mon corps de haut en bas.
Même si je trouve les femmes....Barbouillées de sang très sexy.

La Remarque qu’il venait de faire vint directement flatter mon égaux. Je n’allais pas dire que je pensais la même chose, mais rien que l’idée de le voir en caleçon avec une petite veste en cuire et le corps légèrement recouvert de sang à ma place tout bêtement, j’admets que je pourrais saliver. Dans tout les sens du terme évidement. Alors je me contentais de sourire en apportant la poche de sang à ma bouche m’écartant à nouveau du porche.  Il alla même jusqu’à me contourner et s’aventurer dans le salon. Bon, j’avoue que vu comme ça, l’odeur du sang, les poches par terre, le sang sur les murs…c’est pas top. M’enfin au moins il pourrait presque se sentir chez lui.
Et bien, quelqu'un a passé une mauvaise journée ?

Je me mis simplement à rire en le fixant avant de laisser la poche que je n’avais pas fini sur un meuble à ma portée. Le regardant fixer le vase bleu contenant la jolie fleure violette pâle qui pouvait faire beaucoup de mal aux vampires. Hum, avec un peu de chance j’allait le lui balancer en pleine face…m’ouais non, ce ne serait pas drôle.

-« Brillante déduction Sherlock. Qu’est-ce qui te fait dire ça ? Mes fringues quasiment inexistantes ? Mon corps barbouillé de sang ? Ou bien alors les poches de sang vidées sur mes murs ou dans ma bouche, gisants maintenant sur le sol ? Précisons, néanmoins, qu’habituellement ma maison est beaucoup mieux tenue que ça. »

Avais-je dit tout en me dirigeant vers la table où j’avais exposé le cadeau de ma cher voisine, à savoir le bouquet. Non sans faire en sorte qu’une toute petite fleure vienne frôler sa joue tandis que je souriais. Regardant avec admiration l’effet que cela avait sur sa peau. La regardant se reformer simplement, même cela me semblait plus long que la fois ou il s’était mordu. Passant un doigt sur la blessure partiellement partie avant de déposer un baiser rapide sur ses lèvres. Me dirigeant ensuite vers ma porte d’entrée, traversant le couloir de pierre qui relié mon portail à ma porte d’entrée. Ouvrant le dit portail pour atteindre la poubelle et balancer le pot de fleur, et les fleurs dedans, gardant tout de même une petite tige de fleure la plaçant à l’abris dans mon soutient gorge. Tournant la tête rapidement en regardant la voiture de police garée non loin de début de la rue.  

Un profond soupire sortit de ma bouche alors que je fit un effort pour humer l’air environnant me rendant effectivement compte que le sang était présent. Levant les yeux au ciel avant de retourner chez moi. Après avoir prit soin de refermer le portail et la porte d’entrée. Criant assez fort pour qu’il entende.

-« Sam ! Tu peux éviter de laisser trainer tes cadavres dans ma rue s’teuplé ? »

Deuxième soupire avant de retourner dans mon salon, duquel il n’avait pas bougé.  Je le fixais un moment en réfléchissant jusqu’à ce qu’un sourire légèrement sadique s’installe sur mon visage.  Vous savez, le genre de sourie qui veux dire « t’aurais pas du venir tu va le regretter « ou encore le « hum…attend de voir ce que je vais faire de toi, toi. » Après tout, la courte vision que j’avais eu tout à l’heure en le voyant allée peut-être se réaliser. Serais-je devenue médium soudainement ? C’est fortement improbable mais peut importe. Ca va avoir le mérite d’être drôle.

-« Je reviens. »*dis-je avant de prendre la direction de ma cave, revenant sur mes pas.* -« Ne touche à rien ! »

Aussitôt dit je repris la direction de ma cave. Prenant ensuite la direction du frigo, oui ce frigo perdu au fond d’une cave que tout le monte à, enfin presque tout le monde. Cherchant dans le dit frigo à l’intérieur duquel je stockais les bonnes bouteilles, les poches de sang et mes restes de chasse. Prenant 2 poches de 0-, refermant le tout après coup. Remontant dans mon salon assez fière de ma trouvaille et surtout de ce que j’allais en faire. En ayant prit soin de laisser une poche dans l’entrée au cas où. Gardant l’autre cachée dans mon dos.  Fixant Sam, gentiment assis sur mon canapé.

-« S’il te plaît, me ferais tu le plaisir de retirer tout tissus pouvant être nuisible de ton cou jusqu’à ton bas-ventre ? »

Il paraissait surpris et pourtant il fit ce que je venait de lui demander, non sans pousser un grognement et une question débile du genre de « pourquoi je ferais ça ? ». Mais avec un visage comme le mien comment aurait-il pu dire non à ça ? Retirant son T-shirt et sa veste, le posant sur la table où le vase se trouvait quelques instants plus tard.  Souriant quand il le fit et me regardant avec une sorte d’intensité étrange. Ayant prit le soin de percer la poche que je tenais à une main dans mon dos. M’approchant d’un pas félin avant de simplement l’éclabousser de sang humain. Me reculant tout sourire pour regarder mon œuvre.

-« Bon d’accord, j’admets que je trouve les hommes torse nu et barbouillés de sang humain particulièrement sexy, également. »  

Maintenant mon regard était Presque aussi intensif que le sien l’était il y à quelques instants. Attendant patiemment et à bonne distance ce qu’il allait faire. Oui, parce qu’il ne faut pas oublier le bon vieux dicton de qui s’y frotte s’y pique et avec un vampire on n’est jamais sûr de rien. Enfin, surtout avec ce vampire.


code (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 478 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Sam 23 Mai - 22:57



I wanted to see you again ▬ ft. Lilou Littlesnow

Et oui, effectivement, elle était vraiment de mauvais poil. Et ce n'était pas qu'une métaphore par rapport au fait que ce soit un coyote, c'est moi qui le dit. Et ça, ça s'entendait dans son timbre de voix frustré, et légèrement agacé, bien que je suppose que ma présence y soit pour quelque chose. Mais après tout, elle n'était pas la seule à avoir passé une terrible journée, et je comptais bien y remédier.

« Brillante déduction Sherlock. Qu’est-ce qui te fait dire ça ? Mes fringues quasiment inexistantes ? Mon corps barbouillé de sang ? Ou bien alors les poches de sang vidées sur mes murs ou dans ma bouche, gisants maintenant sur le sol ? Précisons, néanmoins, qu’habituellement ma maison est beaucoup mieux tenue que ça. »

A vrai dire, c'est un peu tout ça à la fois, je pensais ironiquement. Je ne voyais pas vraiment l'intérêt de répondre à cette question, qui n'était pas vraiment une question d'ailleurs. D'autant plus qu'à cela, alors que je préparais tout de même une réponse sarcastique et décalée, digne de moi donc, elle s'était arrangée pour me coller l'une de ces fichues fleures de verveine dans la tronche. Ce à quoi bien sûr je m'étais par réflexe écarté, et qui avait eu l'air de bien l'amuser. Mais c'est que ça brûlait c'te bêtise, et j'avais beau me foutre totalement de la douleur, ça restait pas cool. Je grognai donc du fond de ma gorge, faisant la tête. De toute façon elle était déjà partie jeter le bouquet maudit. Et pendant ce temps, moi j'étais resté planté là, les bras croisés, les épaules affaissées, soupirant.

« Sam ! Tu peux éviter de laisser traîner tes cadavres dans ma rue s’teuplé ? »

Encore une fois, je levai les yeux au ciel, soupirant. « Il est pas mort ! », j'avais commencé à crier à son attention. « Enfin je crois pas... » j'avais ajouté dans ma barbe, surtout pour moi même. C'est vrai qu'en fait je n'avais pas vraiment écouté si son coeur battait toujours. Mais bon il ne me semblait pas avoir pris assez de fluide sanguin pour le tuer. Quoi qu'il en soit, là ça devenait vraiment chiant. C'est ça, je commençais à royalement m'embêter. J'étais venu ici pour m'amuser, et au final la situation était pesante. Mais bon, après tout, tout vient à point à qui sait attendre. Ce n'est qu'une expression mais bon, on sait jamais, des fois ça marche ces trucs de vieux sages.

Et puis, elle était revenue pour... Repartir. Et encore, j'avais attendu. Ça commençait à sérieusement me les briser là. Mais bon, je n'étais pas prisonnier ici, donc si vraiment le niveau ne remontait pas, je pouvais m'en aller à vitesse vampirique sans même dire au revoir. Mais bon, elle était très vite remontée de sa... Cave ? Je n'en savais rien. Et puis, elle cachait quelque chose dans son dos.

« S’il te plaît, me ferais tu le plaisir de retirer tout tissus pouvant être nuisible de ton cou jusqu’à ton bas-ventre ? »

Je la regardai d'un air dubitatif. « Et bah, dans le genre directe... Et d'abord, pourquoi je ferais ça ? » Mais son regard était si intense qu'il semblait percer ma peau, tout comme l'avait fait la verveine il y a quelques instants, et avec la même brûlure. Je levai alors une énième fois les yeux au ciel, grognant encore une fois au fond de ma gorge, mais je me pliai à la demande, et retirai finalement ma veste de cuir noire ainsi que mon T-Shirt rayé (ouais, comme les prisonniers mais en plus classe) puis les déposai sur la table à proximité. Et bien, cela avait intérêt à valoir le coup. Parce que franchement, mes nerfs commençaient à... Je ne sais même pas ce qu'ils faisaient !

L'odeur du sang humain vint avant la sensation humide qui recouvrait bientôt le haut de mon corps. Je regardai le résultat de son geste avant de regarder Lilou, la tête encore penchée vers le bas mais les yeux pourtant bien scrutateurs des siens.

