Fin de la MaJ le 13 juin 2017. en savoir + ♥️

Le n°2 du Weird Diary vient de sortir ! Direction → ici !

Pensez à favoriser les chamans et les humains : )

Partagez|

Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Lies define who we are.

avatar
Lucas Mcmillan
Lies define who we are.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/12/2015 MESSAGES : 251 + LIEU DE RESIDENCE : Gone street
+ SITUATION OFFICIELLE : Assistant du détective Jake
+ SITUATION OFFICIEUSE : élémentariste
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : en cours
Disponibilités RP :
RP en cours:

MessageSujet: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Mar 28 Juin - 23:35




Good idea or bad idea ?.

Stealing is wrong , but stealing the vampires is a bad idea , especially when it happens to be a psychopath ...


La lune était belle et ronde. C'était une nuit que l'élémentaliste aimait le plus : la nature était plus puissante, les forces encore plus présente lorsque la pleine lune faisait son apparition. Lui même était encore plus puissant : ses pouvoirs allant de pairs avec l'environnement de la ville. Seules deux silhouettes se dessinaient dans l'ombre des ruelles, éclairées seulement par quelques lampadaires par-ci, par-là plongeant le centre de la ville dans une lumière du soir. Que faisaient-ils là, à cette heure tardive de la nuit, alors que tous les habitants -seulement en apparence- dormaient à point fermé ? Ils courraient dans la grand-rue le plus discrètement et rapidement possible, observant alentour d'un air plus que louche si vous voulez mon avis. Que pouvaient-ils bien manigancer ces deux-là ?


Lucas courrait tout en essayant de rester proche de son homologue devant lui. C'était la première fois qu'il participait à ce genre "d'activité", mais ce n'était pas pour lui déplaire : il sentait l'adrénaline grimper en flèche dans ses membres, réchauffant son corps en le parcourant de légers tremblements par la même occasion. Et dire que le cadet éprouvait ce sentiment assez souvent...enfin, pensait-il : il ne lui avait jamais vraiment dit comment se déroulait ses expéditions à vrai dire. Mais c'était dotant plus intéressant. Peut-être que grâce à...cette petite sortie, Lucas allait en apprendre davantage sur l'art du vol et sur les diverses techniques à connaître... Cela pourrait lui être utile pour son propre but, non ?

Puis soudain, le cadet s'arrêta juste avant de bifurquer dans une autre rue et fit un signe pour que l'élémentaliste face silence. Il passa sa tête afin d'observer les lieux puis s'engagea dans la nouvelle direction, suivi de près par le brun. Le bâtiment vers lequel ils se dirigeaient était une sorte de magasin où étaient entreposées des toiles plutôt célèbres. C'était là leur objectif : remplacer l'un de ces tableaux par celui -faux- de Dick. Subtil et discret, ils ne risquaient pas de se faire prendre... Encore fallait-il y entrer, et ça, c'était une autre paire de manches...
Les deux garçons s'arrêtèrent donc non loin de la bâtisse avec pour enseigne le nom de "Kavinski's drawing". Le brun n'en avait jamais vraiment entendu parlé -lui même ne s'intéressant pas spécialement aux tableaux- mais d'après le faussaire, le gérant était célèbre. Raison de plus pour allez lui chaparder quelques biens...non ?

" Ça ne te rappelle pas le soir de notre rencontre ? Même ambiance mais avec les molosses en moins ? " chuchota le garçon à son homologue tout en esquissant un sourire sous sa capuche.

ils avaient bien faillit y rester ce jour là, mais c'était sans compter sur les pouvoirs de Lucas et de l'incroyable agilité de Dick ! Même si pour le premier, la perspective d'être découvert était plus dangereuse que pour le deuxième. Le Mcmillan était résolu à aider son ami avec son côté...magique, mais le plus discrètement du monde et seulement lorsqu'il y avait besoin. Sinon, ils devraient se débrouiller autrement.

" Quel est ton plan ami faussaire ? " demanda Lucas, curieux de voir l'esprit du cadet en marche.

love.disaster

_____________________________________________

Secrets don't remain secret for long
« Seeking long time a missing family member is hard for you, but secrets don't remain secret for long. Hold on and perhaps you will be meeting soon... » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Gentleman Cambrioleur

avatar
Jason O'Neal
Gentleman Cambrioleur








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 11/01/2016 MESSAGES : 184 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Graphiste
+ SITUATION OFFICIEUSE : Humain + faussaire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Disponnible
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Sam 9 Juil - 4:19



Good idea, bad idea ?


Lucas McMillan Δ Dick Hopkins


“ And I walk these streets, a loaded six string on my back, I play for keeps, 'cause I might not make it back. I've been everywhere, and still I'm standing tall, I've seen a million faces and I've rocked them all. ” Wanted Dead or Alive, Bon Jovi ♫


Rue déserte, ciel ombragé. Le royaume de la nuit prenait lentement ses aises tandis qu'un léger vent frais soulevait les fines feuilles de journaux abandonnées sur le sol urbain par des hommes ignorants les plaintes silencieuses de leur propre monde, les faisant danser au dessus des trottoirs. Pourtant, s'élevant au dessus de toutes les têtes, reine de ce sombre bal, la lune pleine se dressait fièrement, partageant ses rayons bleutés avec les pauvres fous qui voudraient s'aventurer dans les rues à cette heure-ci.

Et toi, tu faisais partie de ces pauvres fous.

Ton pas était léger et souple, comme toujours. Tu marchais pourtant rapidement, décidé, sûr de toi. Tes yeux pétillants étaient focalisés sur ton objectif, rien ne pourrait t'arrêter maintenant que tu étais lancé. C'était comme ton véritable visage qui ferait enfin surface au delà de ce pauvre garçon apeuré et chétif. Tu étais ici dans ton élément, tu commençais même à ressentir les premières traces d'adrénaline couler dans tes veines. Après tout, tu t'apprêtais à faire ce que tu savais faire de mieux n'est-ce pas ? Tu allais voler des œuvres d'art. Oui, c'était ainsi que la vie t'avait fait : un voleur. Non, pas un voleur, un faussaire. Pour toi, la différence était énorme : le simple voleur dérobait des objets simplement par intérêt personnel, attrait de l'argent et de toute possession. Il se contentait de prendre aux autres. Alors que pour les faussaires comme toi, il s'agissait là d'un art et d'un amour inconditionné pour les œuvres. Quoi qu'il en soit, c'était le monde auquel tu appartenais maintenant. Mais avais-tu déjà fait partie de l'"autre monde" au final ? On ne t'avait jamais fait de cadeau, tu n'avais jamais été accepté lorsque tu suivais les règles de la société. En dépit de tous les efforts que tu avais fait, de ton rêve d'avoir un foyer, une famille, on ne t'avait jamais aimé comme tu l'aurais voulu, comme un enfant en avait besoin. Pour certains, élever un surdoué était trop difficile. Les autres avaient simplement changé d'avis comme on pourrait regretter la couleur de sa nouvelle chemise. Tu étais passé de mains en mains, certaines d'entre elles te montrant explicitement qu'elles ne voulaient pas de toi, alors que l'ignorance à propos de tes racines te rongeait à petit feu. C'était comme ça que ta foi en l'humanité s'était éteinte, ta confiance s'était envolée avec ta joie de vivre, et tu étais devenu un garçon des rues. Jusqu'à ce qu'enfin tu découvres une personne que tu considérais plus tard comme un père et qui t'avait guidé sur la voie que tu empruntais à présent et où tu étais devenu le meilleur. Mais là encore il t'avait été enlevé. La justice était aveugle, c'est pour ça que tu n'y croyais plus.

Mais ce jour là, tu étais plus excité que d'habitude, après tout ce n'était pas un coup comme les autres n'est-ce pas ? C'était la première fois que tu réalisais quelque chose avec un complice. Si d'ordinaire tu te la jouais en solitaire, tu avais cette fois-ci amené ton nouvel ami Lucas. Oui, ami. Pour une fois, il n'était pas difficile pour toi de communiquer avec sincérité, tu avais plus de facilités à te confier avec lui. Il partageait tes peines n'est-ce pas ? Vous aviez tant en commun, il devait être comme toi... Mais avais-tu déjà pensé à s'il te trahissait ? Tu le savais au fond de toi, si ce jour arrivait alors tu ne pourrais plus te reconstruire. C'est ce qui au fond de toi t'effrayait le plus.

Kavinski's drawing. Vous étiez enfin arrivé à bon port. M. Kavinski allait effectivement être votre pauvre victime ce soir, mais ce n'était pas un hasard. Après tout, tu ne laissais jamais rien au hasard n'est-ce pas ? Encore moins tes cibles. Tu n'étais pas un mauvais gars, tu te préoccupais réellement du bien des gens. Des gens honnêtes. Parce que au delà d'être un artiste assez réputé dans le milieu du dessin, ses toiles commençant à coûter assez cher, Dray Kavinski avait des activités... Douteuses. Tu l'avais observé depuis qu'il était dans cette ville et tu savais qu'il n'était pas un saint. Tu l'avais même vu en train de menacer des enfants, il était donc forcément malhonnête, n'est-ce pas ? De toute façon il avait largement les moyens d'être volé, et tu devais faire un don au foyer d'accueil dans lequel tu avais passé la moitié de ta vie.

- Ça ne te rappelle pas le soir de notre rencontre ? Même ambiance mais avec les molosses en moins ? , dit soudain Lucas, t'arrachant un sourire amusé.

Avoir un partenaire avait bien plus d'avantages que prévu finalement, peut-être serait-ce encore plus amusant que d'ordinaire. Il est vrai que l'ambiance était assez similaire, et bien il ne vous restait plus qu'à espérer que vous n'auriez pas à courir autant que durant cet épisode.

- Quel est ton plan ami faussaire ?, s'enquit-il finalement.

Le plan. Finement élaboré par tes soins des jours à l'avance, tout comme tes trois autres plans de secours. Après tout, ces pensées incessantes qui n'arrêtaient pas de tourner en boucle dans ta tête, le fait de toujours te questionner à propos de tout, même les petits détails insignifiants, cela tournait en ta faveur dans ces circonstances. C'était sans doute pour cette raison que tu faisais partie des meilleurs dans le monde. Tu regardais l'ainé avec malice avant de fouiller dans ton sac, en sortant une sorte de cube de technologie et de le présenter à ton ami.

- Mon plan, c'est ça.

Un large sourire traversait ton visage tandis que tu disposais l'objet créé par tes soins -facile avec des connaissances, de l'argent et des contacts- à côté du mur, à deux mètres vingt-six de l'angle droit de la porte. Evidemment, tu n'avais pas besoin de règle pour mesurer.

- C'est un brouilleur, une fois activé il va neutraliser le système de sécurité qui se trouve pile à cet endroit de l'autre côté du mur pendant vingt secondes, je n'ai pas pu faire mieux. Juste le temps de forcer la serrure et d'aller éteindre le système. Après ça, on remplace les deux maquettes visées par celles que j'ai amenées et on se tire.

Tu aurais facilement pu voler discrètement la vraie clé au propriétaire, comme tu le faisais si souvent. Mais sans sa clef, Kavinski se serait douté de quelque chose et se serait méfié. Tu aurais sinon pu la dérober une minute le temps de faire un moule, mais quelque chose te disait qu'il n'était pas assez dupe, tu ne savais pas pourquoi mais tu savais qu'il t'aurait remarqué. Quoi qu'il en soit, tu t'étais effectivement renseigné sur le système qu'il utilisait et il n'avait plus aucun secret pour toi. De cette manière, le dessinateur penserait simplement qu'il avait oublié de le brancher en partant la veille, ne remarquant pas immédiatement la supercherie. Et quand bien même ce serait le cas, il n'y aurait aucune trace de votre passage, surtout que vous iriez plus vite pour agir n'est-ce pas ? Deux personnes, deux toiles. Le travail pourrait être partagé.

- J'aurais besoin que tu actives le brouilleur, ça me laissera plus de temps.

Sur ces paroles, tu avais avancé devant la porte d'entrée, sortant une épingle de ta poche et t'accroupissant devant la serrure avant de donner un nouveau sourire à Lucas.

- Prêt ?


par humdrum sur ninetofive



_____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

Lies define who we are.

avatar
Lucas Mcmillan
Lies define who we are.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/12/2015 MESSAGES : 251 + LIEU DE RESIDENCE : Gone street
+ SITUATION OFFICIELLE : Assistant du détective Jake
+ SITUATION OFFICIEUSE : élémentariste
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : en cours
Disponibilités RP :
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Jeu 14 Juil - 12:56




Good idea or bad idea ?.

Stealing is wrong , but stealing the vampires is a bad idea , especially when it happens to be a psychopath ...


Le regard que lui lança le cadet reflétait un petit côté malicieux que l'élémentaliste n'avait pas tardé à identifier lorsqu'il était question de plans ou d'idées derrière la tête. Il ressortait presque à chaque fois, devenant comme une habitude chez eux et qui rendait assez facile la compréhension du sentiment des garçons. C'était comme s'ils lisaient en eux même sans avoir à dialoguer. C'est pour cela que Lucas comprit presque immédiatement que son homologue avait un plan : un très bon plan. Sans attendre davantage, Dick sortit une sorte de cube de sa poche avant de le lever à hauteur des yeux de l'ainé, suscitant un intérêt particulier mais surtout de la curiosité : qu'est-ce que c'était ?

" Mon plan, c'est ça " murmura-t-il avec fierté, un large sourire s'étirant sur ses lèvres.

Il plaça rapidement l'engin à côté de la porte, assez précisément au vu du regard concentré du faussaire avant de se retourner vers Lucas, l’œil pétillant.

" C'est un brouilleur, une fois activé il va neutraliser le système de sécurité qui se trouve pile à cet endroit de l'autre côté du mur pendant vingt secondes, je n'ai pas pu faire mieux. Juste le temps de forcer la serrure et d'aller éteindre le système. Après ça, on remplace les deux maquettes visées par celles que j'ai amenées et on se tire. " expliqua-t-il le plus calmement du monde, confiant.

Lucas sourit d'admiration devant le petit outil qui allait être l'élément le plus important dans cette action. Si jamais ils se loupent, ils ne pourront revenir avant un bon bout de temps, histoire que les choses se tassent un peu. Sans doute que le gérant allait redoubler de vigilances une fois le casse effectué... L'adrénaline monta encore d'un cran alors que le plan avançait de plus en plus. Bientôt, ils seraient dans l'action et devront rapidement et discrètement faire ce pour quoi ils étaient venus. En espérant que Kavinsky ne reviennent pas avant un moment -ce qui serait dommage, n'est-ce pas ?

" J'aurais besoin que tu actives le brouilleur, ça me laissera plus de temps. " dit-il tout en avançant devant la porte, près à agir.

Lucas acquiesça, se plaçant devant l'objet, fronçant les sourcils et attendant le signal de son ami avant d'enfin commencer leur petite activité illégale. L'élémentaliste reporta son attention sur le cadet, accroupi devant la serrure, une épingle dans la main. Son sourire rassura le brun qui inspira un grand coup pour se calmer : être tendu lors d'un vol ne devait surement pas être une bonne idée !

" Prêt ? "

Il ne l'avait jamais autant été de toute sa vie. C'était la première fois qu'il faisait quelque chose du genre -bien qu'il ait déjà fait des trucs plus dangereux encore...- et l'adrénaline montait de plus en plus. Du stresse ? Ouais, peut-être un peu. C'était normal après tout...

" C'est parti... " murmura-t-il alors en enclenchant le brouilleur après avoir attendu le signe de son partenaire.

love.disaster

_____________________________________________

Secrets don't remain secret for long
« Seeking long time a missing family member is hard for you, but secrets don't remain secret for long. Hold on and perhaps you will be meeting soon... » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Gentleman Cambrioleur

avatar
Jason O'Neal
Gentleman Cambrioleur








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 11/01/2016 MESSAGES : 184 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Graphiste
+ SITUATION OFFICIEUSE : Humain + faussaire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Disponnible
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Mar 19 Juil - 17:20



Good idea, bad idea ?


Lucas McMillan Δ Dick Hopkins


“ And I walk these streets, a loaded six string on my back, I play for keeps, 'cause I might not make it back. I've been everywhere, and still I'm standing tall, I've seen a million faces and I've rocked them all. ” Wanted Dead or Alive, Bon Jovi ♫


Ca y est, la partie commençait. Elle commençait réellement. Après tout, c'était ça pour toi, n'est-ce pas ? Ce n'était qu'un jeu auquel tu avais appris à jouer bien trop tôt, et pour lequel tu te sentais libre d'en changer les règles à ta guise. Le frisson de l'action tu l'avais sous la peau, il y avait cette addiction à l'adrénaline qui grandissait chaque jour encore un peu. Tu aimais lorsque tu en ressentais ses effets et même plus tard la vague de fatigue causée par la dissipation de cette hormone dans ton système. Ce n'était pas une question d'argent, car même si aujourd'hui tu t'étais plutôt habitué à cette vie bourgeoise pleine de confort, cela n'avait pas toujours été ton cas. Tu avais été pendant bien longtemps un garçon des rues. Non, ce n'était qu'une question de pouvoir. C'était ce que tu faisais de mieux, tu savais le faire, alors tu ne pouvais t'en empêcher. C'était comme une seconde nature que tu t'étais découverte grâce à ton mentor. Tu étais attiré par l'acte lui même, sa planification et son élaboration, car c'était une forme d'art et Dieu sait que tu étais attiré par ce dernier.

Le signal fut donné, vous ne pouviez plus faire marche arrière maintenant. Vous étiez dedans jusqu'au cou, mais tu n'avais aucun problème avec ça. Un sourire en coin arborant tes lèvres, tu ne te le fis pas dire deux fois. Tes mains s'activèrent aussitôt avec grâce et expertise, dans des mouvements précis et calculés. Tu faisais tournoyer ton épingle entre tes doigts, glissant le petit objet contre le mécanisme complexe de la serrure, comme si tu l'avais fait toute ta vie, ce qui n'était pas si loin que ça de la vérité après tout. Finalement, il y eut un petit déclique, et ton sourire s'élargit tandis que tu tournais la poignée de la porte pour la faire coulisser sans problème.

- Six secondes et quarante-huit centièmes. Le record sera pour une prochaine fois..., tu avais dit, amusé, après avoir regardé ta montre furtivement.

Tu étais finalement entré dans a petite boutique, te dirigeant directement vers le centre de contrôle de sécurité que tu avais déjà repérée quelques jours auparavant, en connaissance de son modèle et de sa configuration. Tu savais déjà le désactiver et il ne fallut que quelques secondes de plus avant que la tâche ne soit accomplie. Tout n'était finalement qu'une question de timing.

La partie infiltration terminée, tu avais ensuite glissé l'étui contenant tes copies de ton épaule, ouvrant le tube en plastique sans plus tarder. Vous saviez tous les deux ce que vous aviez à faire à présent. Tu avais alors jeté silencieusement l'un des tableaux à remplacer à ton ami, qu'il rattrapa immédiatement. C'était un petit coup, sans vraiment beaucoup de risques. Tu avais déjà fait bien plus gros, tu avais pénétré des forteresses inviolables, volé des toiles parfaitement sécurisées. Tu avais failli y rester à quelques reprises, mais tu avais finalement toujours trouvé pour rebondir et atteindre tes objectifs. L'échec n'était pas une option. Cela dit tu ne voulais pas entraîner Lucas dans ce genre de coups, pas pour une première fois. Tu ne voulais pas le mettre en danger avant d'être sûr qu'il le voulait vraiment, qu'il avait les épaules pour ça. Et puis, tu avais levé un peu le pied depuis que ton mentor était en prison, tu avais décidé de te tenir tranquille un moment. Mais pour combien de temps ? Tout le monde sait que quand on a quelque chose sous la peau, alors plus on lutte pour aller à son encontre et plus la tentation s'intensifie.


par humdrum sur ninetofive



_____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

Lies define who we are.

avatar
Lucas Mcmillan
Lies define who we are.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/12/2015 MESSAGES : 251 + LIEU DE RESIDENCE : Gone street
+ SITUATION OFFICIELLE : Assistant du détective Jake
+ SITUATION OFFICIEUSE : élémentariste
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : en cours
Disponibilités RP :
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Ven 22 Juil - 14:00




Good idea or bad idea ?.

Stealing is wrong , but stealing the vampires is a bad idea , especially when it happens to be a psychopath ...


Le compte à rebours était désormais lancé. Le tic-tac résonnait presque dans sa tête alors qu'il entendait le cliquetis des outils de son ami s’affairer rapidement. Ses gestes étaient fluides, sans fioritures qui auraient put le faire perdre du temps : on voyait bien que le cadet était doué pour ça, qu'il l'avait fait un nombre incalculable de fois...peut-être bien durant toute sa vie ? En tout cas, en moins de deux et sans que Lucas n'ait eu le temps de dire ouf, la porte était ouverte et un sourire en coin était apparut sur les lèvres de Dick.

" Six secondes et quarante-huit centièmes. Le record sera pour une prochaine fois... " dit-il amusé, alors qu'il se relevait pour entrer dans la pièce.

L'élémentaliste sourit face à la remarque : un peu d'humour pendant une action aussi périlleuse le détendit légèrement au point qu'il en oublia presque ce qu'ils allaient devoir faire désormais. Il suivit le faussaire à l'intérieur de la boutique, refermant la porte derrière lui puis l'observa se diriger vers le centre de contrôle de sécurité qu'il désactiva comme il l'avait fait avec la porte : aussi rapidement. Ok, c'était clairement un pro. Lucas admira les gestes précis et la concentration de son ami : il n'avait pas douté une seule seconde qu'il était aussi balèze. Mais le voir en pleine action était assez impressionnant il devait bien l'avouer... Un petit sourire se dessina sur les lèvre de l'aîné tendit que Dick sortit les copies qu'ils avaient fait avant ce jour. Plutôt ressemblantes c'était sûr. Copiées à la perfection : personne ne verrait la différence, pas même le gérant !
Ce dernier lui en lança une, silencieusement avant de se diriger vers le premier tableau qu'il devait remplacé. Lucas déroula la toile, admirant le travail du faussaire avec admiration : elle était exactement identique, même touche de couleur, même dimension, même ambiance. Pas de doute, ce casse allait réussir sans embuches !
Il souffla fortement, se concentrant sur la tâche qu'il devait accomplir et s'approcha du tableau que lui devait remplacer. Sa main tremblait légèrement et il dût se reprendre à deux fois avant de vraiment réussir à décrocher le cadre et à mettre la copie de Dick à la place de la vraie.