« Sérieusement ? »

Et puis je fis glisser mon index le long de ma poitrine, puis portai ce dernier à ma bouche, regardant vers le haut dans la dégustation, tout comme les goûteurs de bon vin le feraient.

« Du O négatif ? Quel gâchis. »

Je fis la moue un instant, comme si dégoûté. Et puis je levai la tête, voulant inconsciemment dominer la scène, avant de prendre une voix hautaine et sûre. Mais ce n'est pas pour autant qu'une étincelle de malice ne brillait pas dans mes yeux, et que mes propos ne se terminaient pas dans un sourire sarcastique.

« T'as de la chance que j'aie la fibre artistique. Après tout du sang sur un si beau corps, la tentation doit être assez forte pour que je te pardonne. »

Suite à cela, je me retrouvai donc au milieu d'une pièce, torse nu, recouvert de sang humain qui dégoulinait dans mon pantalon et un peu mes chaussettes, en face d'une coyote admirant son oeuvre. J'avançai alors vers elle à vitesse vampirique, il était temps pour moi d'y mettre un peu du mien. Je me plaçai derrière elle, mes yeux devenant rouges de ma transformation soudaine. Et taquinant ses oreilles avec mes crocs pointus, je lui murmurai simplement une phrase d'avertissement.

« C'est bête, j'ai toujours préféré le sang à la source ! »

Et puis violemment j'enfonçai mes crocs dans son épaule. Elle l'avait cherché non ? D'abord avec la verveine, puis avec ce sang qui collait sur ma peau, et puis ses petits rires moqueurs et agaçants là. Elle voulait jouer avec le diable, celui-ci ne lui ferait pas de cadeau.

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Dim 2 Aoû - 23:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Dim 24 Mai - 0:14


Just do it.
I really want to meet you again, but why now ?


Pourquoi ça tombe sur moi ?


-"Sérieusement ?"

Oh, mon œuvre d'art n'a peut être pas été appréciée... Enfin, comme tout le grand de son monde. Je me sens incomprise. Merde alors, fait un effort ! Effectivement, j'aurais pu lui faire prendre une douche avec la poche. Alors je l'aurais vraiment gâchée. M'enfin bref. J’aurais pu le laisser en boire, mais ça aurait été trop simple. Je vais pas lui donner la becquet il vient de bouffer un flic. Faut pas abuser non plus.

-"Du O négatif ? Quel gâchis."

Je me permis de rire a cette remarque absolument pas pertinente. Je ne bois que rarement ce sang. Alors autant qu'il serve a quelque chose quoi. Faire de l'art pas exemple. En plus on dirait qu'il se fou de ma gueule avec sa petite moue débile de chien battu. Et là je me dis : Honnêtement Sam tu me déçois. Et puis après il me fit rigoler de plus bel. Oh oui c'est vrai que le sang dégoulinant Sur ce magnifique corps immortelle avait le don de...de...bah en faite j'en sais rien. Ouais, ça peut être sexy quand on y pense, mais ça fait plus horreur quoi.

-"Hum, magnifique, vraiment magnifique ouais."

Puis il se déplaça derrière moi a vitesse vampirique me disant qu'il préférait se nourrir a la source. Taquinant mon oreille de ses crocs se qui me fit frémir. Bien évidement je ne m'y pas plus de 1 seconde à comprendre ce qu'il voulait. Il ne me prendrait pas un peu pour sa réserve de bouffe surnaturelle par hasard ? Nan mais parce que là va falloir qu’il se calme. Je suis pleine de sang autant dans mes veines que dans mon estomac, certes. Mais ce n’est pas une raison. C’est ainsi qu'il planta ses crocs dans mon épaule.

C'est la 4ème fois qu'il me mord, si mon compte est bon. Et pourtant c'est la 1ère fois que je ressens une véritable douleur. Même si cette douleur m'excitait plus qu'autre chose cette fois si il n'avait pas prit de gants. Plantant ses crocs directement et sans vraiment prévenir. Mais je le laissai faire sans l'en empêcher. Le laissant prendre ce dont il avait envie. En plus il me tenait et je n’avais pas vraiment envie de lui laisser un bout de ma chaire. M'écartant de lui juste quand il eu fini. Posant une main sur la morsure, regardant ensuite ma main ensanglantée. Le fixant les yeux quelques peut empli à la fois d'excitation et de colère.

-"J'imagine que maintenant c'est à mon tour."

Faisant un bon pour me retrouver dans ses "bras". Le fixant de mes yeux maintenant bien bleus. Lui montrant mes crocs pour qu'il sache ce qui allait se passer. Plantant ensuite mes crocs dans son cou. Sans trop prendre de gants non plus, la morsure le fera déjà assez souffrir.

Je tentais de faire de mon mieux pour contrôler le venin que contenaient mes crocs. La plupart des garous qui mordent les vampires les font pour ce défendre. Ils ne cherchent pas à retenir leur venin. Mais moi j'ai souvent réussi à le contrôler. Enfin, bien évidement il y avait toujours quelques goutes qui parvenaient à s'échapper. Peut importe qu'il meurt ou non après cela, il me manquera oui...un peu. M'enfin, il s'est nourrit de mon sang. Et même s'il ne le sait pas le venin n'agira pas tant que son organisme contient mon sang. Car un garou ne peut être affaibli par sa propre morsure. Et le temps que le sang quitte son organisme le peut de venin qui y sera entré sera également parti.

Bon, évidement c’est facile de se dire qu’il faut bouffer le garou –pour un vampire hein- s’il vous mord. Bah non. Parce que ce cas de figure fonctionne uniquement si le vampire en question à but votre sang avant de se faire mordre. S’il le boit après ça ne servira à rien. Ce n’est pas un remède c’est plus un ralentisseur. Enfin, peut importe le cas de figure même si on y va doucement notre morsure fait plus mal que la leur, enfin jusqu’à ce qu’elle cicatrise. Ce qui dans le cas de Sam, devrait prendre 10 minutes grand maximum si tout ce passe bien.

Eenfin, juste après cela je décrochai mes dents de son cou. Faisant un petit bon en arrière. En le fixant les yeux emplis de désir après ce que je venais de lui faire. Oui bien sûr je devrais m'excuser. Mais je laissai mon visage reprendre sa forme initialement humaine. Soupirant profondément après avoir avalé la seule gorgée que j'avais osé lui prendre.

-"C'est Légèrement désagréable non ?"

Je le fixais avec un air légèrement désolé. Mais en même temps il l'avait cherché. Il l'avait bien cherché. En me mordant le premier et surtout en venant me voir chez moi aujourd'hui. Et pourtant je restais devant lui l'approchant même de lui en le fixant dans les yeux. Je n’aurais surement pas du le mordre, mais je n’allais tout de même pas me soumettre aux ordres de monsieur le grand vampire. Alors peut importe. Tue moi si ça te chante, rira bien qui rira le dernier.



code (c) crackle bones


Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 478 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Dim 24 Mai - 16:57



I wanted to see you again ▬ ft. Lilou Littlesnow



« J'imagine que maintenant c'est a mon tour. »

La morsure fut abominable. Je n'eus même pas le temps de cligner des yeux que ses crocs, aussi inattendu que cela puisse être, avaient transpercé ma chaire tendre. Sa mâchoire puissante de coyote garou déchira le muscle de mon cou, broyant ainsi tous les ligaments de mon épaule. Mais ce n'était pas ça qui faisait le plus mal. A la limite ça je m'en fichais un peu, ce n'était qu'un peu de douleur, j'avais connu bien pire. J'avais été torturé plusieurs fois dans ma vie, par plusieurs sortes de créatures. Ouais bon, c'était l'inconvénient lorsqu'on faisait chier tout le monde pendant plus de trois cent ans. Mais là, je pouvais sentir lentement le venin de garou s'écouler dans mon organisme. Il n'y en avait pas beaucoup, mais la sensation était tout de même atroce, c'était comme si on mettait du feu dans mes veines de vampire gelé. Et je ne pus retenir un cri de surprise et de douleur de franchir mes lèvres. Je gémis en tentant de la faire lâcher prise, par réflexe, mais il était impossible de m'écarter de la chienne. J'avais déjà été mordu avant, une fois, par un loup. La sensation ne m'était donc pas tout à fait inconnue. Sauf que lui, ça avait vraiment été pour me tuer. Je pouvais me rappeler des sensations que j'avais ressenties à ce moment là. Ça avait été abominable. Sur le coup, j'avais été vidé de toutes forces. J'avais eu l'impression que j'avais les poumons en feu à chaque respiration, et j'avais senti le venin lentement s'infiltrer à travers chaque capillaire sanguin de mon corps. S'en étaient suivis plusieurs jours d'agonie pure. Mais finalement, j'étais encore là. J'avais survécu. Cette seconde morsure me fit comme un flash-back non désiré de cette première expérience.

Seulement, ce n'était pas le seul paramètre "gênant" de la chose. Pour un vampire, se faire mordre sans consentement était humiliant. C'était un signe de soumission. Nous étions des prédateurs, des traqueurs. Des tueurs. Nous étions ceux qui mordaient, pas ceux qui se faisaient mordre. C'est ce qui ajouta à mon malaise.