" Je me demande comment tu fais pour ne pas trembler... " chuchota-t-il au cadet en enroulant la vraie toile pour la lui tendre après.

Il ressentait toujours l'adrénaline parcourir son corps et bien sûr, une touche de stresse. Mais ce n'était pas comme les autres fois où le garçon se retrouvait face à un danger : il y avait une subtilité qu'il identifia bien vite. Il devait aller vite, être précis et silencieux alors que la plupart du temps, Lucas se battait et courrait pour échapper aux risques. Faussaire, c'était quelque chose de beaucoup plus complexe que bagarreur cherchant la merde, c'était évident. Et l'élémentaliste n'était vraiment pas habitué à ça...

" On va dire que je suis plus un bourrin qu'autre chose... " plaisanta-t-il en faisant un clin d’œil à son ami.

love.disaster

_____________________________________________

Secrets don't remain secret for long
« Seeking long time a missing family member is hard for you, but secrets don't remain secret for long. Hold on and perhaps you will be meeting soon... » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Gentleman Cambrioleur

avatar
Jason O'Neal
Gentleman Cambrioleur








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 11/01/2016 MESSAGES : 184 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Graphiste
+ SITUATION OFFICIEUSE : Humain + faussaire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Disponnible
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Jeu 28 Juil - 4:49



Good idea, bad idea ?


Lucas McMillan Δ Dick Hopkins


“ And I walk these streets, a loaded six string on my back, I play for keeps, 'cause I might not make it back. I've been everywhere, and still I'm standing tall, I've seen a million faces and I've rocked them all. ” Wanted Dead or Alive, Bon Jovi ♫


Tu t'activas aussitôt dans la tâche que tu devais faire. Décrochant l'œuvre à remplacer, tu l'avais placée avec délicatesse sur un meuble libre, la manipulant avec autant de précaution que l'on aurait pour s'occuper d'un nouveau né. Malgré la protection de tes gants, tu la tenais avec tes paumes par les tranches, enlevant alors le cadre et retirant la vitre de verre de la même manière. Tu avais alors roulé la toile dans le tube qui contenait autrefois les copies, avant de mettre cette dernière à sa nouvelle place. Finalement, en refermant le tout, tu avais pris le temps de jeter un coup d'œil en direction de Lucas. Si ce dernier gérait parfaitement la situation, il avait tout de même cette petite nervosité que tu avais très vite discernée. Il était tendu, sans doute était-ce un mélange de stresse, d'excitation et d'inconnu. Un peu comme toi, lorsque tu avais fait ton premier coup en compagnie de ton mentor. Tu pouvais encore te souvenir de toutes ces sensations dans les moindres détails, c'était un souvenir qu'aujourd'hui encore, après tout le chemin que tu avais parcouru, tu chérissais. Vous étiez vraiment semblables avec Lucas et à cette pensée tu ne pus réprimer un petit sourire d'illuminer ton visage.

- Je me demande comment tu fais pour ne pas trembler... , avait-il soufflé.

Non, tes mains ne tremblaient jamais, pas même lorsque tu étais stressé ou apeuré. Tout simplement parce que tu ne pouvais pas te le permettre. Pour toi, l'art c'était comme jouer d'un instrument de musique : des mouvements experts étaient nécessaire pour donner vie à ton œuvre, précision et habilité étaient les facteurs de la réussite. Chaque coup de pinceau ou de crayon avait son importance sur la toile, ils étaient les notes de ce délicieux opéra de couleurs. Une simple tâche d'encre pouvait, à elle seule, devenir un tourbillon d'émotions. Une seule fausse note, un seul trait impur et la symphonie pouvait facilement tourner à la cacophonie. Or, tu aimais la perfection, tu avais le soucis du détail, c'est ce qui faisait de toi le meilleur. Prétentieux ? Et bien, si énoncer les dires des médias tout en étant conscient de son talent était de la prétention alors tu pouvais clamer haut et fort être extrêmement fier d'être prétentieux. Tu faisais jouer tes mains sur tes pinceaux avec autant de délicatesse et de douceur que l'on aurait pour caresser la jour d'une amante, si bien qu'ils étaient devenu une sorte de prolongement à tes mains. Tu ressentais un manque sans eux, c'est pourquoi, si l'on faisait attention, tu avais pratiquement toujours les doigts occupés par un stylo trainant dans le coin, un porte clef, parfois même un bâton que tu aurais trouvé par terre. Tu ressentais ce besoin d'avoir les mains occupées, de manipuler quelque chose. Cela allait même jusqu'à apaiser ton esprit qui était toujours au galop.

- On va dire que je suis plus un bourrin qu'autre chose... , avait-il fini.

Mais était-ce une mauvaise chose que d'être ce qu'il appelait "un bourrin" ? Certes tu avais l'agilité et la précision du faussaire, tu pouvais reproduire n'importe quelle œuvre, de n'importe quelle époque, n'importe quel genre à la perfection. Tu connaissais des centaines de méthodes pour recréer les effets de vieillissement de la peinture, de l'encre. Tu étais un as pour faire des faux papiers, des faux billets, ou quoi que ce soit d'autre étroitement surveillé, avec des dispositifs censés empêcher les copies. Mais lorsqu'il s'agissait d'affronter les problèmes, alors c'était une toute autre affaire. Tu avais toujours réprimé la violence, tu détestais cela. Tu n'étais pas ce chevalier en armure que rien n'effraie, tu n'étais pas ce héros courageux que rien n'arrête. Non, tu étais simplement un humain. Tu étais un fuyard, un lâche qui en prime avait une peur immense des armes à feu. Tu ne voulais pas te battre, tu gardais cela exclusivement en dernier recours, si tu n'avais pas le choix. De toute façon, tu n'étais pas doué pour ça. C'était là que tu enviais Lucas quelque part, parce que lui n'aurait certainement pas la même réaction. Il était bien plus téméraire que toi, bien plus courageux. Il savait se battre, se défendre, il ne semblait pas être effrayé par toutes ces choses. Et ce cran qu'avait ton ainé, ces tripes qu'il avait en lui, c'était ce qu'il te manquait. Disons que vous deux, vous faisiez la paire, vous complétant l'un l'autre.

- Quel faussaire pitoyable je ferais si je tremblais, tu ne crois pas ?, avais-tu commencé tout en lui lançant un clin d'œil taquin.

- Disons qu'on se complète, parce que de mon côté je suis plus froussard que bourrin. Je peux t'assurer que c'est pas mieux avais-tu terminé, un sourire presque désolé sur ton visage.

Oui, tu te haïssais pour être si craintif, si peureux. Mais qu'y pouvais-tu ? La vie t'avait rendu comme ça, c'étaient les épreuves que tu avais traversées qui t'avaient conduit à ce résultat. Et dieu sait que ressasser le passé ne t'apporterait rien, c'était maintenant en toi, comme une maladie qui te rongerait les os, tu ne pouvais plus t'en débarrasser. Après tout, on ne change pas de nature si facilement n'est-ce pas ?

Mais très vite votre petite conversation fut abrégée par un mouvement à l'extérieur. A voir le comportement de ton ami, lui aussi s'était rendu compte que quelqu'un rôdait autour. Il était doué dans son genre, à ce stade il était difficile de croire qu'il n'avait pas fait cela avant. Quoi qu'il en soit, tu récupéras rapidement le tube de plastique dans lequel étaient maintenant les deux toiles que vous étiez venus chercher. Il fallait faire vite. Si pendant toutes ces années ton visage était resté inconnu aux autorités, que d'ailleurs on te vieillissait beaucoup dans les différents fichiers censés être secrets qui parlaient de toi, ce n'était pas le moment de faire tomber les masques. Rapidement tu analysas les probabilités qui vous seraient favorables pour vous en tirer, prenant en compte un maximum de paramètres. Après tout, tu n'étais pas surdoué pour rien n'est-ce pas ? Ce petit détail qui t'avait tant fait souffrir durant ton enfance, qui encore aujourd'hui t'offrait un sentiment de décalage et de malaise avec les autres, ces pensées que tu n'arrivais jamais à faire taire, parfois elles avaient une utilité. Et lorsque tu entendis le bruit des clés être maniées à l'entrée, tu entraînas Lucas avec toi vers le fond de la boutique dans une pièce qui visiblement était une réserve. Sans fenêtres. Génial. Mais cela restait la meilleure option pour ne pas griller sa couverture ou risquer d'exposer son visage. Une fois arrivé, tu verrouillas la serrure et déplaças une chaise de manière à bloquer la porte. Vous n'étiez pas encore découverts, mais une fois encore, ce n'était plus qu'une question de temps. Et quand bien même le gardien parviendrait à déverrouiller cette porte de l'extérieur, cette fameuse chaise ferait toujours obstacle. Quoi qu'il en soit, tu devais maintenant laisser ton cerveau tourner à 200% pour trouver une autre issue à ce piège. Tiens, comme si tu avais le choix de toute façon.

- D'accord, ça c'était pas prévu, dis-tu en souriant ironiquement à Lucas.

Comme s'il ne s'en doutait pas.  

Mais malgré l'urgence de la situation, tu gardais éternellement ton sang froid. Après tout, les complications faisaient partie du jeu, n'est-ce pas ? Ce n'était pas la première fois que tu te retrouvais dans une telle situation. Même, tu ne pouvais qu'apprécier davantage l'adrénaline qui se faisait bien plus présente dans ton système, te donnant un regain d'énergie t'envoyant des frissons. Tu étais devenu addicte à la sensation. Mais au fait, depuis quand ce genre de petite galerie avait un gardien personnel la nuit, non déclaré qui plus est ?


par humdrum sur ninetofive



_____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

Lies define who we are.

avatar
Lucas Mcmillan
Lies define who we are.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/12/2015 MESSAGES : 251 + LIEU DE RESIDENCE : Gone street
+ SITUATION OFFICIELLE : Assistant du détective Jake
+ SITUATION OFFICIEUSE : élémentariste
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : en cours
Disponibilités RP :
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Jeu 28 Juil - 22:34




Good idea or bad idea ?.

Stealing is wrong , but stealing the vampires is a bad idea , especially when it happens to be a psychopath ...


Les toiles étaient désormais remplacées et replacées tranquillement à l'endroit où elles étaient habituellement. C'était une bonne chose de faite. Rien de compliqué finalement...bien que les tremblements ne quittaient toujours pas les mains de l'élémentaliste. Il ne savait pas quand est-ce qu'ils allaient cesser, mais il espérait bien assez tôt parce qu'il ne voulait pas être un poids pour le faussaire. ce qui serait vraiment la honte au vu de ce qu'il savait faire lui-même. Se battre. S'échapper d'événements dangereux. Il avait même des pouvoirs. Alors se faire prendre et enfermer dans une cellule à cause de petits tremblements, serait vraiment embarrassant. Et indigne de lui. Quitte à se faire prendre, il se battrait jusqu'au bout pour éviter la prison. C'était mal le connaître sinon.

" Quel faussaire pitoyable je ferais si je tremblais, tu ne crois pas ? " lui répondit le cadet en lui faisant un clin d’œil taquin.

Lucas sourit face à la remarque. Pas faux. Il ne serait pas rendu là s'il tremblait à tout bout de champs. Il ne serait pas aussi agile de ses doigts, ni aussi rapide. Il ne serait pas lui en fait.

" Disons qu'on se complète, parce que de mon côté je suis plus froussard que bourrin. Je peux t'assurer que c'est pas mieux... " finit-il par dire, une mine désolée sur le visage.

C'est vrai que de ce point de vue, il se complétait. Ils étaient différents, mais c'était bien ça qui faisait leur force. La preuve, ils avaient réussit à s'échapper des trois molosses lors de leur première rencontre. Et c'était pas rien au vu de leur masse musculaire bien différentes des leur. Mais il ne put que remarquer la soudaine tristesse qu'il ressentait chez le cadet. Se détestait-il d'être ce qu'il était ?

" Tu sais...vaut mieux être froussard. Au moins tu t'évites les ennuis inutiles, et crois moi, ça pourrait m'aider de temps en temps ! " fit Lucas dans un sourire rassurant.

C'est vrai que lui même était très impulsif et rarement il réfléchissait avant d'agir, se posant les questions, le pour et le contre alors qu'il fuit le danger : c'est à dire, trop tard... Il était plus souvent dans ce genre de situation que dans des plus tranquilles. C'était devenu un peu son quotidien, cherchant la bagarre là où la discussion pouvait avoir lieue. Ce qui arrangerait grandement ses affaires s'il se taisait un peu et ravalait sa fierté. Mais c'était Lucas et toutes ses actions le définissaient.

" Tu ne peux pas changer ce que tu es...alors avance et trouve toi des compagnons qui puissent t'aider à avancer ! "

Il n'était pas un philosophe et encore moins un sage, alors se voir sortir ce type de phrase le surprit légèrement mais il n'eut pas le temps de s'attarder dessus, il entendit brusquement des bruits de pas se rapprocher de la porte. Il tourna le regard en direction de Dick, ne sachant pas du tout quoi faire. Il était prêt à sauter sur l'inconnu et à l'assommer pour pouvoir s'échapper. Ce qui ne devait pas être la bonne idée du siècle, bien qu'il serait en sécurité très loin lorsqu'il se réveillerait... Le faussaire était déjà en train d'analyser la pièce, scrutant la moindre faille, la moindre sortie possible. Et soudainement, Lucas entendit le cliquetis des clés jouer avec la serrure de la porte et il se sentit entraîner pas le brun vers une petite pièce sans fenêtre, au fond de la boutique. Sans doute une réserve... Mais là, ils étaient bel et bien coincés. Le cadet verrouilla rapidement la porte et la bloqua en plus avec une chaise qui traînait par là. Bon. Et maintenant, que devait-il faire ? Autant dire qu'ils étaient fait comme des rats... Les toiles étant le fromage...l’appât. Mince...

" D'accord, ça c'était pas prévu. " fit ironiquement Dick.

C'est sûr. Et pourtant, ils étaient là, enfermés dans une réserve dans une boutique qui possédait un gardien. C'était la première fois que Lucas voyait une telle bâtisse avec un gardien... Elle n'était pourtant pas si importante que ça si ? C'était louche cette histoire, mais ce n'était pas vraiment le moment de s'attarder dessus : ils avaient - disons - d'autres chats à fouetter...

" On peut dire qu'on est dans la mouise jusqu'au cou, Dick... " chuchota-t-il en observant les moindres recoins de la petite pièce.

love.disaster

_____________________________________________

Secrets don't remain secret for long
« Seeking long time a missing family member is hard for you, but secrets don't remain secret for long. Hold on and perhaps you will be meeting soon... » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Gentleman Cambrioleur

avatar
Jason O'Neal
Gentleman Cambrioleur








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 11/01/2016 MESSAGES : 184 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Graphiste
+ SITUATION OFFICIEUSE : Humain + faussaire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Disponnible
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Mar 2 Aoû - 17:40

HRP:
 


Good idea, bad idea ?


Lucas McMillan Δ Dick Hopkins


“ And I walk these streets, a loaded six string on my back, I play for keeps, 'cause I might not make it back. I've been everywhere, and still I'm standing tall, I've seen a million faces and I've rocked them all. ” Wanted Dead or Alive, Bon Jovi ♫


- On peut dire qu'on est dans la mouise jusqu'au cou, Dick...

La conclusion de Lucas était un euphémisme. Cela dit, si tu avais appris de ce métier, c'était que rien ne se passait jamais comme prévu. Les plans ne servaient qu'à être détournés, il y avait toujours cette petite touche d'inconnu qui accompagnait chacun des coups réalisés, les rendant alors complètement uniques. Après tout, si les stratagèmes se déroulaient toujours sans accros, cela deviendrait bien trop monotone pour toi n'est-ce pas ? Où serait cette part d'improvisation que tu aimais tant ? Ou serait cette piqûre d'adrénaline supplémentaire causée par la menace de se faire prendre ? Car même si tu étais fier et satisfait lorsqu'un plan se déroulait à la perfection, comme tu avais tout calculé, tu te délectais particulièrement de ces petites variables inattendues qui venaient pimenter la partie. Tu aimais jouer avec le feu. Tu volais sans filet de sécurité, frôlant à chaque fois la limite de te faire prendre, mais c'était aussi ça qui te différenciait des autres.

- Il sait qu'on est passés, la porte était déverrouillée et mon brouilleur est toujours dehors. Mais il ne va pas appeler la police tout de suite, il ne sait pas qu'on est encore là. Il va commencer par vérifier que tout est en ordre et va douter lorsqu'il ne remarquera rien.

Tu avais parlé tranquillement suite à ton analyse tout en te déplaçant avec curiosité dans la réserve, regardant dans tous les recoins presque admiratif. Tu avais l'habitude avec ce genre de cas, les gens réagissaient pratiquement tous de la même manière. Ils étaient toujours réticents quant à l'idée d'appeler la police, surtout lorsqu'ils avaient des choses à cacher comme cela semblait être le cas pour cet artiste précis. Ils avaient peur d'avoir l'air idiots si jamais ils se trompaient, de les faire se déplacer pour rien. Si jamais le gardien n'avait pas vu l'outil de brouillage à l'entrée, il pourrait soupçonner le gérant d'avoir oublié de fermer la porte en partant. Dans le cas contraire, premièrement il ne saurait pas vraiment ce que c'était et il y aurait toujours cette petite part d'hésitation en lui, voyant que tout a l'air en ordre. Quoi qu'il en soit, dans ces deux scénarios, le veilleur de nuit commencerait par vérifier tous les tableaux et objets de la boutique, que rien ne manquait à l'appel. Or, comme tu l'avais toujours pensé à juste titre, tu n'étais pas un voleur mais un faussaire qui plus est de grande renommée. Un faussaire dont beaucoup de personnes pas des plus nettes aimeraient se payer les services. C'est pourquoi, sans te vanter, tu pouvais affirmer avec certitude qu'à moins que ce soit Kavinski lui même qui se tienne derrière cette porte, l'homme ne découvrirait pas la supercherie, accentuant alors ce sentiment de doute. Oh, les autorités finiraient par être averties, ne nous faisons pas d'illusions. Mais cela prendrait bien plus de temps, l'inconnu appellerait probablement son patron d'abord, la police ensuite. Ce qui vous donnait bien une grosse demi-heure avant que vous n'entendiez tinter les sirènes au loin.

Tu t'étais alors arrêté devant une table remplie de matériel en vrac, un sourire aux lèvres et une idée derrière la tête. Non pas une idée qui pourrait vous faire sortir de ce piège, mais quelque chose qui te plaisait tout autant. Ce Kavinski avait vraiment du matériel rare et d'excellente qualité, tu pouvais même remarquer certains outils qui n'étaient même plus sur le marché depuis des années. Certains d'entre eux faisaient également partie de ta propre collection. Tu avais alors pris une planche à dessin et un feutre fin, retournant près de la porte avant de t'assoir par terre, adossé contre le mur.

- On dirait qu'on a du temps devant nous, Lucas, avais-tu dit au garçon en le regardant d'en bas.

Tu avais alors ouvert le feutre et mis le capuchon dans ta bouche pour le tenir, sans pour autant effacer ton sourire en coin. Aussitôt, tu t'étais activé sur la toile, recouvrant peu à peu cette grande étendue blanche par de l'encre noire. C'était plus fort que toi. Vous aviez le temps après tout, n'est-ce pas ? Les traits se succédèrent, certains étaient grossiers tandis que d'autres, au contraire, étaient précis et calculés. Tu donnais lentement vie à cette planche uniquement par des mouvements experts de poignet, sachant parfaitement où tu allais à chaque fois que la mine du feutre touchait le papier. Et peu à peu, on pouvait voir ce qui semblait au début n'être qu'un vulgaire gribouillage se métamorphoser en autre chose de bien plus beau, bien plus créatif. Dressé dans le centre de la planche, on observait finalement un renard apparaître, posant fièrement comme narguant le spectateur. Bien sûr, comme tout gentleman qui se respecte, l'animal avait un nœud papillon accroché au cou le rendant encore un peu plus humain. Mais pour couronner le tout, on pouvait très clairement remarquer la ressemblance de ce dessin avec tous les autres exposés dans la boutique d'à côté. Tu avais évidemment "emprunté" le style et la technique de l'homme que vous veniez tout juste de dévaliser. Subtilité. C'était un point sur lequel tu te plaisais à mettre l'accent. Et enfin, lorsque tu étais satisfait de ton travail accompli quelques dix minutes plus tard, tu avais simplement apposé un "J." bien visible sur le côté de ton croquis. C'était là ta carte de visite, ta signature. C'était par cette petite lettre que l'on te reconnaissait dans ce genre de coups. Personne ne savait ce que ce "J." pouvait signifier, mais on savait à qui il appartenait. Cela dit, on ne pouvait empêcher les gens de faire des suppositions. "Joker" ? Cela aurait très certainement pu être le cas en connaissant tes goûts prononcés pour les comics, mais non. C'était le "J" de "Jason". Ton prénom. Ton vrai prénom. Et même si tu t'étais mis à le détester pour ce qu'il signifiait, tu te disais aussi que tu ne devais pas l'oublier. Tu ne devais pas oublier d'où tu venais, ce que tu étais, ce qui avait fait de toi qui tu étais aujourd'hui. C'est pourquoi tu avais choisi cette signature. C'était comme une piqûre de rappel constant de toutes ces choses.

Finalement tu t'étais relevé et avais posé le croquis à l'entrée, contre une caisse sur une table. Ce renard, c'était toi. Rusé et fier. Tu narguais les autorités depuis quelques années, les défiant chaque jours de te trouver, de t'arrêter. Et bien sûr, jusque là tu avais toujours gagné à ce petit jeu. Mais c'était une envie irrésistible que tu avais de pimenter un peu la partie, de montrer qu'on t'avait encore raté de peu. Seulement, il ne s'agissait pas seulement de ça, bien évidemment. Tu n'avais très certainement pas gâché dix minutes de votre temps juste pour un jeu. A vrai dire, même si tes yeux avaient été fixés sur cette toile pendant tout ce temps, ton esprit avait travaillé. Le dessin t'aidait à penser, à rester concentré. A garder ton sang froid. Tu n'avais toujours pas trouvé de moyen d'évasion, mais tu avais déjà éloigné certaines solutions désormais inenvisageables, ce qui en soit vous faisait gagner du temps.

- Et pour répondre à ce que tu me disais tout à l'heure au sujet des compagnons, je pense avoir trouvé un bon candidat au poste, avais-tu finalement dit à Lucas en lui faisant face à nouveau, accompagnant la parole d'un clin d'œil.