Et au bout de quelques secondes, qui m'avaient pourtant semblé éternité, Lilou s'était décrochée de mon corps dans la satisfaction évidente. J'avais envie de lui enlever cet air suffisant de son regard là. Je tombai à genoux au milieu de la pièce, tenant mon épaule meurtrie qui refusait initialement de se refermer. Bah bien sûr qu'elle ne voulait pas se refermer ! Je pensais à quoi ? C'était un coyote garou, pas un petit chiot ! J'allais y passer ! Finalement je claquerais peut-être avant cet officier qui gisait sur le goudron à l'extérieur. En plus, de ce que j'avais entendu, les vampires mordus avaient une chance sur deux de récupération. En estimant que j'avais survécu à la dernière morsure, cela réduisait mes chances quelque part, même si je savais bien que les probabilités ne marchaient pas comme ça. Voilà, j'allais crever, c'était chiant quoi. Elle aurait pu attendre. Au moins nettoyer tout le sang qui barbouillait mon corps avant, merde !

Je relevai la tête à moitié en colère, à moitié choqué. La brûlure était encore forte dans mon cou, mais mon instinct me guida avant même que je ne puisse établir des pensées cohérentes. Sur une impulsion soudaine je fondai sur Lilou à vitesse vampirique et l'épinglai au mur, la tenant par son cou, appuyant sur sa trachée. D'ordinaire, j'étais intelligent, et réfléchit. Mais j'avoue que dans l'urgence je n'avais rien fait de tout cela. Je n'en avais pas eu envie. J'étais mitigé. Je ne savais pas vraiment si j'étais en colère ou non, parce que tout cela m'échappait. Je savais simplement que j'avais un regard noir et menaçant, tout en faisant de mon corps une sorte de prison pour elle.

Mais finalement, j'avais pris conscience d'une chose. Une chose tellement énorme que je ne comprenais même pas pourquoi je n'avais pas remarqué plus tôt. La douleur... Elle... Elle avait disparu. Et même la plaie commençait (lentement !) à se refermer. Voilà en revanche qui était inhabituel. Et l'épais brouillard qui avait jusqu'à là recouvert mes pensées, la brume de ce qui se rapprocherait à de la colère s'était dissipée, me permettant de penser avec un peu plus de cohérence au final. Oui, mais bien sûr. Je me frappai mentalement pour ma stupidité et ma lenteur d'assimilation. J'étais bien plus vif d'esprit d'ordinaire. Les reptiles sont insensibles à leur propre venin, ils sont comme immunisés. Cela en va pour la plupart des créatures venimeuses. En toute logique, il devait en être de même pour les loups non ? Et j'avais du sang de la coyote en moi des suites à la morsure ? Je serais donc immunisé jusqu'à ce que son sang quitte mon organisme. Et pour après, et bien je n'avais plus qu'à espérer que le venin ait été filtré avant le sang.

Des suites à électrochoc de la compréhension, mon souffle se calma immédiatement. Je soupirai, les narines évasées, et non sans lancer un dernier regard dangereux à Lilou je lâchai cette dernière pour me reculer de plusieurs pas. Mon regard était dans le vide, je fixais un point imaginaire que seul moi pouvait voir à cet instant. Et puis, relâchant mes épaules, je me retournai vers Littlesnow, avec une expression à la fois intriguée, et vexée. Un peu comme quand les gamins se rendent compte qu'on s'est foutu d'eux.

« Pourquoi t'as fait ça ? »

Je croisai les bras en jaugeant la femme qui reprenait maintenant son souffle. Elle était folle. Vraiment folle. Presque autant que moi dans mes meilleurs jour. Attendez, c'est possible ça ?

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Dim 2 Aoû - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Dim 24 Mai - 18:32


Just do it.
I really want to meet you again, but why now ?


Pourquoi ça tombe sur moi ?

Il avait mal. Ca pouvait se voir dans le fond de ses yeux. Dans sa façon de retomber à genoux sur le sol de mon salon. Le sang s’écoulant lentement hors de se organisme. Le venin devait être en train de le bruler. Un peu comme s’il avait enlevé le bracelet qui le protégeait des effets non désirés du soleil.  Bref, ce n’est pas vraiment une expérience très agréable quoi.  Enfin non bien évidement je ne peux pas vraiment savoir je ne suis pas censée être morte. Enfin, ça se confirmera surement dans quelques minutes, une nuque c’est si simple à brisé avec la force qu’il à.

C’est drôle quand on y pense. Le vampire mordu, c’est un peu comme le serpent qui se mord la queue. Enfin, presque…si on réfléchit à ma manière, ça peut sembler logique. Je suis prête à mettre ma main a coupé qu’il doit ce sentir mal. Un peu comme la dernière fois où j’étais parti à la chasse. Je traquais une jeune biche et soudain, sorti de nulle part un puma, oui un putain de puma, se jette dessus et l’emporte à ma place. C’est humiliant presque, ce faire piquer sa bouffe par un simple puma.  Un puma que je n’avais ensuite pas poursuivit, ce qui était encore plus humiliant. Se faire voler sa proie et ne pas essayer de la récupérer.

Maintenant il était en colère. Pourquoi ? Parce que, il me semble que quand quelqu’un est en colère ça ce voit sur visage. Et Sam n’à actuellement rien en commun avec quelqu’un de content, ou de satisfait. Nan ce qui me fit reculer d’ailleurs c’était cette expression qui avait l’air de vouloir dire « je vais te tuer » genre maintenant.  Je mis 2 secondes avant de réagir et de tenter de l’esquiver, mais un vampire quand sa court sa s’esquive pas. Et voilà comment en moi de deux je fus cloué au mur, la main de Sam broyant littéralement mon cou.

Fermement, il me tenait. Broyant mon cou avec ses mains et surtout sa force, il me semblait avoir entendu un muscle se déchirer à l’intérieur même de ma gorge. En l’espace de 23 ans d’existence, c’était la première fois que quelqu’un essayait de m’étrangler. Enfin, oui si il est en train de m’étrangler si bien qu’il devait avoir senti les quelques poils résultants de ma semi transformation sur sa main. Donc, en 23 ans c’était la 1er fois, et la dernière alors ça promis c’est la dernière fois que quelqu’un tente de m’étrangler de la sorte. Néanmoins merci Sam de m’avoir dépucelé de cette horrible sensation d’impuissance. Espèce de connard.

Peut importe, l’abruti venait de comprendre que la plaie était en train de ce refermer, surement parce qu’il ne sentait plus aucune brûlure ou parce ce qu’il sentait sa peau se refermer, ses cellules se multiplier.  Ou que sais-je, je ne suis pas docteur moi, et encore moins pour les vampires tel que lui.  Je ne sais pas comment leur métabolisme fonctionne vraiment, n’empêche que sa mériterais une étude, pour les comprendre d’avantage.  Il est long à la détente où il n’avait toujours pas compris que le but de ma morsure n’était pas de le tuer. Dois-je lui rappeler qu’on à un accord ? A croire qu’il ne s’en souvient pas. Enfin ! Surtout la façon dans laquelle on l’à signé ! Je fais si peut d’effet que ça. Honnêtement si je n’étais pas en train de suffoquer contre le mur de mon salon je pourrais presque me sentir vexée.  

Fixant ses yeux alors que son regard m’inquiétait de plus en plus, je cru l’entendre soupirer.  Je me rendis compte de la signification de se soupire qu’une fois que mon corps eu touché le sol. Me laissant tomber, simplement sur le sol, vidé de mes forces pendant un court instant. Reprenant mes forces alors que chaque inspiration d’aire me semblait insupportable étant donné que Mr le super vampire avait déplacé ma trachée et mon œsophage par la même occasion.  Portant ma main à ma gorge en priant pour que la gêne disparaisse. Vomissant par la même occasion du sang noir, signe de mon organisme essayant de réparer tout ce bordel. Lui lançant un regard noir avant de me mettre à tousser comme une crevarde. Espérant ne pas avoir à cracher un poumon, sinon je pourrais le lui lancer dans la figure dans un dernier élan de vie.  

A cette instant je pouvais me foutre royalement du fait qu’il me regardait juste à ses pieds presque en train d’agoniser. Bien évidement je n’allais pas mourir et c’est certainement son sang qui permettait ma guérison plus rapide que prévue. Ainsi je repris lentement ma respiration. Allongée sur le flan, on aurait même pu entendre quelques pignements étouffés. La sensation de gêne était partie, après quelques minutes qui m’avaient semblées être des heures de souffrances. Et d’humiliation devant le vampire qui m’avait fait ça.  Bon ok c’est de bonne guerre, m’enfin même…bref peut importe. On est tous deux biens vivants, en bonne santé et bla et bla et bla.

«Pourquoi t'as fait ça ? »  

Je pris le temps de relever la tête avec un air digne d’un « t’es sérieux là ? » Me redressant en m’appuyant sur le mur auquel j’étais suspendu peut de temps avant. Toussant une dernière fois en secouant la tête. Essayant d’oublier tout ce qui venait de se passer. Lui répondant simplement après avoir laissé un silence s’installer le temps de quelques secondes.

-« Je sais pas, peut être pour te montrer à quel point c’est dérangeant quand on se fait voler son sang et mordre sans demander. »  

Soupirant en faisant un effort pour me tenir sur mes jambes alors que mes forces revenaient peut à peut. Je pris le temps de m’avancer vers lui, retirant le chemisier que je portais car il était, plein de sang, de sueur et froissé. Enfin bref, là n’est pas la question. Je fis en sorte de trouver un bout propre pour essuyer le cou de celui-ci. Laissant le chemisier tomber à mes pieds après avoir enlevé tout ce que je pouvais. Inspectant de mes doigts la plaie refermée, même si Sam avait quelques mouvements de recule.  La blessure était propre, presque refermée, signe que tout allaient bien.

-« Vois par toi-même. Tu n’as plus rien, le venin ne te fera rien tant que mon sang est dans ton organisme. »

Ensuite je me permis de lâcher un profond soupire. Dommage, je n’avais pas prévu ça quand je l’ai vu franchir le pas de ma porte. Me retournant pour faire quelques pas, ramassant quelques poches vides en lui jetant celle de O négatif qui avait fini sur son torse et qui était encore à moitié pleine.  Sachant pertinemment qu’il aurait besoin de sa pour recouvrer sa force et son énergie. Qu’il prenne ça pour un « excuse-moi » car je n’avais pas envie que ses mots sortes de ma bouche, du moins pour l’instant.  Me retournant vers lui après avoir fait un tas de toutes les poches de sang. Soupirant ne sachant quoi dire. Je m’étais adoucie. Le fixant simplement. N’ayant aucune envie qu’il parte alors qu’au fond de moi je lui en voulais. Ne désirant pas que cette journée se termine de la sorte. Notre accord ne servirais plus à rien étant donné qu’on risquait de ne plus ce voir. Du moins s’il choisissait de partir.


code (c) crackle bones



Dernière édition par Lilou Littlesnow le Sam 6 Juin - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 478 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Jeu 28 Mai - 0:06



I wanted to see you again ▬ ft. Lilou Littlesnow



Elle avait craché du sang noir. C'était parfaitement dégueulasse, mais c'était le prix à payer pour m'avoir mis en rogne. Enfin, pour m'avoir embêté au moins. Profondément embêté. Oh et puis bon, c'était pas l'un de mes jours de grande patience. Et puis merde à la fin, je n'avais tout de même pas besoin de me justifier après tout !

« Je sais pas, peut être pour te montrer à quel point c’est dérangeant quand on se fait voler son sang et mordre sans demander. » avait-elle répondu à ma question, ce qui ne manqua pas de me faire lâcher un sourire de satisfaction malgré moi. Et bien, elle n'avait pas l'air très heureuse la garou.

Une fois la crise terminée, elle s'était relevée et avait retiré sa chemise -ou du moins ce qu'il en restait- sous mon regard intrigué. Je l'avais laissée faire de toute façon. Et puis elle s'était approchée de moi, dangereusement près de moi. A une distance où elle aurait pu me re-bouffer d'ailleurs. Mais bon pourquoi s'embêter à ôter son chemisier si cela avait été pour fondre une fois de plus ses crocs de chien dans la chaire ? Je restai toujours silencieux, comme un spectateur étranger à la scène. Et puis ses mains étaient tombées à mon cou, se servant de ce qui était autrefois un vêtement en guise de chiffon pour frotter ma plaie. Une fois le travail du tissus achevé, ce dernier avait fini sa course à nos pieds, et la coyote inspectait maintenant mon épaule avec prudence. Comme une maman chien avec ses chiots... En bref, une vraie maman poule on va dire, qui vérifiait que le bobo s'était bien refermé. C'est pourquoi j'eus tout de même un mouvement de recul, réaction purement instinctive sachant que je n'avais pas l'habitude à ce que l'on prenne soins de moi, et que je n'avais jamais eu de mère à proprement parler. Cela aurait limite pu être gênant, si ça faisait partie des rares sentiments que j'éprouvais. Et puis c'était encore un peu douloureux, zut à la fin ! 

« Vois par toi-même. Tu n’as plus rien, le venin ne te fera rien tant que mon sang est dans ton organisme. »

Merci, j'avais compris. Puis j'avais remarqué la cicatrisation, je pense que j'ai encore assez de neurones pour percevoir ce genre de choses, principalement quand c'est de mon propre corps dont il s'agit ! Mais je restai tout de même de marbre, calme et silencieux lorsqu'elle me jetai une poche de sang dans les mains. Je ne buvais dans des poches de sang qu'en cas d'extrême nécessité, je préférais largement boire à la source, je n'avais pas menti plus tôt. Boire du sang tout droit sortit du frigo, c'était comme manger un steak haché de sous marque surgelé alors qu'on avait sous le nez un excellent tournedos venu tout droit de la boucherie du village. Bon, la métaphore n'est pas géniale, je l'accorde. Et puis j'étais un prédateur à la base, un traqueur. Un chasseur. Et disons que les poches de sang ne courraient pas très très vite. Mais je restais un vampire, et le simple fait que ce soit du sang me suffisait pourtant pour en boire quelques gorgées avant de la refermer.

Mon regard se posa de nouveau sur elle, une fois de plus sans broncher. Bon, en vrai c'était pas tout à fait exacte... En fait, si, j'avais bronché en quelque sorte. Mais bon, je ne serais plus moi même si je n'écoutais pas le son de ma propre voix pendant plus d'une minute complète, et si je ne faisais pas une petite remarque sarcastique lorsque j'en avais l'occasion.

Ayant entre temps recroisé les bras, je la regardai en penchant légèrement la tête sur le côté, dubitatif, puis je parlai d'une voix toute aussi acidulée que le sang qui recouvrait toujours ma poitrine.

« Et alors quoi ? Tu t'attendais à des excuses peut-être ? »

On ne dirait pas comme ça, mais je n'étais plus du tout énervé. Je ne savais même pas vraiment si je l'avais été. C'était vraiment curieux ce "phénomène" à vrai dire. J'étais un as pour déchiffrer les émotions des gens, les comprendre et même les feinter, mais je ne savais absolument pas reconnaître lorsque moi j'en ressentais. Je soutenais le regard de Lilou avec une rare intensité avant de parler à nouveau, décroisant les bras las et secouant la tête non sans lâcher un petit souffle.

« Et bah désolé de te décevoir, mais tu m'avais saoulé; je suppose qu'on est quittes maintenant. » 

Et puis je me déplaçai machinalement à travers toute la pièce, comme un enfant curieux. Même si j'étais physiquement loin d'être un enfant. Je me déplaçais tranquillement, touchant à tout sur mon passage, et ouvrant les placards et tiroirs qui m'étaient accessibles. C'était fascinant ce qu'on pouvait trouver chez un coyote. Chez une femme aussi. Et puis généralement ça donnait un assez bon aperçu du psychologique de la personne ce genre de recherches.

Mais avant de continuer, j'avais eu un sourire taquin en levant le nez d'un tiroir -bah oui, j'avais trouvé une nouvelle source de distraction, ça me suffisait-, et j'étais retourné vers mon hôte actuelle avant de parler d'une voix assez lointaine et innocente.

« Mais bon, maintenant si bébé coyote veut se la jouer femelle dominante, alors y'a juste à demander. C'est pas comme si je mordais... N'est-ce pas ? » 

Et sur ces dernières paroles, j'avais forcé la poche de sang pas totalement vidée contre sa poitrine, pour qu'elle la récupère, et de ma main libre je lui avais tapoté l'épaule avant de me retourner et d'aller poursuivre mon exploration à travers son salon.

© By Halloween sur Never-Utopia



[HRP : désolée, je voulais le poster hier mais je n'ai pas eu le temps de le finir...]

_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Dim 2 Aoû - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Jeu 28 Mai - 18:07

T'inquiète pas <3

Just do it.
I really want to meet you again, but why now ?


Pourquoi ça tombe sur moi ?

Bon, il sait qu’il à l’air con à me regarder avec cette air…bah de con. La tête penchée, à grogner comme un chien, les bras croisés aussi. Fin, je ne vois pas où ça pourrait le mener tout ça. Finissant pas lâcher un « quoi ? » suffit d’un « tu t’attendais à avoir des excuses ? » ou un truc qui devait y ressembler.  Alors je levais immédiatement les sourcils sans vraiment broncher. Éclatant de rire d’abord de l’intérieur, puis vraiment. Lui riant simplement au nez. Des excuses ? De sa part ? Autant demander à un Loup de rejoindre ma meute, j’aurais surement plus de chance avec le Loup.

-« Des excuses? De ta part. Tu te fiche de moi ? Le jour où tu t’excuseras appel moi je veux voir ça.  Et non, je ne suis pas déçu. Au contraire, j’aurais été déçu si Sam Archer s’était abaissé au rang de simple mortel en s’excusant auprès d’une coyote.»  

Certes, je ne le connais pas depuis très longtemps. Mais il y à des rumeurs, et de toute façon il à une tête de psychopathe ce gars, pas le genre de type à s’excuser. N’y même le genre de type à avoir des amis ou du moins un entourage proche. Comment savoir comment il me considère ?  Bizarrement, j’aurais tendance à penser que je suis dans la case « personne à oublier d’ici l’année prochaine ». Enfin je n’en sais rien et évidement je ne peux pas savoir. J’avais dit ça d’une manière assez sarcastique aussi faut l’avouer. En même temps je ne voyais pas trop quoi dire d’autre.

Il se mit  à bouger, comme ça sans rien dire d’autre que des soupirs et divers grognements. Bon, qu’il tripote un peu à tout, non mais passe encore. Mais mon visage se décomposa quand je le vis ouvrir les tiroirs et placards passant à sa portée.  Je poussais un profond soupire espérant qu’il tombe sur un bouquet de veine de venus séché ou bien un pieux qui s’enfoncerait comme par magie dans sa cuisse ou son ventre tien. Mais non, dommage. Je restais de marbre, buguant même un moment. Nan mais sérieux il lui prend quoi soudainement… D’apparence très calme mon sang était à ébullition, genre vraiment je n’avais qu’une envie et c’était de lui sauter dessus, de le mordre, le déchiqueter en petit morceau je ne sais pas je suis à court d’idée…

Oh et puis zut, qu’il fasse l’inventaire de tout ce que j’ai, le plus compromettant est à l’abris dans les placards de ma chambre de toute manière.  Enfin j’ai peut-être oublié un ou deux truc au fond d’un placard m’enfin bref. S’il tombe dessus au pire il aura la bonne idée de se taire et de continuer sa fouille. Il revint d’ailleurs vers moi un moment, pressant contre ma poitrine la poche de sang qu’il n’avait pas encore finit. La lui arrachant des mains parce que son but était clairement de ma la rendre.