Cela dit, tu grimaças quelque peu au mouvement de tête que tu avais fait et qui avait réveillé une douleur que tu avais depuis pratiquement une semaine maintenant au niveau du cou. Par réflexe tu posas ta main sur ta nuque comme pour faire partir la brûlure plus loin, frottant la peau grossièrement. En y repensant, c'était étrange parce que tu ne te souvenais pas comment tu t'étais fait cette petite plaie, mais quelque chose au fond de toi t'empêchait de te questionner davantage à ce sujet. De toute façon, ce n'était pas bien grave n'est-ce pas ? Et puis maintenant tu l'avais, tu ne pouvais rien faire pour y changer, alors à quoi bon s'attarder là dessus ? Tu avais mieux à penser à l'heure actuelle, même si tu penserais d'une manière totalement différente si tu connaissais l'existence du surnaturel...


par humdrum sur ninetofive



_____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

Lies define who we are.

avatar
Lucas Mcmillan
Lies define who we are.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/12/2015 MESSAGES : 251 + LIEU DE RESIDENCE : Gone street
+ SITUATION OFFICIELLE : Assistant du détective Jake
+ SITUATION OFFICIEUSE : élémentariste
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : en cours
Disponibilités RP :
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Sam 27 Aoû - 12:29

HRP:
 




Good idea or bad idea ?.

Stealing is wrong , but stealing the vampires is a bad idea , especially when it happens to be a psychopath ...


Lucas regardait autour de lui, scrutant les moindres recoins de la petite pièce dans laquelle ils s'étaient tous deux enfermés dans la précipitation. Pas une once de sortie. Pas de fenêtre par laquelle s'échapper, pas de trou par lequel se faufiler. C'était une impasse et ils étaient piégés. Ça lui rappelait le cachot où l'avait enfermé son père il y a longtemps. Un frisson parcourut le corps de l'élémentaliste alors que des flashs de souvenirs traversaient son esprit pas tout à fait remit de son passé...

" Il sait qu'on est passés, la porte était déverrouillée et mon brouilleur est toujours dehors. Mais il ne va pas appeler la police tout de suite, il ne sait pas qu'on est encore là. Il va commencer par vérifier que tout est en ordre et va douter lorsqu'il ne remarquera rien. " dit alors Dick, le plus calmement du monde.

Comment il fait pour ne pas paniquer dans une situation pareille ? Même si l'aîné avait connu des événements encore plus dangereux que ce qu'ils vivaient en ce moment, jamais il n'avait ressentit cette sensation auparavant. Une boule se formait dans sa gorge et sa nervosité pouvait facilement se voir alors qu'il parcourait la pièce de long en large en se mordillant la lèvre inférieure. Mince, comment allait-il faire pour se sortir de là ? Mais le cadet semblait confiant... Comme s'il savait qu'ils allaient s'en sortir indemne. Peut-être bien que se sera le cas, mais Lucas, lui, n'en était absolument pas sûr. Dick devait être habitué à ce genre de situation pour garder son sang-froid dans un moment aussi critique que celui là... Il regardait avec curiosité la remise alors que le brun sautillait presque sur place, traversé par une peur qu'il avait honte de montrer. Personne n'était sans peur, et lui même en était la preuve. Bien sûr, il pourrait utiliser ses pouvoirs pour s'en sortir sans encombres, mais viendrait par la suite les nombreuses questions de l'humain, et il n'était pas sûr d'être vraiment prêt à y répondre. Après tout, lui-même était encore novice dans ce monde surnaturel...

Lucas jeta un coup d'oeil du côté de son ami, et il écarquilla les yeux, surprit de le voir saisir une planche à dessin et un feutre fin avant de s'assoir et de s'adosser contre un des murs de la pièce.

" On dirait qu'on a du temps devant nous, Lucas. " lui dit-il en le regardant.

L'élémentaliste pencha la tête sur le côté, fronçant les sourcils et en observant le cadet s'activer sur sa planche, sa main bougeant de façon habile sur le support, laissant au passage un trait d'encre noir. Le crayon dans la bouche mais son sourire en coin toujours sur les lèvres, Dick se concentrait sur son travail alors que le brun s'accroupissait en face de lui, curieux de voir ce qu'allait lui pondre son ami. Il était émerveillé de voir le dessin prendre petit à petit forme sur la planche. Il suivait avec difficulté la main de Dick se mouvoir sur le support à une vitesse incroyable. Jamais il ne l'avait vu dessiner et il devait bien l'avouer, c'était très impressionnant !

Au bout de quelques minutes, alors que les pas du propriétaire - ou d'une autre personne, nous ne savons pas encore - retentissaient toujours dans la pièce d'à côté, Lucas admira le dessin qui se forma finalement : un renard se dressait, légèrement moqueur pensa le brun, au centre de la pièce, un nœud papillon accroché autour du cou, rendant un petit côté...humain ?...au tableau. Le style qu'avait utilisé le cadet faisait étrangement pensé à celui de Kavinsky et de ses autres tableaux exposés à l'entrée - bien que Lucas ne s'y connaissait absolument pas en dessin... Un "J." trônait fièrement sur le côté du tableau. L'élémentaliste ne comprenait pas la signification de cette lettre et haussa un sourcil tout en jetant un regard interrogateur à Dick qui se relevait déjà et posait son œuvre face à l'entrée, contre une caisse sur une table. A son tour, Lucas se releva, observant les moindres gestes de son ami alors qu'il se retournait pour lui faire face.

" Et pour répondre à ce que tu me disais tout à l'heure au sujet des compagnons, je pense avoir trouvé un bon candidat au poste... " lui fit-il, un clin d’œil dans sa direction.

Le sourire en coin de l'aîné franchit ses lèvres et une lueur de défi traversa son regard.

" J'espère que l'option dessin n'est pas compris dans le poste...disons que je ne me débrouille pas aussi bien que toi... " se moqua Lucas en se frottant la tête d'une main, ébouriffant ses cheveux au passage.

La grimace subite de son ami le fit froncer les sourcils. Avait-il une blessure dont il ne lui aurait pas parlé ? Le faussaire porta une main à son cou et Lucas s'approcha de lui, attrapant doucement la main de son ami pour l'éloigner : il voulait y jeter un coup d’œil, voir si ce n'était pas trop grave.

" Laisse-moi voir ! " murmura-t-il, parlant d'une voix rassurante.

Dick éloigna alors sa main et l'élémentaliste regarda sa blessure. Il pâlit presque aussitôt, priant pour que ça ne soit pas ce qu'il pense... Mais bien évidemment, ça ne pouvait être autre chose. Ce serait trop beau... Deux petits trous reposaient sur le cou de Dick, à l'emplacement d'une veine. Morsure de vampire, sans aucun doute... Comment s'était-il fait ça ? Et surtout, quand ? La plaie n'était pas infectée mais était assez ressente...

" Comment...comment tu t'es fait ça ? "

love.disaster

_____________________________________________

Secrets don't remain secret for long
« Seeking long time a missing family member is hard for you, but secrets don't remain secret for long. Hold on and perhaps you will be meeting soon... » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Gentleman Cambrioleur

avatar
Jason O'Neal
Gentleman Cambrioleur








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 11/01/2016 MESSAGES : 184 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Graphiste
+ SITUATION OFFICIEUSE : Humain + faussaire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Disponnible
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Dim 9 Oct - 19:34



Good idea, bad idea ?


Lucas McMillan Δ Dick Hopkins


“ And I walk these streets, a loaded six string on my back, I play for keeps, 'cause I might not make it back. I've been everywhere, and still I'm standing tall, I've seen a million faces and I've rocked them all. ” Wanted Dead or Alive, Bon Jovi ♫


Aussitôt que tu avais passé une main vagabonde dans le creux de ton cou, Lucas s'était approché de toi, le regard soudainement métamorphosé en quelque chose de plus préoccupé, de plus inquiet.

- Laisse-moi voir ! , te dit-il d'une voix douce qui te fit presque rire bien que la gravité dans son ton et ce changement soudain de son comportement t'en empêchèrent. Un léger sourire glissa cependant de tes lèvres alors que tu lui répondis ironiquement.

- D'accord, maman.

Sans discuter davantage, tu avais abaissé ton bras afin de donner un libre accès à Lucas au niveau de ta plaie, ne sachant pas vraiment où il allait. Après tout, si ça pouvait le rassurer, pourquoi pas. Tu ne le connaissais simplement pas si attentionné et protecteur, pour ne pas user de l'expression "mère poule". Et puis, on ne pouvait pas vraiment dire que tu étais habitué à préoccuper les autres n'est-ce pas ? A ce que quelqu'un d'autre ne fasse attention à toi, ne se sente concerné par ce qui pouvait bien t'arriver. Tu avais toujours été seul, même si physiquement tu avais toujours trouvé pour t'entourer cela n'avait toujours été que superficiel, mise à part avec ton mentor. Pourtant, une fois encore tu savais au fond de toi qu'avec Lucas ça serait différent. Lui était sincère, ce n'était pas l'hypocrisie qui l'avait poussé à te suivre dans ces coups là.

La mine renfrognée de Lucas accompagnée de ses grands yeux ronds et surpris te firent pourtant traverser un frisson le long de ta colonne vertébrale, sans vraiment savoir pourquoi. Quelque chose dans ton cou le contrariait, et encore le mot était faible, il paraissait même... Choqué ?

- C'est pas grand chose t'inquiète pas, c'est..., te hâtas-tu de répondre, te sentant obligé de te justifier ou du moins à alléger l'environnement. Mais les mots ne te venaient pas aussi naturellement que d'habitude.

- Comment...comment tu t'es fait ça ?, poursuivit ton complice de la soirée, en état d'alerte.

- Lucas, je t'assure que c'est rien. J'ai juste... , tu commenças calmement, l'incompréhension marquant toujours ton visage mais tentant encore d'offrir un sourire amical à ton ami.

- C'est.....

Tu fronçais les sourcils à présent, le doute commençant à s'installer en toi. L'effort dont tu faisais preuve pour chercher dans ta mémoire était évident. Mais bientôt, l'évidence t'assomma et ce fut comme si ton souffle venait d'être arraché, que l'on venait de te frapper dans l'estomac.

- Je n'en ai aucune idée..., avais-tu murmuré innocemment en relevant les yeux vers Lucas, effrayé. C'était un sentiment vraiment unique et désagréable d'avoir l'impression qu'une partie de tes souvenirs t'avait été arrachée, surtout avec ton habitude de toujours vouloir garder le contrôle, d'être au courant de la moindre chose. Tes sentiments, tes émotions n'appartenaient qu'à toi, tes souvenirs de même. Ils ne pouvaient pas être volés. Tu te concentras pour garder des respirations régulières, mais tu savais instinctivement que quelque chose de grave se passait. Est-ce que Lucas savait ce qui t'était arrivé ? Tu espérait que si c'était le cas alors le garçon pourrait t'expliquer, il avait l'air d'en savoir un peu plus sur les étrangetés de cette ville qu'il ne voulait l'admettre. Et tu en avait bien besoin. La connaissance était ce qui te rassurait, ce qui te maintenait sain d'esprit. Quoi qu'il en soit, tu ne devais pas paniquer. Pas maintenant, alors que vous deviez encore sortir de ce piège.


par humdrum sur ninetofive



_____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

Lies define who we are.

avatar
Lucas Mcmillan
Lies define who we are.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/12/2015 MESSAGES : 251 + LIEU DE RESIDENCE : Gone street
+ SITUATION OFFICIELLE : Assistant du détective Jake
+ SITUATION OFFICIEUSE : élémentariste
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : en cours
Disponibilités RP :
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Sam 12 Nov - 15:45




Good idea or bad idea ?.