Mais bon, maintenant si bébé coyote veut se la jouer femelle dominante, alors y'a juste à demander. C'est pas comme si je mordais... N'est-ce pas ?

Mes yeux devinrent bleus, mes oreilles se pointaient légèrement tout en montrant les dents je grognais simplement sur lui. Il m’avait tapoté l’épaules et je n’avais qu’une envie, lui arracher se sourire suffisant qu’il avait sur le visage. Tout en laissant mon visage reprendre une forme humaine relativement normale. Je me mis à réfléchir sur ce qu’il avait dit. Faisant craquer ma nuque et mon cou en soupirant, rentrant les crocs que j’avais laissé sortis.

-« Je t’interdit, de parler de moi ainsi une nouvelles fois. »

Je parlais du « bébé coyote » évidement, nan mais pour qui il se prend petit vampire ? Enfin, tout bien réfléchit…ça proposition, une fois modifiée bien sûr, pourrait être fortement intéressante.  Sortant la boute de fleur que j’avais caché un peu plus tôt dans mon soutient gorge, me tournant vers la fenêtre pour regarder la nuit prendre la place du jour. Commençant à voir la lune apparaitre. Hum, te voilà enfin toi. Super timing. Alors je vins me poster devant Sam après avoir laissé la fleure tomber, un grand sourire aux lèvres l’empêchant tout bêtement d’avancer plus loin. En effet j’avais une petite idée en tête, au bien sûr je savais qu’elle n’allait pas lui plaire, mais genre pas du tout. M’enfin j’avais tout de même envie d’essayer.  Dieu seul sait que quand j’ai une idée en tête il est assez difficile de me faire changer d’avis.  Mais c’était plus une remarque sarcastique qu’une proposition.

-« Si ton plan nous inclus tout les deux, toi complètement nu attaché solidement à mon lit avec des cordes enduites au préalable de veine de venus, et moi observant la scène ma chambre est à l’étage. Si ce n’est pas aussi intéressant et distrayant que ça, va mourir. A non, c’est vrai, c’est déjà fait. »

Je n’avais cessé de sourire durant toute ma phrase. Imaginant simplement la scène cela me faisait rire. Attendant simplement qu’il rigole et me réponde sarcastiquement la véritable idée qu’il avait en tête.  Oh allez, il devait bien avoir trouvé un truc pour oublier se petit excédant de colère, et puis pour ma défense il l’à bien cherché ce con. Cependant, même si mon idée me plaisait, je doute qu’il se mette de lui-même dans une situation pareil, enfin, chacun son tripe.

code (c) crackle bones



Dernière édition par Lilou Littlesnow le Sam 6 Juin - 10:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 478 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Sam 6 Juin - 1:38



I wanted to see you again ▬ ft. Lilou Littlesnow



Je pouvais entendre son pouls s'accélérer. Curieusement, j'eus cette image de son coeur, battant la chamade, qui voulait désespérément sortir de sa poitrine. Mais ce n'était certainement pas cette accélération due au sentiment puissant qu'est l'amour. Ce n'était pas ce que l'on ressent lorsque l'on tombe nez à nez avec la personne que l'on aime en secret au moment où on s'y attend le moins, ni même lorsque l'on est victime d'un stresse extrême. C'était plus le sentiment que j'avais l'habitude de déclencher chez les gens. L'irritation, la frustration, l'agacement. L'envie d'étrangler quelqu'un -moi en l’occurrence-. Même une légère odeur de sueur flottait dans l'air noyée par les phéromones de la colère, tous deux impossibles à percevoir par un être humain. Mais j'étais tout sauf humain, et mes sens olfactifs étaient bien plus éveillés. C'est comme ça que je reconnaissais principalement tous ces sentiments qui me dépassaient. Un peu comme les chats ouais. Y'en a bien qui étaient des coyotes, des loups ou des renards, moi j'étais un chat, je ne vois pas le problème. Mais de toute façon, à en juger par les yeux anormalement bleus et les crocs qui sortaient de sa bouche, ce n'était de toute façon pas difficile de déterminer l'état d'esprit de Lilou à cet instant. Et c'est précisément pour cette raison que je fus d'autant plus amusé par la situation. J'avais énervé ma petite coyote, mon objectif était atteint. Mon devoir était accompli.

« Je t’interdis, de parler de moi ainsi une nouvelles fois. »

Oui oui, c'est ça, parle ma petite. Tu m'interdis ? C'était drôle. On ne m'avait jamais rien interdit avant. Ou du moins, je n'y avais jamais prêté attention. Enfin, elle pourrait aussi bien le dire à une pierre, ça aurait le même effet au final. Ou même non, parce que là c'était carrément une invitation que j'avais entendu dans ces mots. Bah oui, j'étais le genre de mecs pour qui quand on disait "non", ils entendaient "vas-y". Mais c'est que j'avais une réputation à entretenir moi derrière ! Une réputation de chieur, certes, mais j'aimais ça. C'était bien plus amusant que d'être de ceux qui font toujours les bons choix, et desquels on attend beaucoup. C'est vrai après tout, quand t'es égoïste, tu t'éclates. Mais quand tu penses aux autres avant ta propre personne, ça devient très vite chiant, je n'osais même pas imaginer l'éternité ainsi. Pouah quelle perte de temps ! Mais sérieusement, si l'on ne pense pas à nous avant tout, qui y pensera ? Nous, bah c'est nous à la fin, merde.

« Si ton plan nous inclus tout les deux, toi complètement nu attaché solidement à mon lit avec des cordes enduites au préalable de veine de venus, et moi observant la scène ma chambre est à l’étage. Si ce n’est pas aussi intéressant et distrayant que ça, va mourir. A non, c’est vrai, c’est déjà fait. »

Ah, celle là en revanche, je ne m'y attendais pas. Je n'avais même pas encore remarqué le nouveau comportement de Lilou, ni même l'odeur légère mais distinctive de son excitation. Ah, ça y est, je me souvenais maintenant pourquoi je la trouvais intéressante cette fille. Enfin drôle. Enfin... Amusante quoi, et pas "coincée du derch".  Mais je devais avouer que ses mots m'avaient pris au dépourvu, surtout quand une vision rapide et presque gênante de cette situation avait pénétré mon cerveau tricentenaire.

« Ah ? Bébé coyote aime avoir des hommes nus attachés à son lit ? » la taquinais-je une nouvelle fois. Bah ce n'était pas un sujet honteux, nous étions deux adultes après tout, des adultes qui savaient s'amuser. Mais j'utilisai une nouvelle fois le terme de "bébé coyote" pour l'énerver, ce fut plus fort que moi. L'instinct du parfait connard sans doute. Hum d'ailleurs, ça lui ferait un surnom sympa ça tiens.

Je continuais à marcher dans la pièce, comme jaugeant la proposition. A vrai dire, je n'avais jamais été dans une telle situation malgré toutes mes expériences. J'avais toujours été le dominant, même quand j'avais "goûté" -sens propre comme figuré- à des hommes. J'aimais le contrôle, et je ne le cédais pas facilement. Et puis à chaque fois, ça venait dans l'ordre naturel des choses. Donc oui, j'avais attaché beaucoup de gens pour me livrer à ces pratiques, mais je n'avais jamais été celui qui avait été à cette place, encore moins avec de la verveine. Je ne m'étais jamais posé la question d'ailleurs. Mais là, deux parties de moi étaient mitigées. Il y avait la partie macho, vampire badass maniaque du contrôle qui voulait inverser les rôles, qui voulait dominer, et dompter le fauve. Et puis, il y avait cette partie qui était curieuse de céder pour une fois le contrôle, qui était prête à essayer de nouvelles choses. Une partie que j'aimerais ne pas ressentir, mais qui au final était plus forte que moi.

« Et bien si tu me veux il va falloir user de toute ta force. Après tout un tel trophée se mérite ! », dis-je sarcastiquement en désignant ma personne. Égocentrisme, ironie. Sam. A vrai dire, je ne savais pas tout à fait où j'allais avec ça, si j'allais la laisser atteindre ses objectifs, ou si au dernier moment c'est moi qui la piégerait. Mais c'était pas grave. L'avenir le dirait de toute façon. Et puis ce qu'on pouvait déjà savoir, c'est que dans tous les cas ce serait musclé. Aucun de nous ne se laisserait faire.

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Dim 2 Aoû - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Sam 6 Juin - 11:53


Just do it.
I really want to meet you again, but why now ?


Pourquoi ça tombe sur moi ?

Ah ? Bébé coyote aime avoir des hommes nus attachés à son lit ?

Raaaah ! Retenez-moi je vais m’le faire ! Ok, ok garde ton calme Lilou, garde ton calme. Ce serait trop bête de lui sauter à la gorge pour lui arracher la jugulaire avec mes dents. Aller respire. Piouf… Mais comment un tel connard à pu rester en vie si longtemps sérieux ? Y’a pas un deux bestiaux qui ont eu la brillante idée de rayer ce con de la surface du globe ? Non, de toute évidence non.  Puis il fit le tour de la pièce une nouvelle fois, baissant ma tête après avoir levé les yeux au ciel étant sûre que la réponse serait non.

Et bien si tu me veux il va falloir user de toute ta force. Après tout un tel trophée se mérite !

Je sourit en relevant la tête pleine d’espoir. Oh, mais c’est que la proposition doit être intéressante alors, du moins pour qu’il dise oui je suppose que ça doit l’intriguer. A vrai dire je ne croyais pas ça possible, je veux dire, faire en sorte qu’il soit attaché, à la merci de quelqu’un, venant d’un vampire tel que lui cela semble plus qu’improbable, inimaginable et même…glauque.  Bon et bien, on dirait que c’est à moi de jouer maintenant !

-« Miam, mais j’adore ça Petit Vampire. Si je te veux ? Hum, nan je ne te veux pas, ton corps peut ce faire désirer mais toi c’est perdu d’avance. » *dis-je avec un petit clin d’œil* « Je relève le défi. »

Bon, je le laissais vaquer à ses occupation restant dans un coin le temps que je réfléchisse aux différent scénario  qui pouvaient s’offrir à moi.

Scénario numéro 1. Je prends la fleure de veine de venus qui se trouve dans ma main pour la lui faire avaler pour parvenir à le faire monter de force en haut. Hum, non, je ne pense pas que cela réussisse à l’affaiblir suffisamment. Oh et tien, tant que j’y pense il y à déjà un sceau plein de veine de venus avec une corde qui trempe dedans depuis déjà, oh déjà 5 jours, mais c’est nickel ça. Mais pourquoi d’ailleurs… Ahhhh, oui c’est vrai. J’avais l’intension d’attacher un vampire choppé au hasard voir ce que la veine aurait eu comme effet sur lui. Oui j’aime en apprendre plus sur mes possibles ennemis. Bon, bah c’est Sam qui va jouer les cobayes alors. Mais il faut revoir le scénario.

Don, scénario numéro 2 ! Je prends toujours la fleur de veine de venus que j’ai dans la main mais je lui brûle les yeux avec ! Ouais, comme ça aveuglé ou complètement aveugle cela devrait me laisser le temps de le faire monter voir même plus. Et le temps qu’il cicatrise j’aurais eu le temps de faire tout ce que j’ai à faire. Hum…non c’est pas assez fort ça, il sera toujours conscient et alerte même sans ses yeux. Oh ! Et si je combinais le scénario numéro deux avec, le scénario numéro trois ?

Alors, le scenario numéro ne prend pas en compte la veine de venus. Juste mes deux mains ce plaçant autour de sa délicate –façon de parler- nuque pour la lui briser d’un seul coup. Ah, ça c’est bon. Je lui brûle les yeux avec la verveine. Puis je lui brise la nuque, ainsi je me retrouve avec un cadavre de vampire plus ou moins facile à transporter et à attacher, et à déshabiller aussi tient. J’attendrais alors sagement qu’il se réveille.  

Je souriait en m’approchant de lui. Me mettant en face de lui un doigt sur mes lèvres tandis que celui demanda à bébé coyote –donc moi- s’il avait réfléchit à sa façon de procéder.  Il avait toujours ce sourire de vainqueur chelou sur le visage et ça commençait à être lassant. Je souris simplement avec un « Sam, j’ai vraiment l’impression que tu me sous-estime ». D’un simple geste de main je vins coller la tige de fleur en plein sur ses yeux ouverts. L’écoutant émettre un bruit qui semblait signifier que cela avait marché. Il était également tombé à genoux si je ne m’abuse. Alors je me penchais vers lui saisissant rapidement sa nuque pour en finir une bonne fois pour toute.

-« Bonne nuit Samy »

L’action en elle-même avait du durer moins de 5 secondes. Bien évidemment le but de la manœuvre était de le mettre KO pas qu’il m’arrache la tête. Même si je pense qu’après ça il devrait en avoir envie. Enfin, je mis son corps sur le dos en souriant de le voir ainsi inerte et à ma merci.  Honnêtement je ne pensais pas que cela soit si facile. Parfois je m’étonne moi-même, bien évidement mes attributs de coyote avaient aidé dans la manœuvre. Ah ah ! C’est qui la meilleure ? Bref ! Je pris une lingette pour nettoyer ses yeux des quelques pétales coincés entre ses paupières.  Les ouvrants délicatement en m’apercevant que ses yeux avaient effectivement bien pris cher.

-« Outch, tu m’étonne qu’on utilise ça pour les tuer. »

Secouant ma tête après avoir nettoyer tout ça je saisis Sam par les bras en essayant de le tirer vers les escaliers, le relâchant à peine sortie du salon, mon dieu qu’il est lourd, il bouffe du plomb ou quoi ?  Je m’assis donc près de son cadavre, parce que oui, techniquement il est mort. Réfléchissant à ma façon de procéder.  Regardant tout autour de moi, cherchant ce qui pourrait m’aider. Oh, une chaine ! Celles dont je me servais pour me forcer à rester chez moi quand je ne contrôlais pas encore ma transformation à la pleine lune ! Je pris donc la direction de la cuisine en allant chercher le sac de sport au fond d’un placard. Sortant une longue chaine en faisant le tour de la taille de Sam au niveau de ses aisselles pour pouvoir le tirer plus facilement. Prenant soin d’enlever mon collier et les sous-vêtements que je portais avant de prendre ma forme de coyote.

Une fois transformer je pris entre mes dents le bout de la chaine, me servant de ma force de coyote pour monter les escaliers à l’envers tout en trainant la carcasse de vampire jusqu’en haut. Yes! Aller ça c’est fait. Bon, maintenant je continuais de le trainer jusque dans ma chambre. Enfin arrivé à destination je repris me forme initiale pour l’allonger dessus après avoir retiré les chaines. Prenant soin de défaire ça veste, son t-shirt, ses chaussures, son pantalon et tout le reste !

Ah ! C’est rapide dit comme ça ! Mais détrompez-vous ! J’ai mit 15 minutes pour le déshabiller. On parle quand même d’un cadavre, ce n’est pas rien ! Bon, après avoir réalisé cet exploit je pris la direction du seau après avoir vérifié l’état de ses yeux qui m’indiquait par la même occasion où en était sa cicatrisation. Touchant du bout des doigts sa nuque constatant qu’elle était encore brisée. Prenant donc la corde en faisant le tour de ses poignets avec, constatant la marque de brûlure se déposer sur les poignets de celui-ci. Entourant ensuite l’autre avant de faire le tour des barreaux du lit avec la même corde. La laissant ainsi sécher à l’air libre. Au pire j’aurais le contrôle un moment, et d’ici quelques temps il devrait pour voir le prendre.

Je m’écartais ainsi du lit pour contempler mon œuvre. Miam, ça donne pas envie ça sérieux. Un vampire nu et totalement à me merci. Je vins donc simplement m’asseoir à côté de lui en souriant, mordant mon poignet pour l’apporter à sa bouche, laissant le sang couler en retirant mon poignet quand je le vis reprendre conscience. Pour éviter qu’il ne me vide de mon sang évidement.  Je pense qu’il est inutile de préciser que j’étais tout aussi nu que lui, simplement assise la tête penchée, regardant le petit vampire se réveiller comme d’un gros dodo.

-« Coucou ma belle au bois dormant. »

Après avoir dit cette petite phrase qui me fit sourire il faut bien l’avouer je pris l’initiative de faire jouer quelques uns de mes doigts sur son torse en souriant. En vérité j’avais hâte de voir son visage, rien que pour en voir l’expression. Et donc, c’est avec malice que je vins simplement me mettre au dessus de lui en rigolant. Cela me faisait rire oui, après tout les vampires sont censés être les prédateurs, mais quand deux prédateurs sont ensemble dans un moment pareil, on ne sait jamais qui sera le dominé et qui sera le dominant. Une chose est sûr cela changera. Mais pour l'instant, Coyote 1, Vampire 0.


code (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 478 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Sam 6 Juin - 17:28



I wanted to see you again ▬ ft. Lilou Littlesnow

« Je relève le défi. »

Sans prendre de risques, je pouvais certifier avoir repris de l'intérêt pour la garou. Sa curiosité était attisée, je pouvais même imaginer ses oreilles se dresser sur sa tête, comme un parfait petit toutou. Ce n'était après tout pas loin de ce qu'elle était, si ? Je la regardai en souriant une nouvelle fois, avec ce regard provoquant toujours figé sur mon visage. Je m'avançai de quelques pas, non sans rouler un peu des épaules.

« Ah oui, et que vas-tu faire, bébé coyote ? », dis-je un peu moqueur. Mais de toute évidence, j'aurais du la fermer. Parce qu'à peine j'avais fini de parler, son avertissement ne m'avait laissé aucune chance de parer son coup. Subitement, une vague intense de douleur m'avait prise. Mes yeux... Ils étaient comme en feu. J'avais l'impression que ma rétine se décollait, ou même fondait. Il y avait même cette légère odeur nauséabonde de brûlure. La saleté, elle m'avait collé une fleur de verveine dans les yeux ! J'étais habituellement plutôt résistant à cette plante toxique, grâce à mon âge avancé, mon expérience et aussi mon insensibilité à la douleur, mais jamais encore on ne m'avait visé les yeux comme ça. Et la douleur était assez puissante pour me faire -une nouvelle fois- tomber à genoux. J'étais là, sur le sol, plié en deux et dans la douleur. J'étais vulnérable, et c'était pour moi le pire sentiment que l'on pourrait m'infliger. Je grognai d'avertissement et de douleur à la fois, dans une gémissement plaintif. C'est très exactement à cet instant que je sentis sa main caresser mon cou, ma nuque, et je savais immédiatement ce qui allait se passer. J'avais pourtant essayé de me déplacer de l'emprise de la coyote, mais je ne fus pas assez rapide. Un fort craquement raisonna dans ma tête et je tombai dans le néant. Le noir absolu.