Stealing is wrong , but stealing the vampires is a bad idea , especially when it happens to be a psychopath ...


Il ne voulait pas paraître inquiet, encore moins devant Dick. Il ne voulait pas l'alarmer, surtout si sa pensée se trouve être à des milliers de kilomètres de la réalité. Mais il se méfie Lucas. Il se méfie de tout...surtout lorsque sa touche les humains...ou même ses amis - bien qu'il n'en ait que très peu...voire qu'un seul pour le moment. Mais cette blessure ressemble beaucoup trop à une morsure de vampire pour qu'il laisse juste couler sans s'en préoccuper d'avantages. Il n'aimerait pas passer à côté d'un détail important et ainsi mettre en danger la vie du cadet. Ça serait idiot et l'élémentaliste risque de culpabiliser si jamais il se trompe et passe à autre chose. Dick pourrait être en danger si jamais il a rencontré une de ces créatures. Et si en plus il n'y connait rien sur ce monde parallèle au sien, il risque d'y rester...
Lucas voyait bien que le cadet avait remarqué son changement d'attitude - qui ne l'aurait pas vu ? - et il s'efforçait de paraître calme et de contrôler ses émotions. Mais c'était compliqué... Il était à la fois curieux, inquiet, en colère et sans doute mort de peur pour son ami. Alors ce cocktail ne lui permettait pas de respirer convenablement. Même son cœur commençait doucement à s'affoler à la pensée qu'un vampire est put approché son ami. Il espérait silencieusement que ça ne soit qu'un bête bobo. Qu'il était juste tombé ou alors qu'il se soit cogné quelque part... Rien que ça ! Au moins ça... Mais pas cette version - plus horrible - de l'histoire. Tout mais pas ça...

Même la voix calme et quelque peu moqueuse de Dick n'arrivait pas à rassurer Lucas. Sa remarque ne lui arracha même pas un sourire. Non, il était plutôt concentré sur cette blessure, attendant que le cadet baisse son bras pour qu'il puisse l'examiner tranquillement et ainsi se faire sa propre théorie de l'histoire. Alors, lorsque Dick lui laissa finalement le champ libre, il approcha sa main vers la source de ses préoccupations et la détailla avec soin.

Il écarquillait de plus en plus les yeux tandis que ses inquiétudes s'avérèrent fondées. Les deux petits trous situés en plein dans la carotide n'amenaient aucune anti-thèse, aucune théorie qui contrasterait avec la version qui faisait son chemin depuis le début dans l'esprit de Lucas. Et merde... C'était bel et bien une morsure de vampire... Quand ? Et où ? Et surtout, comment ? Comment ça a put arriver ? Surement la nuit, quand les deux amis ne trainaient pas ensemble... Ou alors, Lucas s'est fait hypnotiser lui aussi au moment où ça c'est passé ? Non...ça serait idiot de penser ça...le vampire l'aurait mordu lui aussi. Le manque de réponse le fit rager, mais il essayait de paraître calme et posé face à son ami afin de ne pas l'alarmer plus qu'il ne le fallait. Et pourtant, il bouillonnait de l'intérieur. Il aurait dû être là, ne serait-ce que pour protéger le plus jeune... Merde.

" C'est pas grand chose t'inquiète pas, c'est... " essaya d'expliquer Dick alors que l'hésitation se lisait très clairement dans son regard.

Lucas reporta son attention sur lui, oubliant presque la situation actuelle : à savoir qu'ils étaient enfermés dans une pièce sans issue avec un gardien à l'extérieur susceptible d'appeler la police dès qu'il ouvrira la porte... Il se recula quelque peu, réfléchissant à la meilleure excuse qui expliquerait sa surprise au cadet tandis que ce dernier essayait de se rappeler ce qui lui était arrivé.

" Lucas, je t'assure que c'est rien. J'ai juste... " continua-t-il en vain, tentant cette fois-ci d'offrir à Lucas un sourire rassurant.

Mais l'élémentaliste n'était pas dupe...il voyait bien que Dick ne se rappelait de rien, ou alors il essayait de lui mentir pour expliquer sa blessure, croyant que l'aîné n'était pas au courant du monde surnaturel ? Non...peu probable. Très peu probable même... Dick est humain, tout simplement, et il n'a pas l'air de plonger là-dedans. Il a vraiment perdu la mémoire...merde. Une accumulation de preuves qui ne peuvent être détournées. La vérité est là : un vampire l'a mordu en le laissant croire qu'il ne c'était rien passé. Le pauvre Dick a dû avoir la peur de sa vie...

" Je n'en ai aucune idée... "

Dans un murmure, il exprimait son incompréhension face à la situation, et Lucas eut un pincement au cœur en le voyant aussi perdu et apeuré. Il aurait aimé tout lui dire, lui avouer que lui même n'était pas humain... Mais il ne pouvait pas...en tout cas pas comme ça, et surtout pas maintenant, alors qu'il avait besoin de lui, de son esprit débrouillard pour les faire sortir d'ici ! Il voulait le voir sourire au lieu d'être apeuré face à un monde nouveau et lugubre. Pas comme ça... Il lui dira un jour...mais pas comme ça...

" Calmes-toi Dick, calmes-toi ! lui dit-il en lui agrippant les épaules afin qu'il le regarde dans les yeux ; C'est pas le moment de paniquer, ok ? Tu te rappelles pourquoi on est là, pas vrai ? Tu te rappelles qu'il faut encore qu'on sorte d'ici, ensemble ! Tu m'entends ? "

Lui rappeler la situation était la seule solution qu'il avait trouvé pour lui faire reprendre ses esprits et lui faire oublier - momentanément - ses tracas. Il n'aimait pas le voir dans cet état, et il se mordit l'intérieur de la joue pour éviter que ses sentiments ne prennent le dessus et que sa voix ne sorte indépendamment de sa volonté.

" Et puis, je me suis surement affolé pour rien... Écoutes, j'étais juste inquiet, ok ? Tu es surement tombé et tu t'es cogné quelque part violemment... C'est peut-être à cause de ça que tu as perdu la mémoire. Ne fais pas de conclusions trop hâtive ! " continue-t-il, sa voix devenue plus calme et ses yeux reflétant une certitude qu'il aurait vraiment aimé avoir.

Il n'aimait pas du tout mentir, et encore moins à son ami... Mais il ne pouvait pas lui dire ce qu'il savait. Pas encore...

love.disaster


HRP:
 

_____________________________________________

Secrets don't remain secret for long
« Seeking long time a missing family member is hard for you, but secrets don't remain secret for long. Hold on and perhaps you will be meeting soon... » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Gentleman Cambrioleur

avatar
Jason O'Neal
Gentleman Cambrioleur








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 11/01/2016 MESSAGES : 184 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Graphiste
+ SITUATION OFFICIEUSE : Humain + faussaire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Disponnible
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Dim 13 Nov - 20:00



Good idea, bad idea ?


Lucas McMillan Δ Dick Hopkins


“ And I walk these streets, a loaded six string on my back, I play for keeps, 'cause I might not make it back. I've been everywhere, and still I'm standing tall, I've seen a million faces and I've rocked them all. ” Wanted Dead or Alive, Bon Jovi ♫


Le sentiment pesant d'insécurité envahissait de plus en plus ton esprit alors que tu cherchais désespérément des réponses dans le regard de Lucas, quelque chose qui te dirait que tout allait bien, que l'alarme avait été sonnée par erreur. Même si tu savais que c'était tout sauf une erreur. Des fragments de souvenirs te revenaient comme un flou imperceptible d'émotions, plus tu te concentrais et plus celles-ci te revenaient. En essayant de te remémorer l'évènement tu ne ressentais que des sentiments apparemment infondés. La terreur. La douleur. Le choc. Etait-ce ceux que tu avais ressenti en acquérant la blessure ? Ou ceux-ci venaient-ils de ton esprit maintenant embrouillé ? Le reste était flou, tu n'avais aucune image, comme si tout cela avait été verrouillé. C'était bien ici, quelque part dans ta tête, mais cela t'était inaccessible. Qui plus est, tu étais loin d'être un idiot, tu avais même un esprit analytique très brillant. Tu avais vu l'aversion de ton ami dès qu'il avait posé son regard sur cette plaie mystérieuse, de même que les signes de colère qu'il tentait toujours vainement de camoufler. Ta perte de mémoire soudaine n'avait pas semblé le surprendre, c'était comme s'il t'avait interrogé afin de valider une thèse. En savait-il plus que ce qu'il ne voulait bien te dire ? Si c'était le cas, alors pourquoi il te mentait, au moins par omission ? Tu avais été totalement sincère avec lui et jusqu'à présent tu pensais qu'il l'avait été tout autant. Maintenant tu te demandais si tu devais douter de lui. La confiance était un concept assez récent pour toi, tu avais déjà été tellement blessé dans le passé par des gens pensant que tu étais incapable d'entendre certaines choses, qui t'avaient caché des détails qui te concernait directement en pensant que c'était pour ton bien. Parce que tu étais trop humain on te sous estimait. Pourtant, dans ta logique, c'était à toi d'en juger. Tu étais peut-être chétif et vulnérable, tu n'avais effectivement rien du héros de l'histoire qui brille de par son courage et sa bravoure, mais tu étais tout de même capable d'encaisser un minimum, de faire tes propres choix et de les assumer, ta vie en était la preuve. Mais pour cela, il te fallait toutes les variables de l'équation sans quoi tu étais perdu, tu ne pouvais plus avancer. L'inconnu était ce qui te terrifiait le plus, tu n'étais plus en contrôle de ta propre vie et dire que cela te rendait nerveux serait un sacré euphémisme. Mais ce que tu semblais oublier, c'est que toute vérité n'est pas toujours bonne à entendre, ou en tout cas il y a un temps et un moment pour briser le silence. Et actuellement, ceci n'était pas la plus grande préoccupation. Heureusement pour toi, ton aîné l'avait bien compris et essayait déjà de te calmer.

- C'est pas le moment de paniquer, ok ? Tu te rappelles pourquoi on est là, pas vrai ? Tu te rappelles qu'il faut encore qu'on sorte d'ici, ensemble ! Tu m'entends ?

La pression sur tes épaules et le regard de Lucas plongé dans le tien t'avaient ramené à la réalité, te redonnant soudainement conscience de l'urgence de votre situation. Vous aviez déjà perdu assez de temps, le gérant ne devait pas être loin d'apprendre la nouvelle de votre intrusion si ce n'était pas déjà fait. McMillan avait raison, s'affoler peut-être pour rien ne risquait pas d'aider et immédiatement tu te détestais pour une telle perte de contrôle, cela ne t'était jamais arrivé dans ce genre de situation. Mais ce débordement soudain de sentiments aussi violents t'avait pris au dépourvu et avait eu raison de toi. Tu secouas la tête pour chasser ces fantômes de ton esprit avant de te dégager doucement de l'emprise de Lucas, maugréant honteusement un léger désolé sans le regarder. Tu avais besoin de tes capacités à leur maximum, vous aviez besoin de cela. Parce que si jamais Lucas se faisait prendre par ta faute alors tu ne te le pardonnerais probablement jamais, pas après la confiance qu'il avait placé en toi et encore moins après tout ce qu'il avait déjà vécu. Tu devais faire preuve de sang froid, en mettant toutes tes autres émotions de côté. Tu devais être capable de te concentrer, de penser clairement. Et ça, tu savais faire, c'était ton super pouvoir.