Quand je revint quelque peu à la conscience de mon être, j'étais toujours dans ce noir envoûtant, dans l'obscurité des ténèbres. Je ne pouvais pas bouger, pas ouvrir les yeux. J'étais simplement conscient d'être, et c'est tout. J'étais plongé dans une amnésie temporaire. Le premier sens qui me revint fut l'ouïe. Je pouvais entendre mon coeur battre. Je pouvais entendre ma respiration saccadée. Et puis, je pouvais entendre une seconde respiration. Mais impossible de déterminer à qui elle pouvait appartenir. Mon l'odorat fut le second sens à me revenir. Je pouvais sentir une odeur boisée. Puis une odeur végétale que j'identifiai comme étant de la verveine, à en juger par le léger picotement dans mes narines. Derrière ça, il y avait un léger parfum de chaire brûlée... Le toucher fut le troisième de mes sens à s'éveiller. Je pouvais sentir mes os cliqueter dans ma nuque, qui était d'ailleurs douloureuse. Je pouvais sentir aussi des courants d'air sur ma poitrine. Je tentai de bouger, mais je me retrouvai incapable de réaliser cette action si futile. Mes poignets me brûlèrent, et j'associai maintenant cela à l'odeur de verveine et de chaire brûlée que j'avais reniflée juste avant. Et enfin, mon goût arriva en même temps que ma vue. J'ouvris les yeux dans les vapes, un peu perdu. Un peu beaucoup même. Je me trouvais à observer un plafond que je ne connaissais pas, dans une pièce que je ne connaissais pas. Je ne me souvenais plus vraiment de comment j'avais pu avoir la nuque brisée. Et puis j'étais... Attaché ? A un lit ? ... Nu ? Je regardai mon entourage encore dans la brume, dans la consternation. Et l'incompréhension d'ailleurs. J'étais perplexe.

« Coucou ma belle au bois dormant. »

Cette voix... Ça y est, tout me revenait maintenant. Lilou. Ses petits fantasmes. Mon manque de tact. Je tournai la tête en direction du son. Je voyais encore flou de ma petite expérience oculaire avec de la verveine, mais je reconnus facilement la silhouette de la coyote. Cette dernière fit d'ailleurs jouer ses doigts sur mon torse avant de se mettre à cheval sur moi, amusée par la situation. Son rire agressait mes oreilles sensibles, et j'avais simplement envie de lui retirer ce sourire que j'imaginais sur sa bouche. La chaleur que corps émettait en tant que coyote faisait un contraste avec la froideur cadavérique du mien, et me brûlait. J'étais piégé par le manque de contrôle, l'ignorance et le désir. Je tirai une première fois sur les liens de mes bras ce qui me provoqua une nouvelle brûlure. J'étais trop faible pour le moment, je ne pourrais pas me détacher comme ça. Pas facilement en tout cas. Et pas tout de suite. Je reposai ma tête sur le matelas avec un grognement exaspéré avant de fermer les yeux protecteur.

« Alors ça, c'était vraiment un coup bas. T'es vraiment une vicelarde toi ! », dis-je avec une voix rauque et lointaine. C'était comme si je flottais encore. Mais je pouvais toujours gémir ou grogner de frustration.

C'est vrai, cela avait été bien plus rapide que ce que je pensais. Je n'imaginais pas qu'elle irait si soudainement à son but, je pensais plus à une sorte de combat physique, ou quelque chose comme ça. Et même si l'un de nous voyait sa nuque se briser, je pensais que ça prendrait plus de temps. Je m'étais pour le coup fait avoir comme un bleu. J'avais fait une erreur, et j'allais très certainement en payer les conséquences. Mais elle avait intérêt à bien profiter de ça, parce que la partie était loin d'être finie. Et tôt ou tard, j'aurais ma revanche, c'était certain. Les cordes finiraient bien par lâcher, ma force me reviendrait bien. Et puis j'avais déjà repéré une chaîne abandonnée sur le sol, cela pourrait m'être bien utile dans un futur proche, notais-je mentalement.



© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Dim 2 Aoû - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Sam 6 Juin - 19:11


Just do it.
I really want to meet you again, but why now ?


Pourquoi ça tombe sur moi ?

Alors ça, c'était vraiment un coup bas. T'es vraiment une vicelarde toi !

Je souriait toujours, bien plus fière de moi que tout à l’heure. Je l’avais prit de court, il ne s’attendait visiblement pas à ce que j’aille si vite. Honnêtement, que pensai-t-il ? Que j’allais me battre pour le faire monter ? Merci mais au vu de la situation il est normal que j’ai voulus garder mes forces. Alors je me penchais vers lui, enfin vers son torse plutôt. Embrassant son torse tout en descendant jusqu’à son bas ventre, sans aller plus bas, prononçant un mot en chaque baiser.

-« Tu imaginais….vraiment…que j’allais…batailler…pour te…faire monter…ici ? »

Relevant ma tête avec un autre sourire, il était attaché et à ma merci la plus total pour un moment, un moment unique qui ne risquait pas de se reproduire une nouvelle fois. Autant en profiter un maximum, avant que la verveine ne « sorte » de la corde qui déjà s’égoutte gentiment sur le sol de ma chambre. Peut importe, je plaçais simplement mon bassin en dessus du sien, enfin, sur le sien serait plus exacte. Le regardant en soupirant d’aise prenant sa nuque entre mes mains une nouvelle fois, me penchant vers lui en observant ses yeux.

-« Désolée pour tes yeux, je savais que tu aurais sans doute deviné que j’avais l’intension de te briser la nuque et tu m’en aurait empêché. Alors je devais détourner ton attention, en quelque sorte. »

Puis, vins le moment où je me penchais vers lui pour l’embrasser, mêlant ma langue à la sienne en déhanchant mon bassin simplement. Me redressant ensuite toujours en le regardant, me mordant la lèvre inférieure. Enfin vraiment, pas un simple petit pincement pour démontrer mon excitation du moment non, deux de mes dent entrèrent en « collision » pour écorcher ma lèvre, laissant le sang couler sur son torse déjà souillé du sang de tout à l’heure (oui j’avais oublié qu’il était déjà torse nu ^^). Venant ensuite déposer un simple baisser pour lui en donner quelques goûtes. Me redressant à nouveau soupirant.

Sam est un vampire, ça on l’aurait deviné. Mais le truc super chiant avec lui, c’est qu’il ne lâche rien, aucune émotion, aucun rictus de satisfaction ou alors un minuscule que j’aurais pu confondre avec une crampe. J’étais au dessus de lui depuis au moins 20 minutes est impossible de lui faire ressentir le moindre petit truc. Merde tu m’énerve ! Je posais mes mains sur le haut de son torse, sortant mes griffes en les appuyant sur sa peau. Hésitant un moment, j’avais bien envie de l’éventrer celui-là. Mais non, à la place je griffais juste délicatement sa peau, me penchant pour lécher les quelques mini goûtes qui auraient pu s’échapper des égratignures.

Une nouvelle fois je mis mes mains autour de sa nuque, sans sourire. J’avais un visage plus ou moins sérieux, et légèrement désespéré. Je ne mit pas très longtemps à reflechir, mais j’avais vraiment envie de le tuer.

-« Tu sais quoi, je pense que je prendrais plus mon pieds si tu était mort, toi aussi d’ailleurs. »

Bien évidement je n’allais lui briser une nouvelle fois la nuque, imaginez qu’il me brise la mienne, non ça n’aurait pas du tout le même effet, lui revivrais. Moi aussi, surement vu que son sang est dans mon organisme mais quand bien même, un hybride. Non merci honnêtement, je me sens bien dans ma peau de coyote je ne compte pas salir mon sang en étant obligée de boire celui du premier venu. Oui, parce que pour le peu de sang humain que je bois je laisse l’hôpital de Weird Falls faire.



code (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

F*cking psycho

avatar
Sam Archer
F*cking psycho








Voir le profil de l'utilisateur http://lstwizzle.tumblr.com/

profileDATE D'INSCRIPTION : 23/04/2015 MESSAGES : 478 + LIEU DE RESIDENCE : Inconnue
+ SITUATION OFFICIELLE : Photographe
+ SITUATION OFFICIEUSE : Vampire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Affamé
RP en cours:

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Sam 6 Juin - 22:22



I wanted to see you again ▬ ft. Lilou Littlesnow



Bébé coyote dessinait à présent une ligne de baisers sur mon torse, parlant entre chacun d'eux, descendant plus bas, toujours plus bas. Dangereusement bas d'ailleurs. C'était à la fois frustrant, dégradant, et excitant. Même si je restais stoïque, je n'étais pas assez cohérent pour assimiler ce qu'elle disait à cet instant. Cela faisait partie des rares sentiments que je ressentais encore, le plaisir. Après tout, c'était quelque chose d'assez physique à la base, alors ce qui touchait à certaines zones disons... Sensibles, comme une grande partie de ma poitrine par exemple, cela me procurait quelques émotions. Bien que je n'atteigne pas exactement le seuil basique de ce côté là non plus. Et puis, son bassin commença à bouger sur le mien, ce qui était vraiment frustrant. Je ne contrôlais rien, c'était elle seule qui gérait la situation, ce à quoi j'avais droit ou non. Je ne pouvais même pas la toucher, que ce soit pour l'étrangler ou la caresser. Mes mains étaient fixées solidement au dessus de ma tête, et je devais avouer que la douleur devenait quand même un peu gênante, bien que le mélange plaisir-douleur était vraiment délectable. Après tout, c'était tout ce que je ressentais, et que j'aimais ressentir. Ça fait peut-être un peu maso, ouais. Mais qui a dit que j'étais logique ?

Ses mains se posèrent une nouvelle fois sur ma nuque encore engourdie, et je me demandai même un instant si elle allait à nouveau me la briser. Ah non ! Une seule fois ça suffit, c'est pas très agréable comme sensation de sentir toutes ses liaisons neuronales et ses cervicales se reformer une à une ! Et puis qui sait, peut-être qu'un abus de nuques brisées pourrait me faire perdre deux trois trucs dans la tête, et que je pourrais devenir complètement tordu ? Ah bah non, ça c'était déjà fait. Mais au final, elle captura simplement mes lèvres dans un baiser que j'acceptai. Tant bien que mal, je luttai pour prendre le dessus de ce baiser, cette si petite chose que je pouvais encore contrôler. Quoi qu'il en soit, j'avais gardé le silence pendant toute la durée de cette pseudo-torture, ce qui était vraiment rare. Je devrais y remédier, tiens.

Et puis, elle s'était relevée en soupirant exaspérée, et je fus ravi de constater que même dans une position si dégradante, j'arrivais quand même à avoir cet effet sur elle. Et cela me décrocha malgré tout l'esquisse d'un sourire.

La tigresse finit tout de même par sortir ses griffes à même mon torse, et je savais aussitôt que c'était une erreur de sa part. Je voyais là mon échappatoire, ma chance. Mais je restai tout de même de marbre, ne voulant en aucun cas me trahir. Effectivement, peut-être que la plaie infligée, si l'on pouvait l'appeler de la sorte, était infime, mais ma chaire en restait tout autant ouverte. Cela déclencherait donc quelque part la guérison de mon organisme, et par la même occasion refermerait mes poignets torturés par les cordes. Peut-être même que la verveine qui s'était infiltrée dans mon sang par ces mêmes plaies serait en quelque sorte filtrée de mon plasma, si j'avais un peu de chance ! Je tirai donc une nouvelle fois sur les cordes pour en tester la résistance, et je sentis qu'elles étaient bien plus fragiles qu'auparavant. En tendant l'oreille je pouvais même entendre chaque goutte du poison tomber, une par une, pour aller se mélanger à la petite flaque que je percevais juste en dessous de la corde. Je souris intérieurement, encore une fois ne voulant rien laisser paraître, et commençai à lutter discrètement contre les liens.

Mon mouvement fut néanmoins stoppé par la sensation d'une délicieuse bouche qui s'était collée à mon torse, aspirant les petites gouttes de sang qui perlaient au travers de mes muscles. Je ne pus m'empêcher de fermer les yeux un instant pendant toute la durée de l'action. Et puis quand le mouvement pris fin, je repris mon travail sur mes liens, tout en fixant le visage crispé de Lilou. Elle avait l'air... Contrariée ? Oui ça devait être ça. Son regard s'embruma en signe évident de colère, et alors que je m'apprêtais à recevoir une gifle ou quelque chose comme ça, ce sont des mots qui brisèrent le silence, et non un claquement d'une main sur une parcelle de peau -comme une joue-.

« Tu sais quoi, je pense que je prendrais plus mon pieds si tu était mort, toi aussi d’ailleurs. »

Comme réponse, je lui donnai dans un premier temps un profond ricanement. Un ricanement dans lequel se noyait amusement et perversion. A la fois je me moquais de son air colérique se voulant menaçant, et en même temps j'étais content, parce que... et bien j'avais réussi. Et je connaissais déjà la suite logique des choses.

« Dommage que tu ne puisses rien y faire. Parce que tu sais quoi ? »

Je finissais de parler pratiquement dans un chuchotement inquiétant. Ma voix se voulait très masculine et provocante. Mais je ne lui laissai pas le temps de prononcer le moindre mot, je lui donnai instantanément la réponse, tout en désignant mon poignet nouvellement libre.

« Je me suis détaché. »

Je ne la laissai même pas cligner des yeux que je m'étais levé à vitesse vampirique, et de mon bras libre j'étais parvenu à attraper la chaîne oubliée au pied du lit. Je n'avais qu'un seul bras de libéré, mais au moins l'objet convoité était suffisamment proche, heureusement. Sans m'arrêter dans mon élan, je me retrouvai rapidement avec un bébé coyote plaquée sous mon corps, et une chaîne dans la main. Je ne lui avais laissé aucun répit, et je commençais déjà à l'attacher à son tour dans son propre lit, et ce malgré ses luttes inutiles. Une fois le coyote fixé à ma guise, je m'assis sur son ventre, la fixant intensément, les yeux remplis de luxure et de désir.

« A mon tour de jouer ! »

Sans jamais lâcher son regard, j'apportai ensuite à ma bouche mon second bras -celui d'où un lien de verveine pendait toujours-, et en défit la corde avec mes dents. Je jetai ensuite la corde plus loin, dans un recoin que je voulais inaccessible, avant d'aller rapidement chercher un morceau de mon t-shirt oublié depuis longtemps que je fixai sur ses yeux. Lilou aveuglée, ce serait plus drôle. Ses autres sens prendraient la relève, et elle ressentirait tout bien plus fort. Une fois cela fait, j'avais calé mes mains dans les siennes et m'étais avachi contre son corps. Je commençai d'abord par lui caresser la joue avant d'apporter mon visage tout près de son oreille.

« Je vais te faire gémir, je vais te faire hurler. Et une fois que j'en aurai fini avec toi, tu me supplieras, tu m'imploreras pour obtenir grâce. », avais-je chuchoté sensuellement, comme un animal affamé. Avec ça, je lui léchai la joue, descendant progressivement dans le creux de son cou où je restai quelques secondes. Puis ma langue descendit plus bas, encore plus bas. Et je m'attaquai ensuite à sa délicieuse poitrine, glorieusement exposée, pendant que mes mains s'attardaient sur ses anches. Mon bassin commençait même à broyer le sien. La balle était maintenant dans mon camp, j'avais égalisé le score. Et je comptais bien me venger.

© By Halloween sur Never-Utopia


_____________________________________________




Dernière édition par Sam Archer le Dim 2 Aoû - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam} Sam 6 Juin - 23:43


Just do it.
I really want to meet you again, but why now ?


Pourquoi ça tombe sur moi ?



Un simple ricanement sorti de sa bouche et je me sentais encore plus désespéré que l'instant d'avant.  Il m'avait simplement sorti un truc comme quoi c'était dommage et bla et bla et bla.  Peut importe. Il fit alors en sorte d'attirer mon attention vers son poignet récemment libéré de l'emprise de la corde.

Je me suis détaché.

Un hochet de surprise s'échappa de ma bouche en me rendant compte de ça. Oh non, déjà, c'était lassant m'enfin...ça y est, c'est a son tour de faire pencher la balance. N'y une n'y deux je me retrouvais bien trop rapidement écrasé par le vampire qui avait réussi je ne sais comment a chopper les chaines dont je me servais pour contrôler mes transformations. Ça c'est du coup bas, vraiment. Je n'avais pas eu le temps de cligner des yeux que j'étais a sa merci, il disait vouloir jouer, que c'était a son tour. A tout point de vu il avait raison. Même si je faisais mine de me débattre cela ne servait de toute évidence a rien du tout devant la force vampirique de Sam. Le désir était nettement visible a l'intérieur de ses yeux et je ne pouvais que me sentir flatté d'être autant désirée après tout.

Tout en s'aidant de ses dents il fit sauter le bout de corde qui retenais encore son poignet. Puis il se leva pour aller chercher un bout de son t-shirt qu'il plaça sur mes yeux, rendant ma vue totalement inopérante. Que dit on déjà ? Ah, œil pour œil... Je l'ai privé de sa vu un court instant, lui s'en sert pour décupler mes sens, ceux qui serviront a remplacer ma vue récemment perdue.

Il avait calé ses mains sur les miennes et m'ecrassait de tout son poids. Commençant d'abord par caresser ma joue avant de s'approcher de mon oreille.

Je vais te faire gémir, je vais te faire hurler. Et une fois que j'en aurait fini avec toi, tu me supplieras, tu m'imploreras pour obtenir grace.


Tout mes sens disponibles étaient en éveil. Instinctivement mon corps se cambra alors que je gémissais une première fois. Puis il commença a lécher ma joue, continuant sa course dans le creux de mon cou. Je pensais qu'il allait me mordre mais non, même pas tient. Puis il continua encore plus bas, s'attardant sur ma poitrine alors que ses mains caressaient mes hanches et que son bassin écrasait le mien. Je ressentais le moindre effleurement, le moindre contacte entre nos deux corps. La moindre goutte de salive arrivant sur mon corps en frémissant et étant dans l'incapacité de voir ce qu'il faisait de plus.


Mon corps tout entier semblait traduire la même chose. "Continu, encore plus bas, encore plus loin. Ne t'arrête plus, jamais." j'allais jusqu'à me mordre les lèvres a sang pour résister a ce qu'il me faisait. Certains diront que ce n'est rien. Moi je dis que ce n'est que le début et qu'ils ne sont pas a ma place. Qu'ils ne ressentent pas la même chose que moi. Et que Sam sait tirer beaucoup plus de ma soumission que moi de la sienne.

-"Sam...."

J'avais prononcé son nom comme dans un soupire alors que les mots me manquaient. J'aurais pu dire bien plus mais jamais je n'aurais oser dire de tels choses devant lui sans passer pour une chienne au sens propre du mot. Après tout, loups, coyotes, renards, chiens..c'est un peu la même chose. Je le désirais sûrement plus qu'il me désirait. Mais moi j'en voulais plus, toujours.

code (c) crackle bones



Dernière édition par Lilou Littlesnow le Lun 8 Juin - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam}

Revenir en haut Aller en bas

Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Just close your eyes and let me lead. {Ft. Sam}» Oh dear, if I could only close my eyes. (héloïse)» Base camp et bird eyes» MILLION EYES › ouverture» "Ce soir je dors nue " - 100 moustiques aiment ça .



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Falls :: RP terminés-