- Et puis, je me suis surement affolé pour rien... Écoutes, j'étais juste inquiet, ok ? Tu es surement tombé et tu t'es cogné quelque part violemment... C'est peut-être à cause de ça que tu as perdu la mémoire. Ne fais pas de conclusions trop hâtive !

Oui, deux petits trous dans la jugulaire étaient très certainement le symptôme que l'on avait après une mauvaise chute. Et ces émotions qui t'étaient revenues, tu les avais imaginées aussi. A vrai dire, si tu avais vraiment fait attention au sens de ces paroles tu n'y aurais pas cru une seule seconde. Heureusement pour les deux d'entre vous, tu étais déjà passé -temporairement, bien évidemment- à ta priorité. Tu savais que c'étaient des paroles réconfortantes, apaisantes, et elles avaient effectivement de l'effet sur toi, mais c'est tout. Tu n'avais pas vraiment enregistré leur signification. A la place tu avais préféré l'interrompre spontanément.

- Tais-toi ! avais-tu soufflé, avant de voir l'expression surprise et un peu vexée de Lucas et de te rendre compte de ce à quoi ça pouvait ressembler.

- Non, sérieusement, tais-toi, je crois que j'entends quelque chose...

Il était là, pratiquement imperceptible, mais tu l'avais entendu. Un petit sifflement. Comme captivé par le bruit, tu t'étais approché du fond de la pièce en collant ton oreille contre la paroi. Sans la décoller, tu avais commencé à frapper d'une main experte sur différents points du mur pour écouter le bruit dans un premier temps et enfin estimer son épaisseur.

- Bingo, tu avais soufflé en souriant dans une vaine tentative de faire passer le malaise qui venait de s'imposer. Peut-être que tu essayais aussi de faire croire à Lucas que tout allait bien, que tu allais bien.

- Cette cloison a été rajoutée après la construction du bâtiment, ce qui veut dire qu'il y a un espace entre le mur initial et cette cloison. Tu entends le sifflement ? Y'a de l'air qui passe. Donc, à moins que je me trompe..., tu commençais à expliquer alors que tu étais parti chercher un marteau que tu avais repéré plus tôt, servant sans doute à l'exposant d'enfoncer les clous dans les murs pour accrocher les tableaux. Après l'avoir enveloppé dans un chiffon afin de diminuer le bruit, tu avais tambouriné la cloison fine jusqu'à créer une petite ouverture, avant d'attaquer le reste à la main pour faire moins de bruit.  Oui après tout c'était logique... Tu avais vu le bâtiment de l'extérieur, tout te semblait évident maintenant. Tu te demandais même comment tu n'y vais pas pensé plus tôt. Et effectivement, après avoir retiré assez de plaque sur la doublure du mur, tu t'étais retourné vers Lucas, tentant tout de même de l'ironie : c'était ta manière de te convaincre que tout allait bien après tout.

- Je ne me trompe jamais, avais-tu dit un sourire malicieux au coin des lèvres bien qu'assez léger. Effectivement, un conduit d'aération était désormais visible dans le mur original. Il est vrai que tu n'en avais vu aucune sauf dans la pièce principale, alors que de l'extérieur le bâtiment avait plusieurs conduits. C'était ce qui t'avait mis la puce à l'oreille après avoir entendu le sifflement. Le propriétaire actuel ou peut-être même le précédent ne devait pas apprécier les courants d'air et avait sans doute décidé de condamner cette aération. Mais maintenant, c'était votre échappatoire car elle vous dirigerait vers le toit.

- J'espère que tu n'es pas claustrophobe.


par humdrum sur ninetofive



HRP:
 

_____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

Lies define who we are.

avatar
Lucas Mcmillan
Lies define who we are.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/12/2015 MESSAGES : 251 + LIEU DE RESIDENCE : Gone street
+ SITUATION OFFICIELLE : Assistant du détective Jake
+ SITUATION OFFICIEUSE : élémentariste
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : en cours
Disponibilités RP :
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Sam 19 Nov - 15:09




Good idea or bad idea ?.

Stealing is wrong , but stealing the vampires is a bad idea , especially when it happens to be a psychopath ...


Il ne savait pas exactement pourquoi ce mensonge en particulier. Après tout, c'était complètement idiot de paniquer pour ensuite lui dire que ça devait n'être qu'une simple chute. Comment il aurait put se faire ces deux trous dans sa carotide en tombant ? N'importe quoi. Mais Lucas voulait simplement rassurer son ami, ou du moins, lui faire reprendre ses esprits afin qu'il puisse trouver un moyen de s'échapper de cette cage. Il ne pensait pas à mal...il ne voulait juste pas lui apprendre quelque chose de bien trop lourd à supporter alors qu'ils étaient dans ce genre de situation : complètement pris au piège ! Pourtant, Lucas savait que le cadet n'était pas aussi naïf. Il remarquera bien vite cette tentative d'esquive maladroite... et si ce n'était pas pour tout de suite, ça sera plus tard !
L'aîné espérait sincèrement que Dick comprendrait le jour où lui-même se décidera à tout lui révéler - si ce n'était pas déjà fait avant par quelqu'un aux intentions malsaines... Il espérait silencieusement que le cadet laisse couler pour le moment. Quitte à ce qu'il lui doive des réponses par la suite, pas de problème. Mais ce n'était pas le bon moment.

" Tais-toi ! " lui répondit Dick brusquement.

Lucas haussa alors un sourcil de surprise avant de grimacer, légèrement vexé. Il ne pensait pas qu'il réagirait de cette façon - bien qu'il se doutait qu'une réaction allait faire son apparition prochainement - mais pas qu'il lui dirait carrément de se taire. Ok, il lui avait mentit et Lucas ne pensait pas qu'il le verrait immédiatement, mais il ne s'attendait vraiment pas à ça !

" Non, sérieusement, tais-toi, je crois que j'entends quelque chose... " reprit le faussaire en tournant la tête de tout côté.

Le brun se tut rapidement, prenant soin de ne faire aucun bruit avant de tendre l'oreille, aux aguets. C'était le gardien qui avait compris et qui commençait soudainement à les chercher ? Non, le son serait beaucoup plus fort que ça et pour l'instant, Lucas n'entendait rien provenant de l'autre côté de la porte. Alors quoi ? Il tourna autour de lui-même en essayant de percevoir ce que visiblement Dick avait déjà identifié... Ce dernier se dirigeait vers une direction précise au fond de la pièce avant de coller sa tête contre le mur et d'écouter quelque chose. Lucas le suivit lentement en évitant de faire le moindre bruit susceptible de les faire découvrir et se posta juste derrière le cadet, silencieusement et le scrutant, attentif. Il l'entendit lancer un brusque "bingo" soulagé qui semblait contraster avec l'ambiance qu'il y avait il y a un instant... Comme si le petit moment de malaise avait été tout simplement balayé d'un geste. Mais Lucas n'était pas dupe...le sujet a jute été mis de côté. Dick le ressortira lorsqu'il le sentira.

" Cette cloison a été rajoutée après la construction du bâtiment, ce qui veut dire qu'il y a un espace entre le mur initial et cette cloison. Tu entends le sifflement ? Y'a de l'air qui passe. Donc, à moins que je me trompe... "

Donc c'était ça le son... Lucas comprenait à présent et il suivit du regard Dick fouiller la pièce à la recherche de quelque chose. L'élémentaliste n'était pas vraiment sûr de ce qu'il comptait faire donc il resta silencieux en attendant de voir son nouveau plan. Le cadet revint rapidement, un marteau et un chiffon dans les mains.

" Tu es sûr de t- "

Mais il n'eut pas le temps de finir sa phrase, enroulé dans le chiffon, le marteau se fracassa contre la cloison dans un bruit sourd qui fit légèrement sursauté l'aîné. Un trou fit alors son apparition et Dick abandonna l'objet avant de continuer à la main - sans doute pour faire le moins de bruit possible. Le brun priait pour que le gardien n'ait rien entendu, même si c'était peu probable... Ils devaient alors se dépêcher de sortir d'ici avant que l'autre ne comprenne qu'ils s'étaient enfermés au fond de la boutique.

" Je ne me trompe jamais " lui lança Dick, son sourire malicieux dessiner sur ses lèvres.

Lucas lui rendit son sourire, quelque peu inquiet toutefois à l'idée que le gardien ne débarque subitement dans la pièce. Derrière le faussaire se trouvait désormais un large trou donnant sur un conduit d'aération assez grand sans doute pour leur permettre de se faufiler à l'intérieur afin de s'échapper. Un long soupire sortit de la bouche de l'aîné tandis que Dick lui lance qu'il espère qu'il n'est pas claustrophobe. Son sourire en coin sur les lèvres il s’apprêtait à lui répondre lorsqu'un cliquetis de clé se fait brusquement entendre derrière eux. Lucas entendit des pas s'approcher dangereusement de la pièce et il regarda Dick, légèrement affolé.

" Pas trop le temps de se poser la question si tu veux mon avis... " lui répondit-il alors, poussant doucement le cadet vers leur future sortie.

love.disaster


HRP:
 

_____________________________________________

Secrets don't remain secret for long
« Seeking long time a missing family member is hard for you, but secrets don't remain secret for long. Hold on and perhaps you will be meeting soon... » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Gentleman Cambrioleur

avatar
Jason O'Neal
Gentleman Cambrioleur








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 11/01/2016 MESSAGES : 184 + LIEU DE RESIDENCE : Spinelli Street
+ SITUATION OFFICIELLE : Graphiste
+ SITUATION OFFICIEUSE : Humain + faussaire
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : terminée
Disponibilités RP : Disponnible
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Lun 21 Nov - 2:01



Good idea, bad idea ?


Lucas McMillan Δ Dick Hopkins


“ And I walk these streets, a loaded six string on my back, I play for keeps, 'cause I might not make it back. I've been everywhere, and still I'm standing tall, I've seen a million faces and I've rocked them all. ” Wanted Dead or Alive, Bon Jovi ♫


Effectivement Lucas avait raison. Vous n'aviez plus le temps de discuter d'éventuelles craintes des endroits confinés : le gardien pouvait déjà être entendu dangereusement proche de votre abris de fortune. Le tintement de ses clefs résonnait à travers la porte, il se rendrait bientôt compte que cet accès était barricadé et cette dernière ne tiendrait pas éternellement. Mais hélas tu avais déjà noté toutes les possibilités que vous aviez avant de défoncer un mur à coup de marteau, déduisant alors que c'était cette option qui allait le plus en votre faveur. Après tout c'était comme le complexe du confinement : tenter de bouger le moins possible afin d'économiser l'oxygène, à moins d'être sûrs que notre action va nous sortir de là. Ici c'était la même chose mais avec le bruit. Lucas était donc passé le premier dans le conduit d'aération, c'était le choix le plus logique. Après tout il était actuellement le plus proche et alors que chaque fraction de seconde comptait, ce n'était pas le moment de gaspiller du temps à se chamailler sur l'ordre de passage. D'autre part tu étais plus petit et plus agile, tu n'aurais pas de mal à traverser ce conduit, de sorte que tu pourrais facilement le rattraper et mieux gérer la précipitation. Hélas, le timing n'avait certainement pas joué en ta faveur. Au moment où tu allais te hisser à ton tour dans cette cage de métal tu avais eu ce flash de souvenir imprévisible qui s'était abattu sur toi comme une enclume. La noirceur de la ruelle te glaçait le sang. Tu avais ce sentiment profond d'angoisse, de peur... Et de solitude. Un visage avait crevé l'obscurité mais il n'était qu'un flou de pixels que tu n'arrivais pas à reconstituer, une ombre imperceptible. Pourtant sa présence était lourde et menaçante. Tu te souvenais de la peur, de la panique qui t'avait rongée ce soir là où tu avais découvert pour la première fois que ce que l'on voit n'est pas toujours la vérité et que la normalité peut facilement être discutable, ce jour ou le domaine du surnaturel t'avait embarqué, bien que rien de tout cela ne te soit revenu. Tu n'avais absolument aucune idée de cette connaissance fraichement acquise, tu ne saurais probablement jamais. Un bruit assourdissant t'avait rappelé vers le présent, la porte avait sauté, la barricade de même. Merde. Tu eus un hoquet de surprise en voyant un énorme gorille entrer dans la pièce, semblant presque agir comme un robot. Tu ne l'avais peut-être vu qu'une fraction de secondes cela dit ce qui t'avait marqué était le manque d'expression sur son visage, comme s'il était dans une sorte de transe. Mais ce n'était pas la chose qui t'avait particulièrement inquiété, loin de ça. Tu avais été bien plus préoccupé par le magnum qu'il tenait dans ses mains.

- Woh woh woh, doucement ! avais-tu soufflé à l'attention du gardien.

Tu détestais les armes à feu, même au delà tu en étais terrifié. Contrairement à l'idée commune, ce n'est pas parce qu'on n'agit pas selon les lois que l'on apprécie nécessairement la violence, toi tu en avais une aversion. Tu avais toujours été un pacifiste, tu n'avais jamais été violent envers qui que ce soit même si tu pouvais être étiqueté comme un criminel. A vrai dire si tu te faisais prendre et que tu finissais en prison maintenant que tu en avais l'âge, tu ne ferais probablement pas long feu. Quoi qu'il en soit les armes à feu te terrifiaient parce qu'elles ne pouvaient pas être rusées, ton esprit ou ton agilité ne pourrait pas t'en sauver, mais également parce qu'elles étaient complètement létales. Plus jeune tu en avais déjà vu l'utilisation abusive et tu en avais été en quelque sorte traumatisé. C'est pourquoi à la vue, alors que tu savais que tu étais compromis et donc que tu ne pouvais plus te hisser dans le conduit, tu t'étais jeté à terre derrière une sorte de bureau t'offrant une couverture et tu ne pouvais plus te résoudre à bouger un seul muscle, même ta respiration devenait difficile. L'homme n'avait pas encore vu ton visage ce qui te laissait un peu d'espoir, mais tellement peu... Tu savais que tu étais pris au piège, que tu étais bloqué. Quelle ironie ! Toi qui avais fait tant de grands coups figurant dans les plus grands mystères non résolus de la police et d'autres organismes d'investigation, le robin des bois des temps modernes et sans doute le meilleur faussaire actuel, tu allais te faire pincer sur un cas totalement futile, un petit vol des plus simples, alors que tu étais dans une période où tu avais décidé de lever le pied. Comment en étais-tu arrivé là ? C'était décevant. Tu avais regardé dans la direction de ton complice de la soirée, celui que tu avais entraîné dans ce merdier.

- Bouge de là !, tu lui avais crié afin qu'il se tire au plus vite et qu'il ne se fasse pas prendre, même si ton regard disait tout autre.

Oui tu avais eu ton compte d'émotions pour la soirée, s'apercevoir que nos souvenirs ont été effacés et que l'on a une marque étrange était déjà assez traumatisant, c'était sans compter sur l'exposition à ta phobie des armes à feu avec ce magnum détenu par une personne d'apparence instable et prête à tirer à la moindre occasion. Même si d'ordinaire tu ne manquais pas d'assurance, que tu étais sûr de toi et que tu savais t'affirmer malgré tout, c'était bien trop pour toi. Tu n'étais qu'un gosse au final, tout ce qu'il y a de plus humain, bien trop jeune et innocent pour tout ce cinéma. Et puis tu étais craintif. C'est pourquoi même si tes paroles disaient le contraire, tu espérais sincèrement au fond de toi que Lucas reviendrait te porter assistance, qu'il viendrait te chercher. Tu lui avais dit pour ta peur des armes à feu, lui expliquant la cause, il y avait donc peut-être une petite chance... Peut-être que cette pensée était égoïste, mais tu étais paniqué. Beaucoup de gens auraient réagi de la sorte après tout, et bien sauf dans les livres et séries où tous les personnages nous éblouissent de leur courage bien évidemment. Mais vous n'étiez ni dans un livre ni dans une série TV, et le danger était bien présent.

par humdrum sur ninetofive



_____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

Lies define who we are.

avatar
Lucas Mcmillan
Lies define who we are.








Voir le profil de l'utilisateur

profileDATE D'INSCRIPTION : 24/12/2015 MESSAGES : 251 + LIEU DE RESIDENCE : Gone street
+ SITUATION OFFICIELLE : Assistant du détective Jake
+ SITUATION OFFICIEUSE : élémentariste
a little more ?
do you want see more ?
Fiche : en cours
Disponibilités RP :
RP en cours:

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins Dim 11 Déc - 12:46




Good idea or bad idea ?.

Stealing is wrong , but stealing the vampires is a bad idea , especially when it happens to be a psychopath ...


Lucas se faufilait déjà à l'intérieur du conduit lorsque le fracas d'une porte qui cède brutalement se fit brusquement entendre. L'écho même résonne dans les oreilles de l'aîné alors que le métal qui l'entourait se faisait une joie de lui renvoyer le moindre son en l'amplifiant drastiquement. Assourdi, il se retourna juste à temps pour apercevoir son complice se jeter à terre juste derrière une sorte de bureau. Il semblait terrifié et Lucas arqua un sourcil de surprise. Qu'est-ce qui lui prenait soudainement ? Pourquoi Dick ne lui avait pas emboîté le pas ? Curieux, mais aussi soucieux de découvrir ce qu'il se passait, l'élémentaliste fit demi-tour - difficilement au vu de l'étroitesse que lui présentait le conduit. Il passa ensuite prudemment sa tête à travers l'ouverture et guida son regard vers la porte de sortie, presque entièrement dissimulée par un gorille qui tenait dans sa main une arme à feu. Et merde. Lucas jeta un regard au cadet, planqué et crispé derrière le bureau, qui lui hurlait de dégager, mais il n'eut pas le temps de lui répondre par la négative, un coup de feu éclata subitement dans sa direction, le forçant à se cacher. Le souffle irrégulier et le cœur affolé du fait de la surprise que lui avait procuré le son tonitruant de l'arme ainsi que l'impact de la balle qui s'était planté juste à côté de la tête de l'aîné, il essayait tant bien que mal de reprendre contenance. Le projectile lui avait frôlé la joue, y laissant par la même occasion une légère éraflure qui commençait à saigner. Il fallait vraiment qu'ils sortent d'ici. Mais comment faire ? Ils n'avaient aucune chance de faire face à ce molosse... Molosse très étrange d'ailleurs... Il semblait être dans un état de transe, non ? Un autre coup de feu obligea cependant Lucas à se recroqueviller et à oublier ce détail intriguant. Il n'y avait pas le temps pour les questions, il fallait qu'il fasse quelque chose pour aider son ami...mais quoi ? L'aîné inspira lentement avant de se précipiter à l'extérieur du conduit, la tête baissée mais néanmoins un œil toujours fixé en direction du gorille. Et heureusement, puisque ce dernier tira immédiatement dans sa direction. Dans un petit geste discret, l'élémentaliste usa de son pouvoir de l'air afin de dévier légèrement la balle qui alla se planter dans le mur juste derrière. Il en profita alors pour se jeter derrière le bureau aux côtés d'un Dick effrayé.

" Ça va aller Dick... murmura-t-il à son encontre, se voulant rassurant. Respire un bon coup, ça va aller ! "

Lucas connaissait la peur du cadet à l'encontre des armes à feu, c'est pourquoi ce dernier devait avant tout se calmer afin qu'il soit près à s'introduire à l'intérieur du conduit le plus rapidement possible. Au moins, le malabar ne pourrait pas les suivre à l'intérieur. Il fallait juste éviter qu'il ne leur tire dessus à l'intérieur de l'espace étroit...

" Ecoute-moi, je crois que j'ai un plan...mais il va falloir que tu me fasses entièrement confiance, ok ? Dick, tu m'entends ? "

Il voyait bien que le faussaire n'était pas au mieux de sa forme, mais il fallait vraiment qu'il soit d'attaque pour ce que Lucas avait en tête : il faudrait agir vite et bien s'ils voulaient s'en sortir vivant... Lorsqu'il s'était jeté derrière le bureau, le brun eut tout juste le temps de voir une petite étagère juste au-dessus de la porte, et donc du molosse. Dessus, il y avait toutes sortes d'objets allant du pot de peinture aux toiles en passant par de petits pots en verre. Il espérait vraiment que le gardien serait assommé leur laissant ainsi le temps de s'introduire tous les deux à l'intérieur du conduit. Ce plan était foireux jusqu'à l'os...mais il devait tenter le coup, au moins pour que Dick puisse s'enfuir et se mettre à l’abri...

" A mon signal, tu te diriges le plus rapidement possible vers le conduit, c'est clair ? Et tu ne t'occupes pas de moi ! " chuchota Lucas en direction du cadet.

Tant pis s'il découvrait qu'il avait des pouvoirs...il fallait prendre le risque. Il lui devra certes des explications à la fin de cette histoire, mais au moins, Dick serait en un seul morceau - si tant est que le plan fonctionne... Dans un silence presque religieux, Lucas passa sa tête le plus lentement possible en dehors de sa cachette afin de voir la position exacte du molosse et l'étagère par dessus tout. Il se concentra alors sur les prochaines actions et utilisa son pouvoir une nouvelle fois, tout en essayant de le cacher au faussaire. Il envoya une petite bourrasque faire trembler la planche de bois et dans un mouvement brusque, la fit s'écrouler sur le malabar, avec tous les ustensiles qui y étaient posés. Dans un bruit fracassant de métal qui s'entrechoque et de verre brisé, le gardien s'écroula à terre, sonné, et c'est à ce moment précis que Lucas se tourna vers le cadet sans perdre un seul instant.

" Maintenant ! "

love.disaster


HRP:
 

_____________________________________________

Secrets don't remain secret for long
« Seeking long time a missing family member is hard for you, but secrets don't remain secret for long. Hold on and perhaps you will be meeting soon... » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé









profile
a little more ?

MessageSujet: Re: Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins

Revenir en haut Aller en bas

Good idea, bad idea ? -feat Dick Hopkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Dick Hopkins, tout simplement.» [eden team] the good the bad and the ugly (flo55)» (F) Chelsea Kingsley Feat. Jaimie Alexander» « I have no idea what I’m doing, but I know I’m doing it really, really well. »» It's raining today !



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Falls :: RP terminés-